L’École des Femmes

 L’Ecole des Femmes de Molière, mise en scène de Gwénaël Morin

1801179_698032810255697_8068838097058312023_oAu Théâtre du Point du Jour dont il est le directeur depuis janvier 2013, Gwénaël Morin continue à faire du théâtre autrement. Il approfondit sa conception du Théâtre Permanent, centré sur l’idée du collectif.  La troupe  répète l’après-midi, joue le soir, et les comédiens  peuvent interchanger leurs rôles.
Collectif aussi  par rapport au public qui peut participer à des ateliers le matin et dans certains cas, être sollicité pour la représentation. La maison/théâtre est ouverte sur le quartier, désacralisée en somme et  la place est à 5 euros pour tous.
On y fabrique aussi un journal quotidien qui est lu à 18 heures: on y raconte des anecdotes autour des spectacles et des répétitions et  on élargit les thèmes développés par l’œuvre. L’important étant de faciliter l’accès aux textes, toujours avec l’idée  d’un théâtre pour tous. A ce public qu’on voudrait nouveau, plus diversifié, on propose les pièces du répertoire ; ainsi après Shakespeare,  en juin, ce sera Molière et Sophocle mais  aussi des auteurs contemporains reconnus.

 Actuellement, on joue L’Ecole des Femmes, dans un total dépouillement : on a  juste gardé le rideau de scène qui permet de ponctuer les actes mais plus de jeux de lumière… Le plateau comme la salle resteront éclairés  pendant   tout le spectacle. Pas de costumes,  les comédiens portent des vêtements qui semblent être les leurs.   Et trois accessoires seulement: Arnolphe tient un  bâton de brigadier, (celui  qui frappe les trois coups dans le théâtre traditionnel) ; c’est ici l’insigne de son pouvoir sur le lieu et les gens, et il n’hésite pas à l’utiliser. Agnès a un torchon de cuisine (symbole dérisoire de la condition féminine) qui se révèle riche en métamorphoses. Et une chaise en plastique qu’elle utilisera pour se protéger des éclats  de colère du maître de maison,…
 Le texte est joué avec ses vers et ses diérèses (qui sont appuyées pour déclencher un effet comique) mais  souvent en accéléré jusqu’à devenir difficilement compréhensible.Certaines scènes du texte plus conventionnelles peuvent sans doute être escamotées mais on aurait aimé que la réplique culte d’Agnès: «Le petit chat est mort » ne passe pas inaperçue et on regrette que le moment déterminant où Arnolphe découvre qu’il est tombé amoureux, soit si peu mis en valeur.
Mais  rarement L’Ecole des Femmes n’aura été jouée d’une manière aussi cohérente, rarement Arnolphe n’aura été aussi omniprésent, puissant maître de maison capable d’une grande  brutalité, et Agnès aussi émouvante. La mise en scène  met en évidence la brutalité des rapports entre l’homme et la femme, l’aveuglement du mâle dès qu’il s’agit de définir la place de la femme, et sa condition  tragique quand elle est  victime d’un mariage forcé. Une belle performance !

Elyane Gérôme

Théâtre du Point du Jour  7 rue des Aqueducs (69005) jusqu’au 31 mai, du mardi au samedi à 20h.

 


Pas encore de commentaires to “L’École des Femmes”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...