Des amis-auteurs

Des Amis-auteurs  par les élèves de l’Institut d’études théâtrales Boris Shchukine

Des amis-auteurs des-amis-auteurs-300x187Ils sont tous jeunes, enthousiastes et pleins d’énergie dans ce spectacle–ces étudiants de la quatrième année d’une des meilleures écoles d’art dramatique de  Russie, l’Institut d’études théâtrales Boris Shchukine  de Moscou.
A partir du second  semestre de la troisième année de formation les futurs comédiens commencent à maîtriser leur métier et à participer aux spectacles  dirigés par les professeurs de l’Institut. Des amis-auteurs a été  monté par un de leurs  professeurs Alexandre Schirwindt, et par ailleurs acteur très connu.
L’Institut Boris Shchukine, rattaché au Théâtre Vakhangov a hérité des principes artistiques  mises au point par  le metteur en scène dans les premières décennies du XX ème siècle. Les professeurs de l’Institut transmettent donc ces principes aux élèves, invariables d’une génération à l’autre, comme Vakhtangov l’avait demandé. A savoir: la vérité scénique, l’incarnation absolue du personnage et  la croyance dans des  circonstances imaginaires, telle que les avait  définies Constantin Stanislavski, dont Vakhtangov a aussi  adapté les théories. Mais il y a ajouté , par exemple, l’unité indissoluble de la destination éthique et esthétique qui était fondamentale pour lui. Il voulait transmettre les moindres nuances  d’un texte dans une expression scénique  moderne et  aussi brillante que possible.
Fondé officiellement en 1932, l’atelier qui portait  le  nom de Vakhtangov, devint ensuite un Institut  qui s’enrichit en proposant aux étudiants plusieurs cursus d’études différents. La cellule  principale est basé à Moscou et l’on y enseigne l’art dramatique. Mais il y a aussi d’autres cursus qui préparent  plus spécifiquement les élèves  à jouer au Théâtre de Moscou de l’Opérette,  au Théâtre dramatique de Moscou de Stanislavski, et sur d’autres  scènes   comme celles  d’Irkoutsk, de Kaluga et de Tskhinvali.  Il existe aussi une antenne de l’Institut à Genève.
Cette année, les élèves du cursus « art dramatique du comédien « présentaient une comédie musicale Des Amis-auteurs  (1955) de Natalia Venkstern, une dramaturge dont les pièces eurent  un grand succès à l’époque qui est  un peu oubliée aujourd’hui. Des Amis-auteurs est un spectacle très finement traité dans l’esprit des anciens vaudevilles russes du XIX ème siècle.
Le thème  est simple et compliqué à la fois : l’écrivain Ivan Sénétchkin (Sémion Lopatin) s’offre d’aider son ami et collègue Nicolas Kouderkov (Anton Bouglak), fauché à fond,  en arrangeant  son mariage avec une actrice Sophie Entourage (Maria Kozakova). Ivan Sénétchkine, lui,  va  se sacrifier  et faire un mariage de raison avec la fille niaise d’un homme riche… Il y a d’autres  intrigues incluses dans la première:  amourettes, mensonges, reconnaissances,  quiproquos et… happy-end  comme dans toutes  les comédies musicales.
Il n’est pas si facile de jouer une telle pièce qui n’a guère de prétentions. Cela exige en effet  une interprétation à la fois légère et convaincante,  sinon la pièce risque de devenir plate et de mauvais goût. Mais les dix-huit étudiants s’acquittent de leur tâche à la perfection et s’en donnent à cœur joie sur le plateau, heureux de jouer devant un vrai public de quelque trois cents spectateurs…
Avec une belle énergie, ils incarnent  leur personnage de manière originale, avec  un petit détail comique  ou un gag  à répétition… Par exemple, Dimitri Boutéiev-presque deux mètres!-qui  joue l’écrivain Dvorniaguine, secoue d’un air menaçant son index vers le public en disant: « Le critique…le critique doit savoir pour qui il écrit et pour quelle raison ! « . Un autre acteur,lui, comme Buster Keaton, ne sourit jamais et  exprime une profonde angoisse qui se manifeste dans l’expression de son visage. Cette contradiction avec  l’esprit initial de cette comédie musicale provoque  évidemment les  rires. Le caractère volontairement conventionnel de la mise en scène,  avec costumes d’époque, barbes et moustaches postiches, est en complet décalage avec la pièce, ce qui donne un côté distancié et  tout à fait unique  au spectacle.
Les  comédiens  ont tous une formidable  présence  et  restent fidèles  jusqu’au bout à leur personnage. On leur souhaite, ce qui n’est pas  toujours si facile, de garder ce jeu naturel dans leur parcours artistique.

Anastasia Patts

Prochaines représentations : les 11 et  30 janvier à 19h00 à l’Institut Boris Shchukine de Moscou.


Archive pour 29 décembre, 2012

Des amis-auteurs

Des Amis-auteurs  par les élèves de l’Institut d’études théâtrales Boris Shchukine

Des amis-auteurs des-amis-auteurs-300x187Ils sont tous jeunes, enthousiastes et pleins d’énergie dans ce spectacle–ces étudiants de la quatrième année d’une des meilleures écoles d’art dramatique de  Russie, l’Institut d’études théâtrales Boris Shchukine  de Moscou.
A partir du second  semestre de la troisième année de formation les futurs comédiens commencent à maîtriser leur métier et à participer aux spectacles  dirigés par les professeurs de l’Institut. Des amis-auteurs a été  monté par un de leurs  professeurs Alexandre Schirwindt, et par ailleurs acteur très connu.
L’Institut Boris Shchukine, rattaché au Théâtre Vakhangov a hérité des principes artistiques  mises au point par  le metteur en scène dans les premières décennies du XX ème siècle. Les professeurs de l’Institut transmettent donc ces principes aux élèves, invariables d’une génération à l’autre, comme Vakhtangov l’avait demandé. A savoir: la vérité scénique, l’incarnation absolue du personnage et  la croyance dans des  circonstances imaginaires, telle que les avait  définies Constantin Stanislavski, dont Vakhtangov a aussi  adapté les théories. Mais il y a ajouté , par exemple, l’unité indissoluble de la destination éthique et esthétique qui était fondamentale pour lui. Il voulait transmettre les moindres nuances  d’un texte dans une expression scénique  moderne et  aussi brillante que possible.
Fondé officiellement en 1932, l’atelier qui portait  le  nom de Vakhtangov, devint ensuite un Institut  qui s’enrichit en proposant aux étudiants plusieurs cursus d’études différents. La cellule  principale est basé à Moscou et l’on y enseigne l’art dramatique. Mais il y a aussi d’autres cursus qui préparent  plus spécifiquement les élèves  à jouer au Théâtre de Moscou de l’Opérette,  au Théâtre dramatique de Moscou de Stanislavski, et sur d’autres  scènes   comme celles  d’Irkoutsk, de Kaluga et de Tskhinvali.  Il existe aussi une antenne de l’Institut à Genève.
Cette année, les élèves du cursus « art dramatique du comédien « présentaient une comédie musicale Des Amis-auteurs  (1955) de Natalia Venkstern, une dramaturge dont les pièces eurent  un grand succès à l’époque qui est  un peu oubliée aujourd’hui. Des Amis-auteurs est un spectacle très finement traité dans l’esprit des anciens vaudevilles russes du XIX ème siècle.
Le thème  est simple et compliqué à la fois : l’écrivain Ivan Sénétchkin (Sémion Lopatin) s’offre d’aider son ami et collègue Nicolas Kouderkov (Anton Bouglak), fauché à fond,  en arrangeant  son mariage avec une actrice Sophie Entourage (Maria Kozakova). Ivan Sénétchkine, lui,  va  se sacrifier  et faire un mariage de raison avec la fille niaise d’un homme riche… Il y a d’autres  intrigues incluses dans la première:  amourettes, mensonges, reconnaissances,  quiproquos et… happy-end  comme dans toutes  les comédies musicales.
Il n’est pas si facile de jouer une telle pièce qui n’a guère de prétentions. Cela exige en effet  une interprétation à la fois légère et convaincante,  sinon la pièce risque de devenir plate et de mauvais goût. Mais les dix-huit étudiants s’acquittent de leur tâche à la perfection et s’en donnent à cœur joie sur le plateau, heureux de jouer devant un vrai public de quelque trois cents spectateurs…
Avec une belle énergie, ils incarnent  leur personnage de manière originale, avec  un petit détail comique  ou un gag  à répétition… Par exemple, Dimitri Boutéiev-presque deux mètres!-qui  joue l’écrivain Dvorniaguine, secoue d’un air menaçant son index vers le public en disant: « Le critique…le critique doit savoir pour qui il écrit et pour quelle raison ! « . Un autre acteur,lui, comme Buster Keaton, ne sourit jamais et  exprime une profonde angoisse qui se manifeste dans l’expression de son visage. Cette contradiction avec  l’esprit initial de cette comédie musicale provoque  évidemment les  rires. Le caractère volontairement conventionnel de la mise en scène,  avec costumes d’époque, barbes et moustaches postiches, est en complet décalage avec la pièce, ce qui donne un côté distancié et  tout à fait unique  au spectacle.
Les  comédiens  ont tous une formidable  présence  et  restent fidèles  jusqu’au bout à leur personnage. On leur souhaite, ce qui n’est pas  toujours si facile, de garder ce jeu naturel dans leur parcours artistique.

Anastasia Patts

Prochaines représentations : les 11 et  30 janvier à 19h00 à l’Institut Boris Shchukine de Moscou.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...