Comme si j’étais à côté de vous

Comme si j’étais à côté de vous (Lettres de Diderot à Sophie Volland), mise en scène de Dominique Lurcel.

Diderot VollandDominique Lurcel, metteur en scène de la compagnie Passeurs de Mémoire propose un spectacle bien d’actualité puisque  c’est en 2013 le 300 ème anniversaire de la naissance de Diderot, notamment à Langres, sa ville natale. Avec un spectacle réalisé à partir des lettres que se sont échangé le philosophe et sa maîtresse Sophie Volland, qui vivait éloignée de lui. Enfin, avec les seules lettres écrites par Diderot-il n’a pas été retrouvé une seule lettre écrite par Sophie Volland.
Installé au Grandval, dans la demeure du baron d’Holbach, Diderot dit toute son angoisse de ne pas recevoir de courrier aussi souvent qu’il le voudrait, guette les coursiers qui reviennent de la ville et devient irritable quand il n’y a pas d’enveloppe pour lui.
Tout ce petit monde, vit, reçoit, joue et se promène dans cette  demeure campagnarde proche de ce qu’est aujourd’hui Sucy-en-Brie, en banlieue parisienne. Et Diderot travaille aussi à  son grand projet d’encyclopédie. L’auteur de La Religieuse (dont la mise en scène d’Anne Théron résonne encore, (voir Le Théâtre du Blog) est  d’une incroyable liberté, parfois direct, dans sa manière de s’exprimer; ses lettres parlent d’amour et  d’éloignement, mais aussi de politique, de religion. Il y a plusieurs étages dans cette fusée et il est parfois  difficile de suivre le fil de la pensée  vivace et incarnée de Diderot.
Une fois de plus on trouve chez Dominique Lurcel un spectacle sérieux, très en place et où tout est fait pour  promouvoir des idées mais où on peut rire aussi; ici, le théâtre se fait petit, le fond est préféré à la forme, au risque d’être un peu didactique.
Mathieu Desfemmes campe un Diderot un peu excité sans cesse en train de bouger avec trop de gestes superflus. Quand on entre, on le trouve en petite foulée autour du plateau, faisant des étirements avant de commencer à jouer. Il est accompagné d’une pianiste (Florence Pavie) qui ponctue trop rarement les paroles du comédien avec un jeu d’une légèreté qui contraste bien avec l’empressement de Diderot. Une statuette posée sur le piano incarne Sophie Volland mais, comme elle est dans la ligne de mire de la pianiste, on ne sait pas toujours qui Mathieu Desfemmes regarde, à qui il s’adresse.
Après Le Contraire de l’Amour où il était question du journal de l’Algérien Mouloud Feraoun incarné par l’excellent Samuel Churin, Lurcel reprend la formule comédien/musicien avec peut-être un peu moins de force mais le spectacle semble encore un peu fragile et on peut faire confiance à Dominique Lurcel: une fois rodé, il montera en puissance.
Julien Barsan
 Théâtre Berthelot les 13 et 14 décembre et au musée Cognacq-Jay du 12 au 30
mars.

 

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...