Mise en capsules

Mise en capsules.

Mise en capsules mises-en-capsules-2012Septième édition du festival Mise en capsules: soit seize pièces de trente minutes d’auteurs parfois connus comme Rafael Spregelburd ou Bruno Nuyten qui se succèdent en alternance pendant deux semaines à raison de cinq par soirée de 19 à 22 heures. Nous n’en avons pu voir que  deux qui étaient d’un très bon niveau.
D’abord Garance et le docteur Q.  d’Eloïse Lang, mise en scène par l’auteur: une jeune femme vient consulter un sexologue. Motif: sa vie sexuelle et sentimentale, dit-elle, n’est pas du tout épanouie. Les rendez-vous se succèdent sans beaucoup de résultat et Garance qui,s’est entre temps fait plaquer par son amoureux, se mettra même en colère quand le sexologue lui dira qu’il a un compagnon. C’est pour elle comme une sorte de trahison professionnelle… Jusqu’au moment  où elle croisera dans l’escalier de son cabinet, un jeune homme venu consulter pour son homosexualité. Et Garance finira, enfin sauvée,  par faire l’amour avec lui.

L’auteur sait mener rondement un  dialogue bien ancré dans le réel, même s’il y a quelques facilités d’écriture… Et comme Camille Cottin et Christophe Corsand sont très crédibles et tiennent leur personnage avec une grande efficacité dès le début de la pièce, cette demi-heure passe très vite. Et, en plus, il y a un beau trompe-l’œil/photo de bibliothèque. Que demande le peuple?
La dernière demi-heure de  Julien Chavannes, mise en scène par Salomé Lelouch,  se passe au Q.G. de Pierre Lois, candidat au second tour des Présidentielles. Trois grandes affiches de campagne, une table couverte de livres des derniers présidents auxquels il va peut-être succéder, et quelques chaises.  Son assistante, sûre d’elle et autoritaire, pianotant sur son portable, ne cesse de l’abreuver des derniers pronostics… tous en dessous des 50%! Et les derniers flashs radio ne sont guère rassurants. Bref, il n’en mène pas large et  cette demi-heure est du genre tendu! Arrive alors-on ne sait comment-très statue du commandeur, un homme aux cheveux blancs, à l’allure mitterrandienne: c’est l’actuel président de la République, l’autre candidat du second tour!

 Rêve ou réalité? En tout cas, Pierre Lois, mal à l’aise va quand même devoir faire avec;   le Président qui a l’expérience du poste, l’accable d’une certaine condescendance et lui impose même  de refaire le débat télévisé qui a eu lieu entre eux il y  a quelques jours… Dialogue là aussi, précis et ciselé; les deux personnages ont tout à fait crédibles, même si on est très loin de la réalité puisque les états-majors, comme le candidat, connaissent déjà les résultats plusieurs  heures avant  grâce aux puissants ordinateurs et aux médias étrangers qui ne se privent pas de diffuser les résultats bien avant huit heures. Mais on situera cette dernière demi-heure pour des Présidentielles, avant le règne d’Internet…
Comme c’est très bien dirigé par Salomé Lelouch et impeccablement joué par Hervé Dubourjeal, Bertrand Combes et Ludivine  de Chastenet, on se laisse vite prendre par cette fiction. La salle est  bourrée d’un public très jeune, assez surchauffé, bref un public de rêve, attentif, complice malgré la chaleur équatoriale et  qui  sort  ravi. Mais il faudrait que le Ciné-13 Théâtre respecte les consignes de sécurité et ne place pas  des tabourets un peu partout dans les passages.
 Par ailleurs, l’idée de donner un prix à la meilleure des pièces courtes pour que ses créateurs puissent passer à une forme longue n’est pas du bois dont on fait les flûtes. Passer à une forme longue? On ne voit pas très bien ce que cela pourrait apporter; ce serait comme demander à l’auteur d’une nouvelle de la transformer en roman… Mieux vaudrait programmer une série de représentations  avec chaque soir les trois meilleures sur les seize  pièces présentées..

Philippe du Vignal

Ciné 13 Théâtre avenue Junot Métro Abbesses ou Lamarck-Caulaincourt jusqu’au 8 juin.


Archive pour 8 juin, 2013

Genesis

Genesis de Prune Nourry.


Genesis dans actualites photoAutour de la Biennale de Venise qui a lieu jusqu’au au 24 novembre, l’Alliance  Française et The Invisible Dog Art Center de New-York ont donné carte blanche à Prune Nourry pour un  nouveau projet. Vingt-huit ans , diplômée de l’école Boulle, Prune Nourry se sert de  la sculpture, de  la photographie et de la vidéo pour traiter de questions de sociologie et d’éthique  mêlées d’inspiration religieuse, et vit aujourd’hui à Brooklyn. Performeuse, elle avait ainsi abandonné ou détruit ses sculptures sur les toits de Paris et dans la rue, pour qu’elles aient une deuxième vie.
En 2011, Prune Nourry avait  dénoncé, avec son exposition Holy Daughters, la fragilité de la condition féminine et les avortements sélectifs en Inde  comme l’ont rappelé de récents faits divers, avec des sculptures de petites filles à tête de vache sacrée, qu’elle a exposées dans des espaces publics aux regards des hommes. Elle a aussi détourné la fête de Holy River destinée à magnifier la fertilité et fréquentée par une majorité d’hommes,  en général ivres, en y faisant participer des petites filles.
Au printemps dernier, à Paris, la maison Bernardaud, créatrice de porcelaines, a  demandé  pour célébrer ses cent cinquante ans, à une douzaine d’artistes contemporains, dont Prune Nourry et  à un photographe de rue  J. R. de créer  un service de table: “Je te mangerai dans la main”.  Les mains représentant pour elle, l’outil le plus essentiel de l’homme.
Le 14 juin prochain,  elle  sera à Venise au casino Venier, célèbre  architecture du 18ème siècle et  siège de l’Alliance française, pour une  performance chorégraphiée de  trois heures,  autour d’une barre de pole-dance, sur une musique de Vivaldi, avec Katsuni, célèbre actrice franco-vietnamienne de films pornographiques. Avec pour  thème, un détournement de la statuaire italienne classique.
Prune Nourry défend toujours la cause des femmes,  qu’elle  travaille en  Chine, en Inde,  en Europe ou aux  Etats-Unis.  Elle traite de la sexualité et de ses ambivalences,  notamment avec cette chorégraphie qui risque de surprendre! Une dégustation, assortie à la performance,  sera offerte au public, mais de quel ordre? Le mystère reste entier.  
Entre provocation et dénonciation, la frontière est en effet très mince…

Nathalie Markovics

www.prunenourry.com
www.afvenezia.it

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...