Symphonie M

Symphonie M chorégraphie d’Akaji Maro,  avec la compagnie Dairakudakan.

 

photo« La fiction est une notion « infirme » dans la vie, car, vide, elle est proche de la mort et de ses sphères. C’est pourquoi, peut-être, non sans raison, j’ interprétais le drame-fiction comme le monde mort des morts ».  Tadeusz Kantor définissait ainsi son Théâtre de la mort  qui a bénéficié de  nombreuses analyses.
Nous sommes encore tous orphelins de cette forme de représentation et notre sensibilité est donc  vite réactivée, quand, au détour d’un spectacle comme celui d’Akaji Maro, nous perçevons des aspects communs à ces deux créateurs. Ici, nous devons parler plutôt d’une danse de mort fascinante par sa dureté et sa beauté.
Le chorégraphe s’est inspiré du Livre des morts tibétains qui, selon lui, « décrit les états de conscience et les perceptions qui se succédent pendant la période qui s’étend de la mort à la renaissance ». Akaji Maro,  qui ne fait pas du tout ses soixante-dix ans, a ici un visage maquillé de vieillard de plus de quatre-vingts ans. Il navigue entre théâtre et danse, donnant vie à des fantômes de personnages, de la petite fille mutine avec son gros nœud rose dans les cheveux, à la vieille comédienne ou cantatrice que, seule, la magie de la scène peut faire sortir du néant.
Son corps a des mouvements d’une incroyable précision qui, très minimalistes au début, vont progressivement connaître des secousses, assez proches de la transe. Son visage, lui aussi être traversé d’émotions,  de la joie à la terreur, va renaître de ses cendres, à mesure que les tableaux se succèdent.
Il est entouré  de quatorze artistes, dont quatre danseurs en smoking incarnent des sortes de croque-morts et  quatre danseuses toutes habillées de blanc, vierges inaccessibles sorties des ténèbres, et enfin,  six autres danseurs plus classiques de butô.
Cette création est rythmée par la magnifique Cinquième Symphonie de Mahler qu’il coupe par moments pour que le public perçoive mieux sa gestuelle: « Je conserve de la place pour le silence, dit-il, pour éviter que les spectateurs se raccrochent uniquement à cette œuvre de Mahler ».
Nous ne sommes pas prêts d’oublier cette danse de mort qui ne peut laisser personne indifférent et qui rapproche encore Akaji Maro, de Tadeusz Kantor. Pour ce moment unique de théâtre et de danse, on pense à ce  beau titre d’Ibsen: Quand nous nous réveillerons d’entre les morts.

 

Jean Couturier

Maison de la Culture du Japon jusqu’au 30 novembre.


Archive pour 22 novembre, 2013

Le Crocodile trompeur/Didon et Enée

 Le Crocodile trompeur/Didon et Enée,  d’après l’opéra d’Henry Purcell et d’autres matériaux, mise en scène de  Samuel Achache et  Jeanne Candel.

  Double titre énigmatique pour cette version du célèbre opéra de Purcell et souvent mis en scène (voir Le Théâtre du Blog)qui s’explique: Jeanne Candel en cite quelques vers,: « Ainsi sur les rives fatales du Nil/ Pleure le crocodile trompeur/Ainsi les hypocrites coupables du meurtre/En rendent le ciel et les dieux responsables ! »
José Alfarroba, infatigable découvreur de compagnies singulières, a eu la bonne idée de les inviter à Vanves,

   Devant une bâche noire qui, au début, sert d’écran pour le surtitrage, un amas de chaises de rebut, des instruments de musique par terre, une gourde… Un comédien surgit et  parle de l’harmonie des sphères, des rapports entre les nombres et les notes de musique, de la traversée de la mer horizontale et verticale… Les musiciens arrivent alors en grande tenue, jouent quelques notes, et s’affrontent, pour la plupart, dans un anglais de cuisine .
Puis, l’un d’eux, un vrai British, à l’arrivée de Didon, chante le rôle d’Énée, accompagné par un excellent orchestre. Quelques instants plus tard-très belle scénographie de Lisa Navarro-la bâche noire s’affaisse, laissant apparaître un champ de ruines, et un lustre en cristal qui  se balance.
Les séquences les plus loufoques se succèdent alors, et le haute-contre, en chaussures de ski, dévale l’amas de ruines, puis fixé sur une planche, doit ramper pour traverser la scène. « Nous piochons notre plaisir dans les ruines des autres ! ». Entrecoupée de séquences lyriques magnifiquement interprétées par cet ensemble de jazz qui possède aussi de bons solistes lyriques interprétant le chœur, cette étrange mise en scène, fondée sur des improvisations, est pleine d’un humour bizarre et réjouissant.
Ne ratez pas ce spectacle, quand il passera très bientôt à Paris ou dans votre région!

Edith Rappoport

 

 Spectacle créé à la Comédie de Valence et vu au Théâtre de Vanves le 21 novembre; repris au Théâtre des Bouffes du Nord du 27 décembre au 17 janvier.

Image de prévisualisation YouTube

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...