En quoi faisons-nous compagnie

En quoi faisons-nous compagnie avec le menhir dans les landes, texte et mise en scène Marielle Pinsard

  5a80427c2ad416024379b8fc4a79fb40Un titre intrigant pour un spectacle tout en images et plein de fantaisie, où il est globalement question de la relation étroite de l’homme avec sa part animale. Mais aussi des rapports Europe/Afrique: pour construire son spectacle, Marielle Pinsard est allée au Bénin, au Burkina Faso, au Mozambique et en Afrique du Sud, y  a rencontré des artistes et en a rapporté des légendes et des récits qu’elle entrelace avec ceux de sa Suisse natale. En prologue et à l’avant-scène, Belle, celle du conte populaire, blonde dans sa jolie robe rose de princesse, fait le récit farfelu et dans une langue désarticulée, accompagnée de borborygmes, de sa rencontre avec la Bête. « L’enchanteresse, elle a tourné le prince entre un bétail…»(sic) explique l’actrice qui, au terme d’un monologue virtuose, se glisse subrepticement hors de son vêtement, et rampe gracieusement, nue comme un ver. Au deuxième tableau, très réussi, Adam donne naissance à Eve, et les voilà, jouant au golf avec la pomme de Guillaume Tell ! Plus tard, les acteurs vont, déambulant, avec un sac à dos pour tout vêtement puis tombent sans pouvoir se relever, comme des tortues sur le dos…
Artistes européens et africains mêlent leurs folklore, masque et pagnes, Lederhose et Mickey, vaudou et culturisme…: en quatorze tableaux, où chacun apporte son regard sur l’homme et la bête. Numéros musicaux alternent avec parodies osées, danses et jeux de masques parfaitement réussis: la metteuse en scène  propose une soirée très ludique et elle a eu une attention particulière pour les nombreux costumes qui sont autant de mues (et de dépouilles) sur les corps des comédiens.
Malheureusement, le spectacle souffre d’une structure composite : les scènes les plus inventives et les plus folles, les morceaux de bravoure les plus aboutis alternent avec des moments convenus, qui cassent une belle dynamique. Mais il faut aller découvrir le travail original de Marielle Pinsard qui, après une belle percée en Suisse, a fondé sa compagnie en 2000. Elle se penche sur la thématique de l’homme et la bête, avec un premier spectacle, Assis et carnivore, en 2010, et son prochain projet On va tout dallasser Pamela!  coproduit par le Tarmac et se donnera en Côte d’Ivoire, en France et en Suisse.

 Mireille Davidovici

 Le Tarmac 159, avenue Gambetta T: 01 43 64 80 80 jusqu’au 5 décembre.

 

 

 


DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...