Insomnies

Insomnies de Jon Fosse, lecture par le collectif Exit dirigée par Hélène Soulié.

Écrivain norvégien, Jon Fosse, à 53 ans,  est un des auteurs de théâtre les plus en vue chez nous depuis qu’il a été monté, entre autres, par Régy, puis par Ostermeier, Chéreau, Lassalle… (voir les nombreux articles du Théâtre du Blog consacrés aux mises en scène de ses pièces).
Il a longtemps écrit romans, essais et livres pour enfants, avant d’arriver tardivement au théâtre avec sa première pièce  Et nous ne serons jamais séparés publiée en 94 et donnée en ce moment dans une mise en scène de Marc Paquien avec Ludmila Mickaël au Théâtre de l’Oeuvre.Son écriture se caractérise par l’emploi d’un vocabulaire très peu riche, la mise en avant de personnes simples, dans leur vie quotidienne. Cette fausse simplicité cache une mécanique de l’épure, précise et réfléchie, qui implique une écriture circulaire, ou plutôt en forme de spirale. Une écriture qui, bien souvent, comme, par exemple,  dans Kant,  nous saisit d’angoisse.
Hélène Soulié, directrice artistique du collectif Exit, se passionne pour les auteurs scandinaves;  son « Eyolf » d’Ibsen (voir Le Théâtre du Blog)) a été donné l’an dernier au Théâtre de l’Aquarium et elle retrouve Fosse  dont elle avait monté Kant, comme cette fois,  dans une  traduction de Terje Sinding. Insomnies  raconte l’exil d’un très jeune couple chassé de la remise à bateau où ils avaient trouvé refuge. La jeune femme est enceinte et il est important pour eux de vite trouver  un point de chute avant l’accouchement.
Mais tout se passe mal: la mère de la jeune fille la rejette, lui préférant sa sœur, à qui tout réussit.L’intégralité du texte ne nous a pas été lue mais on devine que les deux marginaux vont avoir à faire des choix cruciaux pour survivre, choix que la morale n’accepterait pas.
La pièce de Fosse ne semble pas porter la même charge émotionnelle que les autres. Mais la partie lue est plutôt un prologue au développement de l’action et,  à la lecture, un des comédiens avait un débit extrêmement lent, et n’était pas au diapason des deux autres. Dommage! L’écriture de Fosse ne pardonne pas en effet cette erreur qui fait  passer les personnages « Fossiens » pour des demeurés….Dans les perspectives de mise en scène annoncées (la pièce sera créée en 2014/2015), il y a des pièges dans lesquels on espère qu’Hélène Soulié ne tombera pas : emploi de la vidéo, musique jouée en scène d’inspiration « pop rock »!. Mais on suivra avec plaisir cette création ambitieuse…

Julien Barsan

 


Pas encore de commentaires to “Insomnies”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...