Festival d’Avignon: Ping-Pang Qiu

Festival d'Avignon: Ping-Pang Qiu ping-pang-qiu

 

Ping Pang Qiu, texte mise en scène et scénographie d’Angélica Liddell, en espagnol surtitré.

On se souvient du formidable coup de tonnerre dans le ciel serein d’Avignon quand l’artiste espagnole avait présenté, il y a trois ans, sa longue mais tout à fait remarquable performance La Casa de la fuerza (voir Le Théâtre du Blog). A 47 ans, auteur d’une vingtaine de pièces, elle est revenue depuis avec plusieurs spectacles au Festival et ensuite à Paris:  L’année de Ricardo, Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, Un projet d’alphabétisation. Et cette année, elle a été invitée avec d’abord Ping Pang Qiu et Todo el Cielo.
Ping Pong Qiu, c’est une sorte de théâtre document où Angélica Liddell nous livre à la fois son immense admiration et son amour pour la Chine où elle vient de passer quelques mois, sa fascination pour les 4.000 caractères à apprendre:  » Je m’impose des taches colossales qui m’aident à supporter le désespoir ». « La discipline m’aide à supporte le manque de joie et à me rendre inapte à la joie ».  » Quand les espoirs sont détruits, il faut chercher l’indestructible. Et les 4.000 caractères sont indestructibles. Et mon amour de la Chine est indestructible ».  La metteuse en scène essaye de comprendre cette  Chine qui avait conclu en pleine guerre froide avec les Etats-Unis un accord dit « de diplomatie du ping-pong « qui, en 1971,  permit grâce l’envoi de  joueurs américains dans l’empire de maintenir des relations convenables entre les deux pays. Même quand la  Chine  condamnait la guerre que menaient les Etats-Unis au Viet nam…
Mais, en fait, dans cette nouvelle pièce Angélica Liddell, en dix sept séquences, règle à nouveau ses comptes avec l’incarnation du mal: la dictature d’un homme seul sur un peuple comme Mao qu’un ami chinois a comparé à Hitler, avec les intellectuels et artistes français coupables à ses yeux d’une grande naïveté devant ce phénomène exaltant pour eux que fut la Révolution culturelle chinoise. La fille d’un général franquiste sait ce dont elle parle, pendant que défilent les célèbres images de cet homme seul face aux chars  sur la place Tien-Amen, elle tape juste, sec et fort:  » Bref, si la France avait eu affaire à Mao, Paris, le merveilleux Paris serait aujourd’hui une  grande plaque de ciment (…) Les Français ont de très jolis cafés et d’excellents vins pour défendre n’importe quoi « .

La Chine la fascine mais Angélica Liddell n’est pas dupe:  ce conflit permanent qu’il y a chez elle, entre  amour et politique, la renvoie aussi à ses propres questionnements sur la vie qui passe, sur ses amours disparues et sur sa haine des parents  » Ce qui nous sauve de tout, c’est la solitude ». Le public écoute,  dans un silence presque religieux,  cette jeune femme pour qui le langage est une arme redoutable dont elle sait admirablement se servir, et sans aucune concession. Y compris quand il s’agit de parler de relations sexuelles. Lucide mais très pudique, Angélica Liddell n’en dira pas plus même si on sent chez elle une terrible violence intérieure:  » Quand on tombe amoureux, on peut juste choisir entre la discipline et la punition. S’éloigner et respecter la discipline. Ou bien se rapprocher et supporter la punition ».
  »La véritable anéantissement de l’être humain consistait à priver les générations à venir de la beauté suffisante pour comprendre le monde, pour comprendre la triste boue dont nous sommes faits » quand elle parle des nazis brûlant des œuvres de Klimt. Pour de telles phrases, il lui sera beaucoup pardonné à Angélica Liddell qui  cite aussi  Le Livre d’un homme seul de Gao XingGiian, l’écrivain chinois à qui fut attribué le prix Nobel et réfugié en France.
Sur le plateau d’un gymnase, pas grand chose d’autre que des caisses de Coca-Cola, un petit tas de sable blanc où l’on verra -sublime image- un livre que l’on fait  flamber dans un seau, et une table de pin-pong au centre, avec quelques chaise hideuses en tubes inox et  sièges en vinyl marron. Reviennent plusieurs fois des extraits de l’opéra de Glück Orphée et Eurydice, dont le fameux Che faro senza Euridice, métaphore de son attachement à la Chine au point, dit-elle,  de vouloir l’arracher à ses ombres. On entend aussi à la fin  Perfidia chanté par Nat King Cole. Angélica Liddell s’est entouré de quatre comédiens espagnols, dont deux grimés en chinois, et même s’ils ont une belle présence, on voit vite que c’est d’elle, et encore d’elle qu’il s’agit. Elle parle, danse dans une grande robe rouge sans manches et ne craint pas de s’allonger les seins nus sur la table de ping-pong.
ppqCela dit, même si on ne boude pas tout le plaisir que l’on a à retrouver cette boule de colère et de violence, sa mise en scène est loin de l’excellence. Rien à dire sur sa direction d’acteurs et ses images sont toujours aussi luxueuses, comme cette machine à lancer des balles de ping-pong pour l’entraînement des joueurs où chaque balle s’en va rebondir une fois sur la table, puis sur le sol et une dernière fois sur le même projo orange d’une série ! On regarde fasciné alors qu’il n’y a rien de bien particulier à voir! A mi-chemin d’une performance aux images luxueuses et d’un projet plus théâtral qui manque parfois d’une véritable unité. Et quelle sotte idée d’avoir appareillé les comédiens de micros HF qui donnent de drôles de couleurs au texte! C’est devenu une véritable manie  dans le in comme dans le off. Et Angélica Liddell aurait pu nous épargner cette pénible séquence finale de bouffe de nouilles chinoises que ses acteurs s’enfournent dans la bouche, et jettent un peu partout sur le plateau. C’est long, inutile, même pas provocant et surtout ne signifie rien. Elle gardera sans doute cette séquence mais, on le lui dit quand même, elle est vraiment nulle!
Alors à voir? Oui, mais en tournée et à Paris, car cela parait foutu pour entrer au gymnase du lycée Mistral, on s’arrache les places mais enfin, vous pouvez toujours essayer de trouver un billet revendu…Malgré ces faiblesses de mise en scène, ce Pin Pang Qiu reste un spectacle intéressant. Les dramaturges  contemporains, mis à part Thomas Bernhard dont Angélica Liddell cite l’exemple, ne sont pas si fréquents à s’exprimer avec une telle rage et à se battre contre la pourriture du monde.
On vous parlera demain de Todo el cielo, son autre spectacle à Avignon.

Philippe du Vignal

Gymnase du lycée Mistral, à 15 heures, jusqu’au 11 juillet. Durée : 1 h 40. Ensuite au Théâtre de l’Odéon.

 


Un commentaire

  1. LIVCHINE dit :

    Cette femme est une coqueluche, ce qui restera. D’Avignon quand baudri Archambault seront partis , c’est leur découverte . Mais que de défauts de rythme de construction , c’est une juxtaposition et moi au bout de 40 mn je me dis que j’ai compris et ça repart encore pour 12 séquences bof. Le meilleur c’est le film de tien an Men . Elle est sur côtée cette Angelica , elle est nature ça c’est bien mais bon je lui donne un
    Petit 11/20. C’est bien raté je dirais mais ça vaut mieux que mal réussi .

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...