Dormir cent ans.

Dormir cent ans, texte et et mise en scène de Pauline Bureau

timthumb.phpPauline Bureau, avec ce spectacle pour le jeune public, vise ce moment si particulier de la  vie, ce passage délicat vers l’âge adulte, quand on n’est pas encore adolescent, mais plus tout à fait enfant. Avec un corps qui change, des rituels amoureux qui s’annoncent, des angoisses, d’autres rapports avec les parents, et des rêves.
   Aurore (douze ans) et Théo (treize ans) font partie de ces enfants aimés et choyés mais un peu livrés à eux-mêmes : leurs parents, obnubilés par leur travail, rentrent tard.
Ce qui leur laisse du temps pour se construire un imaginaire : Théo s’invente un ami homme-grenouille issu d’une bande dessinée, et Aurore, elle,  joue du piano et compte tout: le nombre de notes qu’elle joue, les mots qu’elle écrit… Et se demande dans quel sens, il faut tourner la langue quand on embrasse, qui fait alors le premier pas, comment ça doit se passer pour ne pas être ridicule.

Après une première partie qui retrace, de manière séparée, le quotidien des deux enfants, la metteuse en scène,  nous plonge ensuite dans les rêves  où vont se rencontrer Aurore et Théo, qui chevaucheront un tigre, et traverseront une rivière. Pauline Bureau interroge ce passage vers l’adolescence  avec des mots mais aussi  grâce à un dispositif scénique ingénieux, une grande avant-scène délimitée par une série de cloisons servant d’écran aux projections vidéo.
La métaphore qu’offre cette scénographie, celle du passage et des épreuves, est assez claire; c’est aussi le caché, ce qui est derrière le mur, qu’Aurore et Léo auront à découvrir. Les vidéos, dans la première partie, montrent plutôt un décor de fond très réussi, avec  les images d’un environnement grandeur nature. Il y a aussi un frigo qui sert de porte d’entrée et de sortie pour l’ami imaginaire de Théo,  et un canapé, lieu d’une bataille de coussins qui fera voler des plumes, effet théâtral des plus conventionnels… mais toujours efficace, quand il est bien éclairé.

Ce dispositif permet aussi d’entrer dans la tête de ces pré-ados ; on quitte alors le réel, pour se retrouver dans une forêt imaginaire, peuplée de tigres rugissants et d’oiseaux bienfaiteurs. On a alors vraiment l’impression de vivre les choses, grâce à ces projections d’images qui occupent tout l’espace scénique.
Les comédiens sont impeccables: en particulier, Marie Nicolle qui passe très vite du personnage de Théo à celui de sa mère un peu vamp, et Géraldine Martineau, impressionnante d’émotion dans le rôle d’Aurore. Elle a le visage et la corpulence d’une petite fille, avec une voix et un ton remarquablement justes.
Saluons cette création jeune public prévue pour un grand plateau, avec les moyens techniques et un nombre de comédiens au-delà des standards du genre; on lui espère une longue vie, pour que tous puissent s’émerveiller,  s’interroger, et passer un moment de théâtre en famille.
C’est un spectacle qui laissera sûrement un bon souvenir aux enfants et qui montre la vitalité du théâtre jeune public d’aujourd’hui.

Julien Barsan

Théâtre Paris-Villette, jusqu’au 8 mars T : 01 40 03 72 23.

 

Enregistrer

 


Pas encore de commentaires to “Dormir cent ans.”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...