La petite marchande d’allumettes. Littlematchseller.

La petite Marchande d’allumettes, d’après Hans-Christian Andersen, conception et mise en scène de Nicolas Liautard.

Ce conte d’Andersen, les grand-mères l’ont raconté à leurs petits enfants,, en fondant  en larmes à la fin. Nicolas Liautard,  directeur de la Scène Watteau  depuis une dizaine d’années,  y a créé de nombreux spectacles qui ont marqué les mémoires, comme Amerika de Kafka et Le Nez de Gogol.
Il s’est emparé de ce conte d’une actualité douloureuse, en le transposant sur le long trottoir blanc d’un grand centre commercial traversé par des ombres noires et pressées qui ne jettent pas un regard sur l’enfant accroupie dans la neige.
Le spectacle entièrement muet est accompagné d’abord par l’ouverture d’un opéra wagnérien. Les visions de la fillette rêvant d’une famille accueillante sont traitées en images- une  vidéo ou des acteurs derrière un transparent?-on ne parvient pas à distinguer le rêve de la réalité…
Puis la musique de Schœnberg, Berg et John Cage accompagnent jusqu’à la fin, l’agonie étrangement douce de cette enfant abandonnée qui fascine les jeunes spectateurs, silencieux mais  trop nombreux dans cette grande salle pour  que les derniers rangs  profitent vraiment d’un  spectacle encore fragile, compte-tenu du poids technique…

Edith Rappoport

Scène Watteau de  Nogent-sur-Marne et  tournée en France: n.leriche@comedie-est.com.


Archive pour 10 janvier, 2013

La petite marchande d’allumettes. Littlematchseller.

La petite Marchande d’allumettes, d’après Hans-Christian Andersen, conception et mise en scène de Nicolas Liautard.

Ce conte d’Andersen, les grand-mères l’ont raconté à leurs petits enfants,, en fondant  en larmes à la fin. Nicolas Liautard,  directeur de la Scène Watteau  depuis une dizaine d’années,  y a créé de nombreux spectacles qui ont marqué les mémoires, comme Amerika de Kafka et Le Nez de Gogol.
Il s’est emparé de ce conte d’une actualité douloureuse, en le transposant sur le long trottoir blanc d’un grand centre commercial traversé par des ombres noires et pressées qui ne jettent pas un regard sur l’enfant accroupie dans la neige.
Le spectacle entièrement muet est accompagné d’abord par l’ouverture d’un opéra wagnérien. Les visions de la fillette rêvant d’une famille accueillante sont traitées en images- une  vidéo ou des acteurs derrière un transparent?-on ne parvient pas à distinguer le rêve de la réalité…
Puis la musique de Schœnberg, Berg et John Cage accompagnent jusqu’à la fin, l’agonie étrangement douce de cette enfant abandonnée qui fascine les jeunes spectateurs, silencieux mais  trop nombreux dans cette grande salle pour  que les derniers rangs  profitent vraiment d’un  spectacle encore fragile, compte-tenu du poids technique…

Edith Rappoport

Scène Watteau de  Nogent-sur-Marne et  tournée en France: n.leriche@comedie-est.com.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...