Game.

 

Game , conception et mise en scène de Shûji Onodera.


Game. mcjapon-photoUne fois de plus, la Maison de la Culture du Japon à Paris surprend par la qualité de sa programmation théâtrale. Elle a accueilli les cinq membres de la Company Derashinera , dont Shûji Onodera, pour un spectacle à la frontière du mime et de la danse.
Le metteur en scène a été élève de l’Institut japonais du mime mais son travail est aussi remarquable pour la partie dansée. L’occupation de l’espace, l’harmonie et la fluidité des mouvements étonnent le public, qui découvre ici un bel engagement physique. Même si le mime, mode d’expression historique de l’acteur,  tombé en désuétude, est  peu visible en France
Ici, les parties mimées, plus classiques sont, comme la partie de jeux de cartes ou le voyage en train, trop répétitives et allongent inutilement ce spectacle d’une heure trente.
La fable mélange deux destinées : celle d’un petit homme banal qui voyage entre rêves et réalités, et celle d’une jeune fille, princesse des temps modernes qui croisent, sur leurs parcours, une incroyable reine qui vit dans un miroir et qui a une obsession : faire croquer une pomme rouge à la jeune fille pour la plonger dans un sommeil éternel.
Ce spectacle inclassable participe d’un théâtre d’objets qui lui donne ainsi une note poétique. Les artistes réussissent ainsi à nous emporter dans des  histoires sans paroles à la lisière du songe ; danse et  mime sont ici à la fois d’une extrême précision et d’une grande douceur.
On repense au Debureau de Sacha Guitry, quand, au quatrième acte, un célèbre mime vieillissant donne quelques conseils à son fils qui va lui succéder . « Quant à la pantomime, il faut, soyons sincère…Il faut très peu de chose en somme pour lui plaire ! Il faut, tu vas voir, c’est un rien, Il faut que, sans effort, il te comprenne bien ! Fais-toi comprendre et ça suffit ! …Quand tu veux exprimer qu’une femme est jolie, pense qu’elle est jolie et fais n’importe quoi ! Quand tu veux exprimer l’amour ou la folie, la danse, la chanson, le plaisir ou l’effroi…Pense tout simplement, tu me comprends bien : pense ! Pense à l’effroi, pense au plaisir, à la chanson, pense à l’amour, à la folie, ou à la danse Et gesticule à ta façon ! Surtout ne copie pas les gestes que je fais ! … N’oublie pas que les professeurs sont tous mauvais. Et quand on est doué, qu’ils sont des criminels, Car ils n’enseigneront jamais, hélas que leurs défauts ! Tous les gestes sont bons quand ils sont naturels… »

Jean Couturier

Le spectacle a été joué les 21, 22, et 23 mars à la Maison de la Culture du Japon à Paris.

www.mcjp.fr

 


Un commentaire

  1. Yumi Hoshino dit :

    Je me sens que la danse et la mime sont une combinaison intéressante mais aussi difficile.
    Même si ce sont des moyens d’expression classique devant le spectateur,il me semble que leur points pour ce qu’ils plaisent au spectateur sont un peu différents …d’après des conseils du maître de la mime.
    J’aimerais voir ce défi.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...