Journal d’un corps

Journal d’un corps , adaptation de Daniel Pennac, mise en scène de Clara Bauer.

 

corps

© Pascal Victor / ArtComArt

«Ma chère Lison, te voici rentrée de mon enterrement…», dit une voix off tandis que le texte se déroule, en écriture cursive, sur un écran en fond de scène. Cadeau post-mortem à sa fille, ce journal n’est pas, à proprement parler, un journal intime, annonce son auteur, mais celui d’un corps, qu’il a commencé le 4 octobre 1936 et tenu de treize à quatre-vingt-huit ans. Toute une existence concentrée dans ce « jardin secret » qu’est le corps, bien qu’il soit « notre territoire le plus commun ».
Daniel Pennac ne prétend pas être comédien, même s’il a déjà interprété dans ce même théâtre, Merci sous la direction de Jean-Michel Ribes en 2004 et y a donné une lecture jouée de Bartelby d’Herman Melville.
«J’aime écouter des lectures et en faire», annonce l’auteur de la saga des Malaussène. Il vient ici partager, avec l’auditoire, son roman, paru en 2012. Avec une mise en place de cette lecture jouée très simple : peu de déplacements, une musique discrète soutenant la représentation aux moments charnières, tandis que s’affichent l’âge et la date des différentes entrées du journal, depuis la sortie de l’enfance jusqu’à l’extrême vieillesse.

Peu d’effet scéniques aussi, si ce n’est ceux produits par l’écriture même : Pennac possède le sens de la formule qui fait mouche. Et il prend plaisir à dire son texte, à en faire savourer les nuances, les trouvailles lexicales et les habiletés stylistiques. Il nous ménage aussi quelques morceaux de bravoure littéraire, comme l’extraction d’un polype nasal par un docteur brutal, assisté de son fier-à-bras de neveu.
Des émois de l’adolescence à l’art d’être grand-père et arrière-grand-père, de la sexualité torride aux petites misères du corps vieillissant, l’écrivain relate le parcours, à la fois physiologique et sentimental, d’un homme ordinaire.

Le rire et l’émotion sont au rendez-vous et, même si ce n’est pas vraiment du théâtre, l’on passe un agréable moment.

 

Mireille Davidovici

 

Théâtre du Rond-Point  2 bis, av. Franklin D Roosvelt . T. 0144959821, jusqu’au 5 juillet. www.theatredurondpoint.fr

Journal d’un corps , édition augmentée est paru dans la collection Folio Gallimard.

 

Rencontre et dédicace : dimanches 15, 22 et 29 juin à 17 heures à la librairie du Rond-Point

 

 

 


Pas encore de commentaires to “Journal d’un corps”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...