Cyrano de Bergerac

Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, mise en scène de Georges Lavaudant

Cyrano de Bergerac  cyranoPour Lavaudant, Cyrano de Bergerac est la pièce de clôture symbolique de notre romantisme du XIX ème siècle. Avant Ubu de Jarry, dont le texte d’une modernité évidente,paraîtra un an après Cyrano.
Avec Cyrano, brillent en effet les derniers feux d’un théâtre en alexandrins, façon Hugo : envolées lyriques sur les valeurs positives à défendre, avec, d’un côté: amitié, amour, et fidélité  que se jurent les Cadets de Gascogne, protection des plus faibles, ainsi le poète-pâtissier innocent Ragueneau (Olivier Cruveiller).
Et de l’autre côté, un combat déclaré aux valeurs négatives-félonie, sottise des petits marquis courtisans (Molière, à l’honneur toujours !), vanité du pouvoir et de la reconnaissance financière ou politique. Sont bafoués les gens comme de Guiche (Gilles Arbona) qui saura se positionner loyalement au siège d’Arras. Au nombre des attaques encore:  l’art, le mauvais théâtre, l’exagération déclamatoire des comédiens asservis à une ligne artistique désuète, représentée par le jeu suffisant de Montfleury (Pierre Yvon).
En échange, la vérité d’un seul comédien, celle de Cyrano, emporté, « naturel « , convaincant et fougueux-faiseur de théâtre dans le théâtre-et forcément porteur de vérité avec panache (Patrick Pineau),  bon enfant rageur et généreux, à la voix cassée, et au nez protubérant, caractéristique du personnage sympathique mais non conciliant, dont la laideur est toute relative, avec son large chapeau  et son épée fidèle. Cyrano est un Matamore des planches, un fier-à-bras de tous les temps qui, sans difficultés, vaincra toujours sur la ligne d’arrivée les beaux Christian (Frédéric Borie), dont le verbe ne sait pas donner sans compter et pour lequel la poésie est une planète inconnue.
L’amour toujours relève de la recette heureuse de ce morceau de bravoure qu’est Cyrano. Magdeleine Robin dite Roxane (Marie Kauffmann) est la précieuse, amoureuse de Christian, cousine  de Cyrano que ce dernier aime de toute son âme, une âme qu’il transfère à l’amant par le subterfuge du rôle qu’on souffle à l’acteur. Une leçon moqueuse de théâtre avec la fameuse  scène du balcon…quand la parole chuchotée de Cyrano fait obtenir à Christian un baiser inespéré.
La mise en scène ne déroge pas à la tradition ! Avec de beaux décors de Jean-Pierre Vergier  sur la scène ronde de l’Odéon:  des rangées de buis, éclairées la nuit par quelques lumières de cinéma à la Méliès et où résonnent des musiques dramatiques de films. Au centre, un haut buisson,  tournette pour rendez-vous d’amour ou bien territoire militaire,  pour le siège d’Arras.
Les autres comédiens (François Caron, Astrid Bas, Emmanuelle Reymond, Laurent Manzoni, Alexandre Zeff, David Bursztein) se sont tous aussi  engagés avec une belle humeur au service de la pièce,… Un moment sans prétention et joyeux de théâtre populaire.

Véronique Hotte

 Nuits de Fourvière jusqu’au 12 juin. T. : 04-72-32-00-00. A la MC 93 à Bobigny du 4 au 22 octobre  et du 4 au 15 décembre  aux Gémeaux de Sceaux

 

 


Pas encore de commentaires to “Cyrano de Bergerac”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...