Les Morts qui touchent

Les Morts qui touchent, spectacle pour vivants, fantômes et paysages, texte d’Alexandre Koutchevski, mise en scène de de Jean Boillot, musique de Martin Martalon.

 

nest_LMQT_112013_photo_Arthur_Pequin_MG_0177  Le texte d’Alexandre Koutchevski, né en 1978, qui fait partie d’un collectif d’auteurs à Rennes, a pour point de départ, le cauchemar réel d’un Burkinabé dont on retrouva le corps tombé de l’avion en forêt de Rambouillet.
Il avait, comme bien d’autres Africains, tenté d’émigrer en France, en se cachant dans une trappe d’atterrissage d’un Boeing 747 d’Air-France.
Mais manque d’oxygène et température extérieure inférieure à -40 degrés, ont raison de tous les candidats sans exception!
Autre point de départ: une femme, grande voyageuse qui a déjà fait de longs et nombreux vols en avion, parle avec sa fille de la mort, du cimetière de Chatenay-Malabry, et des pompes funèbres parisiennes au 104 rue d’Aubervilliers, devenu depuis une sorte de plateau multi-culturel. Elle citent aussi des extraits des règlements d’exhumation… Et évoquent les guerres/génocides de la fin du 19ème, du 20ème et du début du 21ème, grandes faucheuses nationales, internationales, et/ou plus simplement civiles. Et les chiffres s’affichent en fond de scène! Secs, effroyables : entre autres, la guerre des Boers : 100.000 morts, première guerre mondiale : 8.500.000 morts, celle de la Chine contre Japon et guerre civile : 1.000.000 de morts; la seconde guerre mondiale : 50 millions de morts…etc.. La guerre du Golfe : 1.500.000 morts. et celle d’Afghanistan: 700.000 morts! Bref, une réflexion sur cet effroyable et délirant instinct de mort qui frappe les humains,  à titre individuel ou collectif, sans qu’on arrive bien à en percevoir les raisons…
Et la fille (la vivante) évoque aussi des petits détails, des souvenirs personnels du décès de sa mère morte,  comme on en a tous:  » Sur les conseils du médecin, je ne suis pas entré dans la morgue: « Vous comprenez, si vous ne l’avez pas vue depuis six mois, vous risquez un choc ». Je suis restée longtemps devant ce bâtiment couvert de lierre duquel on pouvait encore regarder le visage de ma mère. Lui avait-on mis ses lunettes?  » Et pour faire bon poids, la vivante parle aussi du philosophe Vladimir Jankélévitch, « décédé en 85 à son domicile parisien 1 quai aux Fleurs, près de Notre-Dame », auteur, entre autres, d’une beau livre La Mort.
Pas de véritables personnages dans cette œuvre, plus proche d’un oratorio où la musique du compositeur argentin Martin Martalon, maintenant installé en France est aussi importante que le texte. Sur scène, une sorte de salle d’attente grise avec un fond translucide, et une porte à battants à cour, une trentaine de pots de pensées de toute couleurs et
le trio K/D/M, ( Antony Millet, Bacher Khalife et Vassilena Serafimova) un  petit orchestre impeccable, avec de la musique  à la fois électronique, et des instruments: accordéon,  percussion et xylophones,  et voix, à jardin. Et quelques interprètes tout aussi impeccables: Francis Labiero, Arlette Bonnard, David Maisse, Stéphanie Schwartzbrod, et la soprano Géraldine Keller.
Jean Boillot a réussi à mettre en scène avec beaucoup de fluidité et d’intelligence, un texte poétique  qui possède une véritable unité, et tout à fait accessible, mais pas toujours facile à maîtriser,  si on ne veut pas tomber dans le pathos ou l’émotion, comme le thème de la pièce pourrait facilement y entraîner un créateur.
Et c’est bien que ce spectacle exigeant ait été créé pour le 50ème anniversaire du Théâtre Populaire de Lorraine devenu maintenant Centre dramatique national, avec une exposition de photos, et des interventions, notamment de Jacques Kraemer, son créateur,  et de Robert Abirached, dont nous vous reparlerons.

Philippe du Vignal

 

Le spectacle a été joué du du 14 au 20 novembre au Centre Dramatique de Thionville/Lorraine.

 


Pas encore de commentaires to “Les Morts qui touchent”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...