Marylin, Confession inachevée

Marylin, Confession inachevée, de Ben Hecht, en collaboration avec Marylin Monroe, adaptation de Stéphanie Sphyras, traduction française de Jeanne Hérisson, images de Milton Greene, mise en scène de Benoît Nguyen Tat

 marylin« La pièce s’inscrit dans le projet transmédia Up to date Marilyn. À travers une installation, une pièce de théâtre, un site internet  et deux  séries,  ce projet propose une relecture du mythe Marilyn».
Avec des  photos  de  Milton Greene, récemment restaurées, et une adaptation bien ficelée d’une remarquable fausse autobiographie de l’actrice, My Story by Marylin Monroe par Ben Hecht (1876-1964) .

D’abord; correspondant étranger pour 75 journaux dont The Daily News, puis romancier à succès  avec, notamment Un Juif amoureux, nouvelliste et dramaturge, il fut surtout connu comme scénariste des Nuits de Chicago de Josef von Sternberg, et d’Howard Hawks, Otto Preminger, Henry Hatahaway et Alfred Hitchcock.
  Mais, comme en prévient honnêtement le metteur en scène avant le spectacle, ce sont les débuts de Marylin et sa vie jusqu’à la guerre de Corée qui sont seulement évoqués ici. Norma Jeane Baker, née en 1926,  devenue plus tard la très célèbre Marylin Monroe, est morte en 1962 à 36 ans, sans doute suicidée ou à la suite d’une trop forte dose de somnifères, d’aucuns ont aussi dit assassinée, un an donc avant John Fitzgerald Kennedy qui fut son amant.
Le début de sa vie fut une longue errance ; de père inconnu, abandonnée par sa mère, Marylin fut avec son frère et sa sœur confiée à onze familles d’accueil différentes ! Elle travailla d’abord en usine, avant d’être mariée à 16 ans avec un ouvrier ; elle réussit assez vite à faire la photo de d’une trentaine de couvertures puis devint mannequin en 1945. Elle prend des cours de théâtre, et continue de se teindre en blond.
Elle signe un premier contrat de six mois à la Fox et devient Marilyn Monroe en 47 quand elle joue dans Bagarre pour une blonde et Dangerous Years. En 1948, elle est engagée par la Columbia pour un film musical  Les Reines du music-hall.  Mais c’est un échec, et son contrat n’est pas renouvelé.
 Puis, elle joue dans La Pêche aux trésors des Marx Brothers, grâce à Johnny Hyde, de la William Morris, devenu son agent et amant. Puis dans Quand la ville dort de John Huston, mais, à court d’argent, elle pose nue pour un calendrier,  ce qui contribuera ensuite à sa célébrité. Repérée par Howard Hughes et par Joseph L. Mankiewicz,  elle est engagée pour Eve avec Bette Davis en 1950.
Marilyn négocie un contrat de sept ans avec la Fox  et s’inscrit en art et littérature à l’université de Californie, et en 52,  se marie avec Joe di Maggio, vedette de base-ball. A l’occasion d’un tournage au Japon, elle va chanter en 54 pour les  combattants américains en Corée réunis par milliers fascinés par celle qui accèdera vite au statut de star après Les Hommes préfèrent les blondes, Sept ans de réflexion et Certains l’aiment chaud.
C’est tout cela que raconte dans une petite salle, ce spectacle interprété de façon tout à fait remarquable par Stéphanie Sphyras ; Benoît Nguyen Tat a eu l’intelligence de ne pas lui faire incarner Marylin ; la partie réaliste étant dévolue aux seules photos projetées parfois formidables comme celles prises pendant ses récitals en Corée

Impeccable, elle a une belle présence et Jando Graziani interprète avec intelligence et discrétion les différets interlocuteurs de Marylin.
Cela dit, on ne voit pas bien ce que peuvent apporter les micros HF dans cette histoire, d’autant plus que la petite salle ne peut accueillir qu’une trentaine de spectateurs. On ne voit pas non plus à quoi servent ces praticables que les deux acteurs transportent sans arrêt. Et Benoît Nguyen Tat aurait pu nous épargner ces illustrations un peu naïves du texte par des photos comme si c’était indispensable à la compréhension de son spectacle ; d’une manière générale, cette projection de séries de photos fait mauvais ménage avec le texte et les deux interprètes, qu’elle parasite inutilement.

  En fait, on est assez déçu du voyage et on a l’impression que si Stéphanie Sphyras nous avait révélé le texte de Ben Hecht, seule sur scène, sans micro, sans photos projetées, et sans accompagnement musical, le spectacle « aussi envoûtant que son sujet » (sic) comme le dit la prétentieuse note d’intention! aurait été plus efficace.
En tout cas, malgré cette mise en scène approximative, on écoute avec plaisir cette fausse mais étonnante autobiographie qui nous révèle la vie mouvementée d’une autre Marylin, travailleuse, intelligente, parfois espiègle mais marquée par une enfance difficile et restée psychologiquement très fragile. Elle aurait eu cette année 89 ans…

Philippe du Vignal

Le Local, 18 Rue de l’Orillon, 75011 Paris. Métro Belleville. T: 01 46 39 11 89 jusqu’au 31 mai. http://www.updatemarilyn.com
Confession inachevée, en collaboration avec Marilyn Monroe, de Ben Hecht a été publié  chez Robert Laffont en 2011.

 

 


Pas encore de commentaires to “Marylin, Confession inachevée”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...