Spamalot

Spamalot, adaptation d’Éric Idle et John du Prez, mise en scène de Pierre-François Martin-Laval.


Pierre-François Martin-Laval (PEF), qui avait obtenu un gros succès en  2013 avec son film  Les Profs (quelque quatre millions d’entrées!), s’est emparé de cette adaptation des Monty Pythons Sacré Graal, où il interprète  le rôle du roi Arthur. Et, trois ans après l’avoir joué au Comédia, la troupe revient à Bobino avec dix-huit
comédiens, chanteurs, danseurs et  orchestre sur scène, et plein de costumes.
Le spectacle d’origine,
créé à Broadway en 2005, avait  reçu  trois Tony Awards dont celui du  Best Musical. Pierre-François Martin-Laval a conçu une mise en scène où l’absurde le dispute au loufoque, et on retrouve les personnages mythiques dont le cinéma s’est emparé plusieurs fois:  Excalibur, la Dame du lac jouée par Gaëlle Pinheiro, le combat avec l’homme de fer et…  Robin des bois qui sont tournés en dérision mais avec un humour qui n’est pas toujours des plus légers…
Le film (1975) des Monty Pythons Sacré Graal, iamginé et réalisé par les cinq compères Grahma Chapman, John Clerre, Terry Gillain, Eric Idle, Terry Jones et Michael Palin, tous nés à quelques années d’intervalle)  avait été  tourné en Ecosse et, en raison d’un budget limité,  sans chevaux, et gag rapidement devenu culte, on voit  les acteurs chevaucher à pied, et leurs écuyers tapent deux demi-noix de coco  pour imiter le bruit des sabots… Spamalot, comme de nombreuses comédies musicales américaine, parodie  Broadway, et c’est souvent drôle et bien interprété, même si  cette adaptation française reste honnête, compte-tenu de  moyens qui ne sont sans doute pas ceux de New York , et avec un esprit  sans doute moins  subtil que celui des Monty Python. On y  chante : « Prenez toujours le bon côté de la vie ! (…) Broadway est un endroit très spécial où les gens savent chanter, jouer et danser. Si tu n’es pas dans le show-biz, tu ne fais pas le poids ! » .
C’est, aujourd’hui la 150 ème représentation du spectacle à Bobino, devant une salle toujours bourrée d’un public plutôt jeune, et Spamalot a encore de beaux jours en perspective…

Edith Rappoport

Bobino, rue de la Gaieté, Paris, jusqu’au 24 janvier.

Image de prévisualisation YouTube

 


Pas encore de commentaires to “Spamalot”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...