Le Polygraphe

Le Polygraphe, texte de Marie Brassard et Robert Lepage mise en scène de Mitsuru Fukikoshi en japonais surtitré

IMG_4577Le Polygraphe (1987) est un détecteur de mensonge, et c’est le moteur de cette pièce à l’intrigue un peu confuse  que Robert Lepage avait présentée en 1992 au Théâtre du Rond-Point.
La police devient, à l’époque des faits réels, de plus en plus scientifique, et  traque le coupable d’un viol et de l’assassinat d’une jeune femme, (pour lequel Robert Lepage lui-même avait été inquiété). Un suspect proche de la victime qui rédige une thèse sur le mur de Berlin est soumis à ce polygraphe.
 Au même moment, une équipe tourne un film sur le meurtre, et de cette fiction peut donc apparaître la vérité! Il y a dans ce texte, (dès sa version originale), des extraits d‘Hamlet, qui ponctuent l’action.
Cette pièce qui se déroule au Québec, a été fidèlement adaptée, par Mitsuru Fukikoshi, lui-même ici sur scène dans le rôle inquiétant et ambigu de l’enquêteur, associé à ce  danseur exceptionnel qu’est Kaji Moriyama dans le rôle du suspect, et à la comédienne Midori Laurence Ota dans  celui de l’actrice qui revit ces instants tragiques.
Nombre de dialogues sont trop longs et redondants, par rapport à ce que proposent les images très cinématographiques de cette réalisation. Mieux  vaut donc se laisser emporter par  la succession des tableaux  parfois très réalistes, grâce à la belle présence des trois artistes dans cet espace de jeu modulable.
Le mélange: jeu d’acteur, vidéo en direct et projection de photos, bien que déjà vu, est efficace, et on peut aller découvrir cette mise en scène surprenante  qui participe à la fois du travail minutieux du Tokyo Metropolitan Theater et de la dramaturgie de Robert Lepage.

Jean Couturier

Maison de la Culture du Japon jusqu’au 11 octobre


Archive pour 10 octobre, 2014

Le Polygraphe

Le Polygraphe, texte de Marie Brassard et Robert Lepage mise en scène de Mitsuru Fukikoshi en japonais surtitré

IMG_4577Le Polygraphe (1987) est un détecteur de mensonge, et c’est le moteur de cette pièce à l’intrigue un peu confuse  que Robert Lepage avait présentée en 1992 au Théâtre du Rond-Point.
La police devient, à l’époque des faits réels, de plus en plus scientifique, et  traque le coupable d’un viol et de l’assassinat d’une jeune femme, (pour lequel Robert Lepage lui-même avait été inquiété). Un suspect proche de la victime qui rédige une thèse sur le mur de Berlin est soumis à ce polygraphe.
 Au même moment, une équipe tourne un film sur le meurtre, et de cette fiction peut donc apparaître la vérité! Il y a dans ce texte, (dès sa version originale), des extraits d‘Hamlet, qui ponctuent l’action.
Cette pièce qui se déroule au Québec, a été fidèlement adaptée, par Mitsuru Fukikoshi, lui-même ici sur scène dans le rôle inquiétant et ambigu de l’enquêteur, associé à ce  danseur exceptionnel qu’est Kaji Moriyama dans le rôle du suspect, et à la comédienne Midori Laurence Ota dans  celui de l’actrice qui revit ces instants tragiques.
Nombre de dialogues sont trop longs et redondants, par rapport à ce que proposent les images très cinématographiques de cette réalisation. Mieux  vaut donc se laisser emporter par  la succession des tableaux  parfois très réalistes, grâce à la belle présence des trois artistes dans cet espace de jeu modulable.
Le mélange: jeu d’acteur, vidéo en direct et projection de photos, bien que déjà vu, est efficace, et on peut aller découvrir cette mise en scène surprenante  qui participe à la fois du travail minutieux du Tokyo Metropolitan Theater et de la dramaturgie de Robert Lepage.

Jean Couturier

Maison de la Culture du Japon jusqu’au 11 octobre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...