Barzaz

Barzaz au festival interceltique de Lorient

BarzazUn des événements musicaux de l’année en Bretagne, c’est la reformation du groupe breton Barzaz, avec Yann-Fanch Kemener  (chant),  Jean-Michel Veillon (flûtes) Gilles Le Bigot (guitares), Alain Genty (basse) et David  Hopkins  (percussions).  Barzaz  fondé en 1989, avec un premier album  Ec’honder, suivi d’un second en 1992  An den Kozh dall, disparaît  en 1995 pour presque vingt années mais renaît de ses cendres en 2012 pour le bonheur de son public .
Gilles Le Bigot définit leur formation comme « un vieux groupe de jeunes » ou plutôt « un jeune groupe de vieux », des interprètes qui n’auraient guère changé, excepté leur visage un peu buriné par le passage irréversible du temps.
Barzaz, l’œuvre poétique,  en breton, évoque le répertoire, fondé sur des chants de la tradition orale de Basse-Bretagne, sur des poèmes et des textes plus récents. Les compositions, textes contemporains ou gwerzioù, évoquent eux l’histoire bretonne : « Notre Histoire est secrète et controversée : ceux qu’elle dérange en haut lieu l’interprètent comme bon leur semble,  afin de mieux disposer de notre Temps. »
Barzaz crée alors sa féerie sur la scène, avec la voix singulière – beauté et tradition de la musique bretonne – de Yann-Fanch Kemener qu’entourent ses vieux amis musiciens, leurs trames instrumentales, avec un mélange de sons traditionnels et de musiques étranges. Le public  goûte des airs familiers et renouvelés – des objets scandés dus à la passion poétique du collectage de Yann-Fanch Kemener.
Les airs se succèdent avec un bel engouement : traditionnels, gavotte du Pays Pourlet, danse fisel, danse plinn, danse an dro… , issus des deux albums  Ec’honder et An den Kozh dall,  et quelques inédits.
Kemener chante en breton dans les aigus et traduit en français dans les graves. Qu’il s’agisse de la hausse du prix du tabac ,ou bien de la place de chacun à l’église selon son importance économique et sociale, l’existence du paysan breton  était  dure. Le Vieillard aveugle imagine l’onirisme amer d’un cheval blanc, symbolique de l’énergie bretonne, portant un vieillard et son fils, en quête d’une terre pour s’y fixer.
Or, se lève le spectre menaçant de la construction chaotique et forcenée des routes (et …des aéroports aujourd’hui). L’angoisse naît de l’effacement de lieux paisibles et les malédictions pleuvent : « Eloignons-nous de tous ces chemins maudits et de ceux qui les ont faits.» Et la chute finale est un morceau de sagesse à méditer pour nos temps actuels :
« Ils ne voulaient pas me croire. Ils le font, maintenant que la chose est arrivée. Paradoxalement, plus les histoires sont sordides et tragiques, et plus la poésie et les mélodies sont belles : l’antithèse n’échappe pas au commentaire du chanteur.
Gwerz Maivonig fait état d’un infanticide caché, et la jeune femme coupable rétorque aux accusations de deux jeunes écoliers : « Je n’ai rien fait du tout J’ai seulement déchiré mon ruban de velours Et ma croix d’argent j’ai perdu. »
Quant au Pardon de Lok-Malo (Parrez Lok-Malo), si émouvante soit la chanson, elle rappelle au souvenir douloureux de chacun, le viol d’une jeune fille, lors du Pardon de la paroisse de Lok-Malo dans le Pays Pourleth. Le maire, le prêtre et le bedeau, (les notables!), ont abusé d’une innocente en lui proposant café et petits gâteaux, denrées rares en ces temps de misère.
La Neige sur l’Archipel est un poème inscrit dans un paysage marin singulier : « Sont-ils descendus pendant la nuit Les cygnes blancs de la minuit, Dorment-ils sur la mer, engourdis, Leur tête pliée sous les plumes ? Non, pas les cygnes, c’est la neige qui est descendue, ailée, sur l’archipel. Dans les abers, seuls, les rochers, Rêvent doucement sous leurs plumes. »
L’onirisme se déploie dans des paysages naturels immaculés, terre et mer vierges. Plus légère, malgré l’évocation des campagnes de guerres dans des  contrées inconnues, est la danse Plinn des Aventures du citoyen Jean Conan. Soldat de l’An II et soldat bleu en Bretagne, il est pêcheur à Terre-Neuve. Naufragé sur une banquise, il est recueilli par une peuplade étrange, des Indiens. Une chanson forte d’amour infini clôt la prestation de grande qualité de Barzaz.
Ce concert est un moment de poésie envoûtante, à la fois festive et mélancolique.

Véronique Hotte

Le 4 août, Grand Théâtre, Festival Interceltique de Lorient


Archive pour 6 août, 2014

via stalingrad

Festival d’Avignon off:

Via Stalingrad, conception,  mise en scène et textes de Christophe Piret

C’est un spectacle encore en chantier qui sera créé à Volgograd, ancienne Stalingrad, au printemps 2015 et qui sera  repris ensuite à Aulnoye Aymeries où le Théâtre de Chambre est installé depuis quelques années dans un ancien site d’entretien des locomotives.
Le spectacle qui devrait durer une heure trente, mettra en scène trois histoires qui se croisent,  en russe et en français. On y découvre des bouts de vie, des rencontres, des déchirures dans un espace immaculé, avec de grandes  projections. Christophe Piret qui interprète pour la première fois un rôle musical au sein de cette  troupe de six acteurs chanteurs russes affirme : « Regarder et entendre ce qui se dit en dehors de l’Europe, me paraît indispensable à l’oxygénation de la pensée ! ».
Sur l’écran blanc, apparaissent la neige et les sapins, une danseuse sur l’image et sur scène esquisse des pas sur pointes. On entend Christophe Piret raconter son histoire : « Mes parents habitaient à la frontière belge. Il fallait beaucoup de temps pour parler la langue de mon père.(…) Il y a une dizaine d’années, Elena m’a proposé de ne pas m’arrêter à cette frontière. Nous sommes allés jusqu’à Saratov. »
Il présente les quatre acteurs et les deux musiciens qui vont brosser l’esquisse du spectacle, dans un fracas musical difficile à entendre. C’est, pour l’instant,  l’ébauche d’un spectacle de deux compagnies qui se consacrent dans leurs pays respectifs, à un travail sur les publics non concernés par le théâtre institutionnel. Nous avions pu goûter l’an dernier Camping complet et Blue Pillow à la Corrouze, superbe et généreux parcours dans une ancienne résidence militaire en cours de réaménagement qui surplombe Rennes.

Edith Rappoport

contact@theatredechambre.com

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...