Festival d’Avignon: Orphelins de Dennys Kelly

Orphelins de Dennys Kelly, traduction de Philippe Le Moine, mise en scène d’Arnaud Anckaert.

Festival d'Avignon: Orphelins de Dennys Kelly  dsc_1393Dennys Kelly est sans doute un des auteurs anglais les plus connus actuellement et maintenant souvent joué chez nous (voir Le Théâtre du Blog). Orphelins, dont c’est la création en langue française,  se situe dans un milieu ouvrier et a, au début du moins,  les allures banales d’un fait-divers, mais il va beaucoup plus loin.
Un jeune couple, Helen et Danny, qui a déjà un enfant et en attend un autre, est en train de dîner quand arrive Liam, le frère d’Helen. Il semble bizarre, ses paroles ne sont pas très cohérentes  et ses vêtements comme ses bras  sont pleins de sang.
Blessure personnelle? Accident? Violente bagarre? Parodie de suicide?  Meurtre prémédité? On ne saura vraiment ce qui s’est passé qu’à la fin, mais, rassurez-vous,  c’est encore plus horrible que prévu.
Claudine Chaigneau,  coordinatrice du Théâtre du Blog, et par ailleurs, grande connaisseuse de polars,  trouvera peut-être mais le public est resté scotché. Mais à l’extrême fin,  Denny voudrait absolument que sa femme avorte sans qu’il dise pourquoi mais on a deviné…
Ce huis-clos-dans un triangle de contre-plaqué avec juste une table,  deux chaises et un téléphone- » thriller psychologique » selon l’auteur- va mettre en contradiction profonde les relations du couple et celle de la famille représentée en l’occurrence par ce beau-frère vraiment glauque que le public soupçonne de choses pas claires sur la personne d’un gamin étendu inanimé, pas très loin de leur maison . C’est d’une habileté remarquable dans la progression de l’horreur mais ce ne serait pas bien de vous dévoiler la fin de ces Orphelins.  Dennis Kelly fait très fort et  le metteur en scène a très bien compris
c’est une impression envahissante qui fait froid dans le dos: celle d’une  horreur bien  réelle, même si on ne voit pourtant pas grand-chose d’horrible,  pourrait très bien se passer dans n’importe quel milieu. Y compris le nôtre… Les commissaires de police,  anglais comme français, pourraient sûrement vous en dire plus. La pièce de Kelly est parfois un peu trop démonstrative et aurait gagné à être plus serrée mais bon…
Côté réalisation, c’est du genre impeccable. Sans doute, le metteur en scène n’en est pas à son coup d’essai mais quelle intelligence du texte, quelle direction d’acteurs… Tous impeccables et justes, aucune criaillerie, aucun geste approximatif:  Valérie Marinese est l’épouse enceinte,  à la fois meurtrie et d’un cynisme total quand il s’agit de prendre des décisions: appeler ou non la police quoiqu’il arrive ensuite, François Godart est le mari au début attachant par son côté gros nounours, et encore plus glauque que son épouse. Et Fabrice Gaillard (Liam) incarne  un être tout à fait inquiétant. Et la scénographie d’Alexandre Charles est tout à fait remarquable. Et il y a des confidences  subtilement amplifiées. 
Que demande le peuple?
Encore une fois, quitte à se répéter, l’image du off a bien changé en quarante ans. Du tout premier spectacle: La Paillasse au seins nus de  Gérard Gélas, très bêtement interdit par le préfet du Gard, ce qui mit le feu aux poudres du festival 68,  des milliard de tonnes d’eau sont passées dans le Rhône. Et maintenant, bien des spectacles théâtraux, et en particulier de province, qui viennent dans le off, ont de remarquables qualités mais celui-ci, venu du Pas-de-Calais,  chaleureusement applaudi,  est exemplaire: ne le ratez surtout pas. On lui souhaite une belle et longue vie… à Avignon et en tournée.

Philippe du Vignal

Théâtre des Lucioles .Avignon. Présence Pasteur à 17h 45.

Le texte de la pièce est publié chez L’Arche éditeur.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...