Il Mondo della luna

Il Mondo della luna, musique de Joseph Haydn, livret de Carlo Goldoni, direction musicale de Guillaume Tourniaire, mise en scène de David Lescot

Il Mondo della luna ilmondo-300_nd38048 Le ciel est étoilé et le restera au cours des trois actes, et la lune tient le rôle de prima donna. Dans la fosse, l’Orchestre-Atelier OstinatO, composé de jeunes musiciennes et musiciens de haut niveau, en position d’insertion, est au complet, sous la baguette du dynamique Guillaume Tourniaire. Sur le plateau, les solistes de l’Atelier Lyrique de l’Opéra national de Paris, jeunes chanteurs en début de carrière, incarnent, en alternance et avec aisance, les rôles écrits par Carlo Goldoni. C’est sa sixième coproduction avec la MC93 qui avait à l’affiche, l’an dernier La Finta Giardiniera, de Mozart.
Inventeur d’un télescope dont il est fier, Ecclitico observe la lune à partir de son observatoire situé sur le toit d’une vielle camionnette. Plus mystificateur qu’astronome, ce professeur nimbus prétend avoir vu, sur la lointaine planète, quelques ravissantes lolitas en habit d’Eve, et nourrit les fantasmes de quelques-uns, dont Buonafede, un passionné d’astronomie. Rempli d’admiration face à ce spectacle inédit, le naïf va se faire manipuler, car la lunette est truquée. Avec ses deux compères -le chevalier Ernesto et son serviteur Cecco-, Ecclitico tourne le télescope vers de petits personnages, qui se projettent sur une banderole : point de nymphettes, en fait. Et chacun y va de sa petite histoire, dans une atmosphère électrique : «Qu’avez-vous vu» ? se demandent-ils les uns aux autres.

Absorbé par ses grandes découvertes, Buonafede ne voit pas ses trois filles se mutiner, au fond d’une vieille roulotte, posée dans un terrain vague couvert de détritus (scénographie d’Alwyne de Dardel et lumières de Paul Beaureilles): elles se pomponnent et marivaudent, annonçant haut et fort leur quête d’un mari. «Trouvez-moi un parti qui me convienne ou bien laissez-moi faire», s’insurge Lisetta.
Et le stratagème se poursuit, mené par Ecclitico et ses complices : Buonafede qui y croit dur comme fer,  achète, à prix fort, un élixir capable de le propulser sur l’astre magique. Le puissant somnifère agit et les compères transforment en paysage lunaire plein de cratères, le terrrain vague, recouvrant le plateau d’un tissu écru, au-dessus de la décharge. «Adieu monde, je m’envole», jubile-t-il.
La suite se passe sur la lune où le Grand empereur, attend notre héros. La terre est une petite boule lointaine. Les costumes se transforment en parodie XVIIIe, avec crinolines et collerettes version plastique et manteaux papier-nylon très inventifs. Fabriqués avec des matériaux de récupération, ils ont un petit air d’inachevé et sont signés de Sylvette Dequest, réalisés pour l’acte II, par les étudiants costumiers du Lycée La Source de Nogent-sur-Marne.
Les elfes, vêtus de tuniques grises en plastique-poubelle, portent avec élégance et maîtrise, leurs chapeaux en tuyaux d’évacuation, ou carcasses d’abats-jour. «Tout est plaisir, tout est beauté» dans ce nouveau pays. Des fleurs magiques poussent comme par magie et disparaissent aussi vite, parfait mirage. Et les couples se forment : Cecco et Lisetta, sacrée «reine lunatique» dans une robe à cerceau très courte, Ecclitico et Clarice, Ernesto et Flaminia. Happy end, version grande crétinerie. «Je pardonne à tout le monde» lâche à la fin Buonafede, conscient enfin de la supercherie, qui visait aussi au mariage de ses filles.
Plus opérette qu’opéra, l’argument traîne en longueur et la lune a perdu de sa magie. L’écriture scénique de David Lescot, auteur, metteur en scène et musicien, œuvre dans ce mélange des disciplines, heureusement, la grosse machine ne se prend pas trop au sérieux et relève plutôt de la farce de potache.
Entre l’envers et l’endroit, on se laisse donc balader gentiment.

Brigitte Rémer

MC 93 Bobigny, 9 Bd Lénine, du 22 au 28 juin, à 20h, en italien surtitré. www.MC93.com Tél : 01-41-60-72-72

 


Pas encore de commentaires to “Il Mondo della luna”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...