Gabriel(l)e

Adolescence et territoire(s), troisième édition

 Gabriel(le) par le collectif In Vitro, création collective avec  dix-neuf adolescents, dirigée par Julie Deliquet, Gwendal Anglade et Julie Jacovella

Gabrielle
Depuis 2012, l’Odéon-Théâtre de l’Europe est maître d’œuvred’Adolescence et territoire(s), un projet  qui réunit des  structures associatives et culturelles de  Clichy-la-Garenne, Saint-Denis et Saint-Ouen, voisines des Ateliers Berthier à Paris où,  après Didier Ruiz et Jean Bellorini, le collectif In vitro: Julie Deliquet, Gwendal Anglade et Julie Jacovella  mettent en scène pour cette troisième édition, Gabriel(le).
Gabriel (le) est retrouvée morte accidentellement dans de curieuses circonstances :  dix-neuf jeunes amateurs ont imaginé un spectacle à partir d’improvisations collectives et donnent vie à une fiction : « L’adolescent et le personnage, le réel et l’improvisation cherchent à ne faire qu’un, tel est l’enjeu de ce plateau ».
La question est celle du harcèlement des plus faibles par les plus forts, les groupes de jeunes marginalisant et excluant à plaisir «l’autre». Passer son temps à harceler la personne que l’on sent fragile, fait qu’on s’éprouve soi-même comme plus fort et plus solide dans un geste illusoire de pouvoir mais dont les conséquences peuvent être tragiques.
Être du côté du bourreau, un challenge, et tenir la victime à ses côtés pour la soumettre sans répit à de petites attaques réitérées; l’exciter, l’attaquer par des moqueries, des paroles blessantes ; l’importuner enfin par des demandes, des sollicitations et des pressions ; bref,  lui rendre la vie impossible.
La situation est vite exposée: la faiblesse de l’un(e) face à la puissance d’un groupe constitué, lors d’une soirée bien arrosée. Dans la nuit, il y a un seul personnage, puis  entre  le groupe, et se produit alors l’acte irréversible.

Les jeunes gens essayeront de dénouer le drame en revenant sur les motivations et les agissements des uns et des autres. Deux sœurs parlent entre elles, comme une mère et sa fille, un fils face à son père et à sa sœur, une autre mère encore avec son enfant. Paroles énigmatiques, explications vaines et décevantes : chacun veut échapper à la faute collective et mettre à distance sa propre culpabilité.Les scènes s’inscrivent en étoile dans l’ombre, puis tous reviennent sur le plateau, chantant à l’unisson, au son d’une guitare, aux lumières chaudes d’un beau soleil couchant.
Les jeunes vivent ainsi comme leur propre roman de formation, dépassant le clivage entre adolescence et âge adulte, dépassant l’angoisse et la critique des adultes conformistes, trop adaptés à la réalité. On a volé la jeunesse insouciante de ces enfants, livrés à eux-mêmes, sans cadre parental, et initiés trop tôt à des comportements adultes qu’ils ne saisissent pas, et qui provoquent en eux  désespoir ou haine.
Ils font malgré eux de la victime, une héroïne à l’existence brève :« Et c’est dans la limpide rosée de ce matin, la jeunesse/ Qu’il faut craindre le plus les contagions mortelles. » dit Shakespeare dans Hamlet.
Un spectacle émouvant, tant les adolescents se sentent engagés dans cette histoire de vie et de mort qu’ils se doivent de contourner.

 Véronique Hotte

 Ateliers Berthier /Odéon-Théâtre de l’Europe, les 22 et 23 mai.
Théâtre Rutebeuf, Clichy-la-Garenne le 6 juin à 15h et 20h. T: 01 47 15 98 50.
Théâtre Gérard Philipe, Saint-Denis, le 13 juin à 20h. T: 01 48 13 70 00.
Espace 1789, Saint-Ouen, le 18 juin à 20h. T: 01 40 11 70 72


Archive pour 25 mai, 2015

Une Famille aimante mérite de faire un vrai repas

Une Famille aimante mérite de faire un vrai repas, texte de Julie Aminthe, mise en scène de Dimitri Klockenbring

Visuel 5 © Théâtre de l'Homme Dimitri Klockenbring avait monté en 2010, un Misanthrope qui lui avait valu un beau succès. Il s’attaque, cette fois, à un texte contemporain. C’est sur un thème souvent exploité, celui  d’une famille tout à fait ordinaire. Même pas recomposée comme le cinéma s’en empare régulièrement. Mais, on s’en doute, des plus grinçantes (sinon il n’y aurait pas de pièce !), en proie à un bonheur factice que Julie Aminthe  a visiblement savouré à écrire.
 Et cela, dès le titre sous forme d’alexandrin. Il y a dans la famille Lemorand, Barbara,la mère BCBG, 42 ans, visiblement assez perturbée et insupportable, qui ne cesse de demander encore plus d’affection à ses enfants  dont on ne verra pas Amélie, partie elle aussi fonder une « famille aimante »…
 «  Mon amour ! Je ne t’ai pas ratée toi, dit-elle à Justine, 16 ans, chez toi rien à repriser tu es une perfection.Si on avait dû te vendre ton père et moi on en aurait demandé des millions., dit-elle à Justine, 16 ans qui répond seulement : « Desserre, maman ». Elle a nettement encore besoin de  sa mère, mais redoute l’avenir : «Tu te trompes papa. Même qu’en ce moment, il y en a une qui me tenaille franchement la tête. Rapport à la réforme des retraites. Si la nouvelle loi est appliquée, jusqu’en 2050, il faudra cotiser quarante-trois ans et demi pour une retraite pleine. C’est maman qui l’a dit au téléphone à je ne sais plus trop qui. Les générations nées en 1990 et après ne vont pas y échapper ».
  Mais, comme Gabriel (14 ans), elle  n’en peut plus d’être enfermée dans ce cocon familial étouffant et rêve de s’en échapper : « Nous partons avant qu’un nœud de pendu empoigne nos deux pieds, que l’air aseptisé de la maison étouffe le peu de vitalité qu’il nous reste ».
 Son frère est un accro aux jeux vidéo mais un soir  s’enfuira chez son copain Matthieu… avant, bien sûr, de revenir le lendemain !
 Il y a aussi le père, Victor, 42 ans, psychorigide, maniaque de la propreté et de la lutte contre les bactéries, qui ne cesse de nettoyer planchers et plans de travail. On apprendra plus tard qu’il est en fait au chômage, chose qu’il a soigneusement cachée et qu’il finit  par avouer à chacun de ses proches. Et en leur donnant la raison : il n’a pas été viré pour cause de licenciement économique mais parce qu’il a été surpris pour avoir volé quelques centaines d’euros. « T’es con, lui dit sèchement  son fils, t’aurais dû en prendre beaucoup plus ». Il dévoile aussi avec honte quel est son emploi du temps quotidien : à savoir de longues balades en voiture ou en bus, selon la version servie à son fils à) sa fille puis à Barbara…
Ce soir-là, dit-elle à sa fille , « Je prépare un repas de fête à toi, ton frère et papa. Que des choses que vous aimez : terrines de foie au porto filets mignons aux morilles, bavarois aux fruits rouges » On le mérite. Une famille aimante mérite de faire un vrai repas. Un repas qui réchauffe la chair et l’esprit de tribu. Ce soir tu verras nous serons joyeux à hurler à la lune ». Barbara répètera cela en boucle comme pour  exorciser une situation qu’elle ne maîtrise plus…
Bref, tous les ingrédients sont là pour un fait divers dramatique avec du sang. Mais, non aucun meurtre, aucun suicide, on n’est pas chez Tchekhov et il ne se passera rien ; la vie, on le suppose,  continuera… comme chez Tchekhov.  Barbara aura simplement  cassé les assiettes et bousillé le repas en barquettes qu’elle a commandé chez un traiteur avec un chèque sans provision car il n’y a plus d’argent dans cette famille aimante qui n’aura même pas un vrai bon repas…

Et c’est Justine qui aura le mot de la fin quand elle répond à son frère : « ndispensable petit con». Tout est dit! La connerie humaine, et des personnages qui  ne se supportent pas, et qui ont malgré tout, absolument besoin des autres. « L’esprit de tribu », comme dit Barbara. Les dialogues imaginés pour ces brèves séquences, ponctuées par des airs de musique baroque, sont particulièrement ciselés, et les répliques claquent. Parfois, un peu trop proches du mot d’auteur. Mais bien écrits et savoureux.
 Et Julie Aminthe n’hésite pas à faire parler cru ses personnages  qui parlent souvent  sexe: « Il n’y a plus de Doliprane à cause de tes règles à la con, dit Gabriel ».  « Je suis désolée, lui répond Justine, de pisser des caillots comme des dés à coudre. »
 Bien sûr, on pense à Harold Pinter et à Martin Crimp qui, eux aussi, parlent beaucoup des relations entre proches parents. Ici, en un peu plus d’une heure, tout est dit et bien dit de cette déconstruction de la cellule familiale. Dans une mise en scène impeccable où  tout est précis. Sur le plateau, rien que trois bandes de sols différents, celui en parquet d’une salle à manger avec son petit lustre doré ridicule, celui carrelé de la cuisine avec une table roulante, et salon avec moquette et gros coussins.
Direction d’acteurs tout aussi impeccable: Jean Bechetoille, Olivier Faliez, Fanny Santer et Marie-Céline Tuvache sont absolument crédibles, dans des rôles pas faciles, et cela, dès qu’ils entrent en scène. Il y a juste parfois quelques problèmes de diction qu’on peut résoudre facilement. La petite salle est bourrée et le public a applaudi longuement.
Que demande le peuple ?

 Philippe du Vignal

 Théâtre du Lucernaire 53 rue Notre dame des Champs 75006 Paris jusqu’au 28 juin.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...