L’étoffe de la modernité

L’Etoffe de la modernité : costumes du XXe siècle à l’Opéra de Paris

L’étoffe de la modernité IMG_6553Une fois de plus l’Opéra de Paris révèle son riche patrimoine au public qui peut ainsi découvrir, entre la galerie qui entoure le parterre et la bibliothèque-muséee un ensemble de costumes d’ un siècle de créations lyriques et chorégraphiques.

L’ exposition a pour but de rendre hommage aux différents artistes qui ont contribué à la renommée de l’institution et au travail des 153 salariés des ateliers de costumes avec de nombreuses photos. Sont aussi présentés masques, tiares, costumes, photos de chanteurs et de danseurs, programmes et dessins des costumes . Un règlement de 1805 et un arrêté de 1809 obligeait les costumiers à remettre leurs dessins au secrétaire général ou au chef-tailleur de l’Opéra, ce qui a créé, au fil du temps, un patrimoine exceptionnel.

Le dessin de chaque costume est répertorié pour chaque spectacle avec un échantillon de tissu attaché au dessin. Une petite partie de ces dessins et des costumes de l’Opéra a été transférée au Centre National du costume de Moulins (voir Le Théâtre du Blog du 7 décembre 2012). Le lien entre les différentes pièces exposées n’est pas évident à trouver, même si l’exposition est classée en quatre grandes parties chronologiques et thématiques.

Il est donc préférable de se laisser aller à la découverte de ces témoignages de la vie du plateau et des coulisses, qui nous transportent dans le passé. Avec, bien sûr, en hommage aux ballets russes qui ont révolutionné l’art de la scène chorégraphique (voir Le Théâtre du Blog 29 décembre 2009), les- costumes de Léon Bakst pour Istar, un ballet de Léo Staats de 1924. Très rares et donc protégés de la lumière artificielle par un tulle noir…

Nous découvrons aussi les créations de grands couturiers, avec entre autres, des dessins d’Yves Saint- Laurent pour Notre-Dame de Paris, un ballet de Roland Petit de 1965, ou des costumes et dessins de Christian Lacroix pour Les Anges ternis, (1987)un ballet de Karole Ermitage De grands peintres comme Fernand Léger, Marc Chagall, ou Giorgio De Chirico ont aussi collaboré à l’Opéra. Mais aussi Paul Colin, le grand graphiste, et des costumiers de théâtre et de cinéma comme Georges Wakhevitch ou Jean-Denis Malclès.

Jean Couturier

Opéra de Paris, Palais Garnier jusqu’au 30 septembre.

Catalogue de l’exposition: 20 €

 

 


Pas encore de commentaires to “L’étoffe de la modernité”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...