La Porte du non-retour

La Porte du non-retour 39-Lhorizon

 

 

 


La Porte du non-retour
, de Philippe Ducros,  parcours théâtral et photographique.

 

C’est un parcours de solitude. L’endroit est paisible, en apparence. On vous remet un audioguide, et vous indique une porte. Vous passez le seuil et vous êtes seul, ou presque, dans une coursive fermée, à deux niveaux. Sur la tôle ondulée, noire, des photos couleurs, de grand format. Vous avez rendez-vous avec l’Histoire. Quartiers d’été/Quartier d’Afrique… Kingshasa. République Démocratique du Congo. Treize millions d’habitants. Au pays des enfants-soldats et des déplacés intérieurs. Le flot de la mémoire, persistant, comme une vague de fond dans les enceintes, vient à votre rencontre, bourdonnement lancinant, à peine perceptible.
Vous ferez vingt arrêts face aux photos ou groupes de photos prises en 2008, dans les camps de réfugiés,  à Lomé et en Ethiopie, ; puis, à Kinshasa en 2010, aussi longtemps que vous le voudrez, temps suspendu au récit de voyage d’un auteur, metteur en scène, acteur et photographe, Philippe Ducros, dont la démarche artistique avec sa compagnie Hôtel-Motel de Montréal, vaut engagement: de la  Palestine occupée aux camps de l’Afrique. Le récit est adressé, c’est une lettre à celle qui ne l’a pas senti partir, sa compagne. Et quand le silence se fait dans votre casque, l’écriture prend le relais, avec quelques panneaux.
49-Une-des-portes
La Porte du non-retour, ce monument dédié aux cinquante millions d’Africains arrachés à leurs terres de l’Ouest de l’Afrique, les inscrit dans la mémoire collective. « Seulement dix à quinze millions arriveront en sol d’esclavage ». Les autres, morts en chemin, savaient qu’ils ne reviendraient pas. « La traite des noirs, premier pillage, en Afrique ».
Le point de départ, intitulé Radeau de la Méduse, montre Kinshasa, les enfants, les femmes. La vie comme elle va. Fumées, pollution, occupations dans les décharges, migrations quotidiennes dans des camions ferraille où s’entassent les gens, sacs en plastique qui volent au vent.

Le bus stoppe à Apocalypse, nom d’un petit hôtel bien délabré du coin du Boulevard. Diamants, cobalt, uranium:  ressources du pays. ‹‹Je reviens du centre de Kinshasa, Boulevard Lumumba, des milliers de camions.›› A Lomé, c’est le marché aux fétiches : Akodessewa, qui retient l’attention, « des espoirs vendus bon marché ».
Puis on entre dans l’horreur, graduellement, comme on pénètre au cœur de la forêt. Assassinat, début 61, de Patrice Lumumba, figure de l’indépendance du Congo Belge. Lutte contre la colonisation, résistance. Quatre millions de morts en République Démocratique du Congo, une  sorte de génocide. « La fin du monde n’est pas à la même heure pour tout le monde ». Des millions de réfugiés, des millions de déplacés internes : « La vie en suspension ».
Camps de réfugiés, à Goma, sur le front avec le Rwanda, dans la zone de conflit où agissent les groupes armés. Vols, viols, violences des enfants soldats. La peur, les machettes, les cadavres, l’attente. « Ils ont massacré sur quinze kilomètres cette nuit-là ». Barbarie, « La faillite de l’homme ». Le visage de Fortuné, avec son fils, Volonté, né d’un viol. Image forte. « On se bat pour rester digne ».

Dans les camps, on essaie de survivre, avec, par famille et par mois : 0 ,5 kg de sel, 12  kgs de farine 3,6 kgs de fèves sèchées, 0,9 hl d’huile. « Il n’y a que là-bas que la vie soit réelle. Il n’y a que là-bas que le mensonge cesse ». Mais, là-bas, il n’y a pas d’enfance, les visages sont graves. Les enfants meurent. Certains prient et « le monde s’englue ». Alors, témoigner devient vital, sinon tout meurt.
C’est le sens du voyage de Philippe Ducros qui dit, ici, l’indicible. Le concept qu’il développe avec  la photo et l’art du récit, permet ce chemin initiatique, et porte  une démarche qui se situe  entre l’intime et le monde entier.

Brigitte Rémer

 

 

Paris-Quartier d’été – Maison des Métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud. 75011

14 au 29 juillet, de 18h à 21h.

 

 


Pas encore de commentaires to “La Porte du non-retour”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...