L’été Chushingura

Festival d’Avignon : L’été Chushingura par la compagnie Bando Sengiku et Fleurs rouges, fleurs blanches par la compagnie Mademoiselle Cinéma.

 

L'été Chushingura  art-jap-2Découvrir des troupes étrangères, qui viennent de loin pour se payer, au sens réel du terme,  une part de ce festival mythique, c’est le cas de deux troupes de Tokyo qui se sont partagées chacune-moins cher!-dix jours de représentation dans la belle salle ronde de La Condition des Soies.
Pour L’Eté de Chushingura, la chorégraphe Bando Sengiku a offert à ses interprètes cette part de rêve. Son  spectacle de danse traditionnelle mêlée de modernisme, d’une grande beauté plastique raconte une fable venue du Japon médiéval.
Une histoire vraie:  le sacrifice de  47 samouraïs dans l’unique but de se venger. Pour la metteuse en scène qui danse,  depuis son enfance, au théâtre National du  Bushido, le code d’honneur des samouraïs est un état d’esprit qui se perd aujourd’hui. Grâce à la collaboration d’artistes français ou d’Asie, venu compléter la troupe de Tokyo, ce spectacle avec treize danseurs et danseuses,  portant des costumes somptueux, au travail technique impeccable et aux gestes aussi  précis que beaux -nous a emporté dans un voyage hors du temps.

art-jap-3-200x300On découvre un tout autre univers avec Avec Fleurs rouges, fleurs blanches que  Naoto Ito a créé en 91 au  Session House, un petit théâtre de  Tokyo. La chorégraphe a  fondé  sa compagnie en 93. « Je pense, dit-elle,  que l’objectif de la danse est de donner corps aux émotions,pensées et souvenirs, que chaque danseur renferme dans son cœur, à travers ce médium qui est le corps».
Le spectacle, qui  appartient au répertoire de la compagnie,  raconte l’histoire de la vie et de la mort, symbolisée ici par les fleurs. Les cinq danseuses, interprètent  des tableaux proches de la performance, avec une belle énergie, dans des  costumes réalisés  par Tohco Sakyo, ce qui donne  un petit côté défilé de mode iconoclaste, décalé et envoûtant.
Heureux public qui a découvert ces danses japonaises contemporaines, d’autant que, dans ce pays, on n’atteint jamais la perfection, mais on y aspire toujours…

Jean Couturier

Condition des soies du 8 au 17 juillet pour L’Eté de Chushingura et du 20 au 30 juillet pour Fleurs rouges, fleurs blanches.

 


Pas encore de commentaires to “L’été Chushingura”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...