Puz/zle

Puz/zle 1733654_3_f261_puz-zle-de-sidi-larbi-cherkaoui-au-festival_766cd29d5f7b21848f8ab127cfb90520

Puz/zle chorégraphie de Sidi Larbi Cherkaoui

Puz/zle pourrait en fait se nommer patchwork, tant les images créées  ont des sens et des interprétations multiples. malgré des longueurs,et  des moments répétitifs (comme les postures de statuaire soviétique,) il y a  de nombreux  instants magiques. Par exemple, quand un danseur en solo n’arrive pas à se défaire d’un pavé, ou quand un autre libère toute son énergie animale.
Les mouvements rythmés des douze danseurs viennent stimuler le public. Mais cette construction et déconstruction de l’espace même parfaitement réglée prend du temps, « quand il faut  mettre toutes les pièces d’un ensemble en ordre », précise le chorégraphe. Des cubes de béton  permettent des assemblages multiples, (en réalité du polystyrène recouvert de résine de 50 kg) et  nous découvrons un escalier, une tombe,  ou un mur tagué symbolisant toutes nos fractures.
Ces éléments remarquablement utilisés font corps avec la danse et entrent en résonance avec les rochers de la carrière de Boulbon. Une autre résonance se fait entendre qui embellit le spectacle, c’est le chant du groupe polyphonique corse « A Fileta » qui accompagne la voix magique de la chanteuse libanaise Fadia Tomb El-Hage  et  la performance du musicien japonais Kazunari Abe à la flûte et aux percussions.
Cette pièce  s’inscrit dans la continuité du travail de l’artiste  qui a présenté une création au festival d’Avignon en 2004 puis une autre en  2008; il  utilise très bien l’espace ouvert de cette carrière, mais c’est dommage que  le découpage des scènes et des longueurs en arrivent à casser l’unité d’un très beau  spectacle.

Jean Couturier

Carrière de Boulbon, Avignon jusqu’au 20 juillet; puis en tournée en France et en Europe

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...