René, qu’est ce qui te fait vivre?

René, qu’est ce qui te fait vivre ?  texte de Laurence Vielle

 rene-2« Qu’est-ce qui me fait vivre ? Je n’ai pas de réponse à ça. J’ai la réponse à qu’est-ce qui me fait mourir. (…) Je peux pas faire ça à la femme qui m’a élevée (…) Je peux pas faire ça à mes enfants (…)  C’est un peu en vrac mais au final, ce sont des raisons qui m’empêchent de mourir (…) » Ainsi s’exprime l’une des malades de la Chartreuse de Dijon rencontrée par Laurence Vieille.
« Je suis la femme qui penche toujours du côté droit (….)  Je suis la femme a la tête d’oiseau (….) Je suis l’homme à la canne parce qu’il marche difficile (…) Je suis tous les corps au ralenti (…). À la Chartreuse de Champmol, la cafetéria est comme un radeau, au milieu d’un grand parc entouré de pavillons », conclut le spectacle.
C’est à Champmol que la comédienne s’est rendue pendant plusieurs mois, accompagnée d’un musicien, Bertrand Binet, et de la plasticienne Eva Grüber, que l’on retrouve sur scène avec elle. Les ont rejoints Paul et Camille, des artistes de l’espace Gaston Bachelard de Dijon.
Pendant une heure, avec le talent qu’on lui connaît, Laurence Vielle endosse les paroles qu’elles a recueillies et adaptées auprès de ces personnes, devenues, grâce à son jeu, les personnages émouvants d’un petit théâtre à la fois épique et intime. Pour chacun, elle a trouvé une langue et un phrasé singuliers, soulignés par la musique. Bertrand Binet, partie prenante de cette aventure, agit en miroir, ou en contrepoint, dialoguant à la guitare, ou de vive voix,  avec l’actrice. De même, Eva Grüber peint en direct, une série de portraits hallucinés, retransmis par une caméra.
«Il faut voir et entendre là où d’autres ne font que regarder et écouter», disait Françoise Dolto. C’est ce qu’ont fait les trois compères qui nous entraînent au cœur de la souffrance humaine, sans pathos. Humour, cocasserie, poésie, chansons,  participent de ce cabaret étrange, joyeusement grinçant. La frontière entre  pathologique et normalité apparaît en pointillé,  tant chacun reconnaît ses peurs et ses angoisses dans la folie de ces gens.
Qu’est ce qui te fait vivre ? un livre publié par S.O.S. Suicide, et dont Laurence Vielle s’est inspirée pour bâtir  le premier volet de ce spectacle. Elle répondait personnellement à la question, et René est venu, alors qu’elle côtoyait René Gonzalez, au Théâtre de Vidy-Lausanne qui, décédé il y a trois ans, luttait depuis des années contre le cancer.
Ce second volet a été réalisé dans le cadre du festival Itinéraires Singuliers, conçu pour faire dialoguer des artistes, des patients et le personnel de la Chartreuse de Dijon. Un spectacle à ne pas manquer. Il reste pour le voir  à Paris ce soir et demain.

Mireille Davidovici

Maison des Métallos 94, rue Jean-Pierre Timbaud  75011 Paris.  T. 01 47 00 25 20 jusqu’au 25 avril.

 

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...