Un petite fille privilégiée

Un petite fille privilégiée, texte de Francine Christophe, mise en scène de Philippe Hottier.

 

 

une-petite-fille-privilegiée-francine-christophe-magali-hélias-theatre-lucernaire-visuel-470x260Francine Christophe, a six ans quand son père part pour la guerre en 39, avant d’être fait prisonnier en 40 ; elle, est arrêtée avec sa mère qui tente de passer la ligne de démarcation et internée à la prison de la Rochefoucauld, puis à celle d’Angoulême, aux camps de Poitiers, Drancy, Pitihiviers, Beaune-la Rolande, et de nouveau à Drancy… Et finalement déportée le 2 mai 1944 avec sa mère  et  d’autres femmes et enfants de prisonniers de guerre français, juifs.
Pas à Auschwitz mais comme « juifs d’échange » à Bergen-Belsen. Dans des conditions de vie horribles où, la barbarie nazie, la faim, la cruauté des gardiens, la saleté et le froid étaient leur lot quotidien au présent, et où l’avenir était plus qu’incertain. Les morts s’entassaient et chacun essayait de sauver sa peau. Relativement protégée si l’on peut dire « parce que mon père, dit-elle, avait été fait prisonnier et aussi curieux que cela paraisse, c’est ce qui me sauva la vie, grâce à la Convention de Genève qui me donnait le statut de fille de prisonnier de guerre ». Les troupes soviétiques les délivrèrent enfin en 45. Crevant de faim, en haillons mais vivantes. C’est la seule étincelle de bonheur dans ce  texte noir que Magali Hélias,  seule en scène  et elle le fait avec un solide métier. Et il y a une belle toile peinte grise de Cyrille Bosc.
Mais cela ne marche pas vraiment. Comment dire les choses? Ce  récit n’a rien de  très passionnant,  ces images assez répétitives qu’on a tous vues et lues quelque part ne font pas vraiment théâtre, et cette litanie d’insupportables souffrances finit par tourner à vide…
Par ailleurs, Magali Hélias, dans une robe informe qui ne l’aide pas, semblait désemparée: nous n’étions que quatre spectateurs ! Et la direction d’acteurs semblait être aux abonnés absents! Mais de toute façon, comment faire théâtre, seule, face une salle vide de public? A l’impossible, nul n’est tenu, et la direction du Lucernaire aurait mieux fait d’annuler la représentation…

Philippe du Vignal

Théâtre du Lucernaire jusqu’au 26 avril.

 

 


Pas encore de commentaires to “Un petite fille privilégiée”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...