Le Dindon de Feydeau mise en scène de Philippe Adrien

Le Dindon de Georges Feydeau mise en scène de Philippe Adrien.

 

Le Dindon de Feydeau mise en scène de Philippe Adrien dindongrandCe Dindon avait été mise en scène par Adrien il y a deux ans, à la Tempête (voir l’article d’Edith Rappoport  dans Le Théâtre du Blog) et est repris aujourd’hui au Théâtre de La Porte Saint-Martin, avec la même distribution ou à peu près, et dans le même décor intelligent et raffiné  de Jean Haas. Soit une boîte noire avec un plateau tournant  où peuvent coexister deux univers opposés-du coup vite introduits-comme un salon familial et une chambre d’hôtel de passe,
Nous  vous épargnerons le scénario-toujours compliqué chez Feydeau mais qui est loin d’une mécanique implacable-le mot ne plaît guère à Adrien-et il a raison.
 Il s’agit bien en effet d’une dramaturgie très construite  avec des procédés comiques , des dialogues d’une grande virtuosité et des personnages hauts en couleur:  Il y a ainsi un Londonien qui a l’accent marseillais, une médecin retraité et sa femme sourde, une jeune Anglaise, survoltée et obsédée par le sexe, une gentille petite pute mondaine qui connaît toutes les ficelles,  un commissaire de police chargé de constater les adultères commis dans un hôtel borgne, deux belles jeunes femmes, jusque-là fidèles à leurs maris qui n’arrêtent pas, eux,  de coucher sans aucun état d’âme, avec toutes celles qui passent à leur portée.
Mais les femmes dans ce jeu pervers sont bien plus adroites, plus intelligentes quant  aux moyens à mettre en œuvre quand il s’agira aussi bien  de goûter au fruit défendu  avec les premiers qui les dragueront. En fait, à la fin, on ne sait plus très bien qui trompe qui… Le constat de Feydeau est amer: les hommes servent de cible idéale quand leurs épouses ,ou leurs amantes d’un moment, commencent à vouloir se venger. Et ils seront vite emportés dans un tourbillon infernal où se profile une  catastrophe sentimentale et/ou sexuelle,  où l’argent est souvent moteur….

C’est l’univers de Nana que Zola écrivit à la même époque mais, quand  Feydeau met en scène  avec précision cette galerie de grands bourgeois, toujours accompagnés de quelques domestiques ou prolétaires, c’est dans la plus pure tradition française de la comédie de l’arroseur arrosé, et du cocu cocufié.Il y a  dans Le Dindon comme dans ses autres pièces,  une réflexion plus intense sur le genre humain qu’il n’y paraît  et,  parfois, avec des coloris assez sombres! Quant aux   intrigues imaginées par  Feydeau, elle appartiennent  à une autre société que la nôtre mais les affaires récentes qui ont agité le petit monde politico-économique français sont bien du même tonneau. Mais, dommage, nous n’avons pas actuellement  notre Feydeau!
Avant même que ne commence vraiment la pièce, il y a une scène muette vraiment formidable: comme un morceau d’anthologie, où on retrouve le cinéma muet et Buster Keaton: le plateau tourne avec ses personnages qui semblent désemparés  et qui se cognent à des portes qui se referment tout à coup, subtile métaphore  de cette pièce, à la fois comique et profondément noire pour qui sait y aller voir…
573014_1370538321_573014-0202811551177-webCes grands bourgeois sont loin d’être stupides:ils se font simplement embarquer  dans une série d’intrigues, erreurs, quiproquos, et imbroglios qu’ils ont eux-même, par leur comportement délirant, contribué à forger  mais qu’ils ne peuvent plus ensuite maîtriser.
Et la suite? Pendant, disons,  les trente premières minutes, le spectacle  fonctionne assez bien et on rit de bon cœur ,même si déjà perce le style de comique clownesque un peu facile  avec lequel les personnages de Feydeau  n’ont pas grand-chose à voir.
Philippe Adrien adore  déconstruire les codes  du théâtre bourgeois, mais sa mise en scène a du mal à passer  de la petite salle avec gradins de la Tempête,  à celle beaucoup plus grande d’un théâtre de boulevard qui a vu naître Cyrano.  Et le très beau plateau tournant  que Jean Haas a  créé, situé plus haut sur une  scène déjà un peu haute, n’a plus toute la place qu’il mériterait.

Comme cette  salle-ce soir là, peu remplie-est aussi plus grande, les comédiens pour être convaincants, se croient obligés de surjouer constamment, de rouler des yeux et  de criailler sans arrêt, ce qui est la pire des idées. Et on ne sait plus très bien alors, si c’est au premier ou au second degré qu’il faut voir les choses…
 Du coup, les deux heures vingt cinq (sans entracte comme à la Tempête) de cette pièce inégale et un peu longuette, surtout en son milieu, finissent par peser.Le public, lui, semble étonné mais apprécie cette version du Dindon à des années-lumière de celle de la Comédie-Française en 68, toute droite sortie du 19 ème siècle:  il applaudit aux entrées ou sorties des comédiens quand la scène lui a plu, chose classique dans le théâtre privé mais totalement impensable à la Tempête…
Alors à voir? Cela dépend de  ce que vous en attendez mais c’est un spectacle assez décevant et encore une fois, qui souffre à l’évidence d’un atterrissage sur un terrain non prévu au décollage. Bref, la malédiction de la reprise a encore frappé…

Philippe du Vignal

Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...