Six personnages en quête d’auteur

Six Personnages en quête d’auteur, d’après Luigi Pirandello, mise en scène Stéphane Braunswchweig

Six personnages en quête d’auteur six-300x197Au dernier festival d’Avignon, ces Six personnages en quête d’auteur (voir la critique de Philippe du Vignal dans Le Théâtre du Blog) avaient laissé une bonne partie du public sur sa faim. Retravaillé, rentré dans les murs d’un théâtre, il a trouvé son chemin à la Colline.
On ne rappellera pas  l’irruption obstinée de cette famille de personnages au milieu d’une laborieuse répétition de théâtre : ils sont en plein mélodrame familial, tandis que les acteurs pataugent dans le concret de leur travail. D’un côté,  le « réel » le plus théâtral qui soit, et de l’autre , la pratique de l’art la plus terre-à-terre (donc réelle) qui soit.
Le titre Six Personnages en quête d’auteur, d’après Luigi Pirandello, a le mérite de situer les choses  entre le texte consacré… et la représentation qui en est donnée. Le  débat est lancé par le groupe de comédiens qui jouent les comédiens de la pièce (c’est clair ?) sur la légitimité de l’auteur, le respect dû au texte, la primauté de l’un sur l’autre, la lettre et l’esprit,. Mais Stéphane Braunschweig ne s’est pas contenté de l’exposer, il a vigoureusement taillé dans le texte.
Il a laissé les six personnages – car chacun des six a son propre drame et sa place dans leur drame commun – faire irruption sur le plateau, et reconstruit les scènes de comédiens. Il ne les a pas flattés, c’est le moins que l’on puisse dire : à la fois hésitants et péremptoires, avec un certain penchant pour le cliché et le lieu-commun, dans lequel le metteur en scène saute lui-même à pieds joints – voir l’affaire du voile de veuve dénoncé par notre ami Philippe du Vignal : est-on, oui ou non, dans le monde d’aujourd’hui ?
Mais il se trouve que cette ironie est au cœur du sujet. Où est le théâtre ? Et si ces comédiens étaient plus encore que les Personnages, en quête d’auteur ? Ne sont-ils pas les auteurs, pourtant irresponsables, de leurs improvisations ? Irresponsables, car, croyant être « créateurs », ils sont malgré eux plus ou moins prisonniers des fameux clichés et lieux communs. Et où est la vérité d’un acteur qui « joue faux » volontairement ?
Avec quelques projections  illustratives et autres prodiges technologiques qui nous montrent que sur scène tout est possible, on assiste, avec ces Six personnages en quête d’auteur à une succession de mini-bombes qui pulvérisent successivement les notions d’auteur, de personnage, de jeu, la réalité même du théâtre, en une sorte de réjouissant suspense intellectuel. L’émotion y perdrait, sans quelques sombres éclats de Caroline Chaniolleau (la veuve), sans le silence intense, très présent du jeune Anthony Jeanne (l’enfant). In fine, la statue funèbre de Pirandello en sort assez mi-figue mi-raisin.
Mais on aura pris plaisir, et ri, à ce jeu vertigineux d’équations à un nombre infini d’inconnues – Un, personne, cent mille, dirait Pirandello. Ce qui nous interdit de parler d’une vision réductrice de la pièce. Ou alors, il s’agit d’une réduction chimique à forte concentration.

Christine Friedel

Théâtre National de la Colline, jusqu’au 7 octobre

***

 


Pas encore de commentaires to “Six personnages en quête d’auteur”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...