Les mères de famille se cachent pour mourir

Festival d’Avignon off

Les Mères de famille se cachent pour mourir de Constance Pittard

C’est un solo dans un cinéma qui accueille… vingt spectacles par jour. Il y a une longue queue de personnes visiblement captivées  par cette  vedette  de la télévision mais inconnue du théâtre public.
Constance Pittard apparaît en robe de chambre pour conter les déboires des femmes seules:  elle regrette les années 50, les femmes parfaites qui attendaient leur mari dans une maison impeccable, les enfants bien dressés qui ne parlaient pas à table.
Elle dresse une galerie de portraits comme celui d’une femme hystérique qui tente de maîtriser ses enfants, hurlant contre son mari, et ne sachant plus  à quel saint se vouer. « Restez bêtes et sans avis ». Elle joue les petites filles idiotes, interprète des caricatures sinistres, avec de grosses blagues vulgaires comme « Je fais des économies sur ma facture de gaz en me suicidant avec mes propres prouts ! ».
Il y a une certaine dextérité dans la peinture de ces portraits qui font hurler de rire l’ensemble des spectateurs, à tel point que deux d’entre eux déchaînent une hilarité nouvelle. Malgré le savoir-faire indéniable de cette bonne professionnelle, il est assez consternant de voir qu’on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui ! Et nous sommes pris de vertige en pensant aux recettes probables à la fin du festival…

Edith Rappoport

Le Paris jusqu’au 26 juillet à 21 H 30, www.leparisavignon.com

 

Edith Rappoport

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...