La Vie de Galilée

La Vie de Galilée  de Bertold Brecht, mise en scène de Christophe Luthringer.

Brecht a quarante ans en 33 et  doit quitter l’Allemagne quand les nazis brûlent son œuvre! Il  arrive au Danemark où il  écrit La Vie de Galilée. Il vit ensuite en Suède, puis en Finlande et  s’installe en Californie en 41, mais doit en repartir en six ans plus tard,  chassé par le Maccarthysme . Après avoir vécu en  Suisse, il retrouvera  l’Allemagne en 48 seulement , après  quinze années d’exil! Et  cette pièce ne fut créée à Zurich qu’en 43, puis reprise à Hollywood en 47, cette fois  dans une mise en scène de lui. Impossible de ne pas faire le lien entre un auteur dont  les autorités de la République Démocratique Allemande  trouvaient les pièces peu conformes au principes du réalisme socialiste et ce Galileo Galilei , professeur de mathématiques à Padoue qui veut démontrer la vérité  du nouveau système du monde imaginé par Copernic  que l’Inquisition mettra à l’index en 1616
La fable écrite par Brecht dans une belle langue ne manque pas de charme, même si elle traîne parfois en longueur,  et si les répliques pourraient souvent être plus courtes. Jean-Fançois Sivadier, qui en avait fait une remarquable mise en scène, fait justement remarquer qu’elle « raconte la destruction d’un certain ordre du monde et l’édification d’un autre. En Italie, au début du XVIIe siècle, Galilée braque un télescope vers les astres, déplace la terre, abolit le ciel, cherche et trouve des preuves, fait voler en éclats les sphères de cristal où Ptolémée a enfermé le monde et éteint la raison et l’imagination des hommes. Il fait vaciller le théâtre de l’Eglise et donne le vertige à ses acteurs. L’Inquisition lui fera baisser les bras, abjurer ses théories sans pouvoir l’empêcher de travailler secrètement à la « signature » de son oeuvre, ses Discorsi ».
Reste à savoir si, quand on élague ainsi un texte, il peut encore avoir un sens… La réponse est évidemment non,  ou alors il faudrait des acteurs capables d’emmener un public  comme ceux du Théâtre de l’Unité mais là on est loin du compte!  Christophe Luthringer  a pris le parti d’en faire une  sorte de pièce de tréteaux, en gardant la trame mais avec cinq acteurs seulement pour interpréter nombre de personnages, qui, dans la pièce originale,  doivent être au moins une cinquantaine… « L’oeuvre, dit-il, délivre un message simple où Galilée : « Je crois en la douce violence de la raison sur les hommes. » Mais ce message n’a rien de didactique, il procède d’une distanciation ludique, faite de clins d’oeil et de légèreté, de cette légèreté amusée qui caractérise le personnage de Galilée ».
Luthringer essaye bien de faire ressortir tout ce que la pièce peut avoir de joyeux mais ne sen sort pas très bien… A de rares  moments, la fable de Brecht arrive quand même à passer mais cette suite de petites scènes reste quand même assez peu convaincante.
Il y a quand même quelques belles idées de mise en scène comme ce coffre/malle à tout faire ou cette gondole faite d’une grande bande de tissu rouge mais l’interprétation est des plus limites, parfois même proche de l’amateurisme: les lumières sont d’une laideur absolue, la direction d’acteurs est aux abonnés absents et tout le monde  criaille presque sans arrêt, ce qui devient vite fatiguant. Et Christophe Luthringer aurait pu nous épargner cette petite scène de théâtre dans le théâtre avec cette engueulade,  cent fois vue entre un comédien et le technicien, qui sonne faux comme ce n’est pas permis. Si on veut à tout prix augmenter encore le fameuse distanciation brechtienne, autant le faire proprement!  Le spectacle ne dure qu’une heure quinze et malgré tout traîne en longueur, faute d’une véritable structure dramaturgique….
Nous n’étions que dix-sept à voir cette chose  approximative et  très franchement, on ne vous incitera pas à y aller.

Philippe du Vignal

Théâtre du Lucernaire jusqu’au  24 août . du mardi au samedi 21h30, le dimanche à 17h  T : 01-42-22-26-50

http://www.dailymotion.com/video/xrqrlc

 


Pas encore de commentaires to “La Vie de Galilée”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...