Clôture de l’amour

Clôture de l’amour, texte, conception et réalisation de Pascal Rambert

 

  cloture1_photo_marc_domageReprise quatre ans après de ce spectacle qui avait été créé au Théâtre de Gennevilliers (voir Le Théâtre du Blog). « Car ceux qui sont amoureux croient avoir un plaisir désintéressé à voir les gens qui connaissent l’amour, à parler de l’amour. Mais c’est dans l’espoir d’y retrouver leur amour à eux … », écrit Marcel Proust. De même, l’auteur, metteur en scène et comédien Pascal Rambert pose, à travers Clôture de l’amour, les jalons d’une écriture visant la quête passionnelle destinée au public qui peut s’y reconnaître, forcément ou… pas.
 Tanguy Viel évoque aussi ces deux amants qui closent leur relation «en deux monologues qui vont au bout de leur pensée, deux longues phrases qui ne sauraient s’interrompre, manière de solder les vieux comptes et marquer dans une langue poussée à bloc le territoire des corps…»
Violent, furieux, déterminé, extrêmement remonté et à bout de souffle, Stanislas Nordey, comédien talentueux éprouvé physiquement par les si beaux rôles qu’il a endossés cette saison au théâtre, entre Hinkeman et Affabulazione, joue Stan. Il  est l’agresseur et l’assaillant, face à sa partenaire Audrey (Audrey Bonnet)  réduite d’abord à recevoir, en victime désignée,  reproches doléances en vrac : «Je n’ai plus de désir pour toi, je ne peux pas le dire autrement, je te regarde et je n’ai plus de désir… j’en sors; l’amour est une secte soudain le monde s’ouvre et ce soudain c’est aujourd’hui ».
Or, l’accusée prend la parole à son tour et se rebelle, vive et solide : » À partir de maintenant, je t’interdis de dire un mot sur mon travail… maintenant tout est dehors, tu as tout déballé tout est à vue mon intériorité elle te saute au visage elle va te sauter au visage à la gorge dépecer ton extérieur flamboyant… »
Les joutes de ce concours argumentaire passent par l’évocation des étapes obligées de la vie à deux, l’amour physique, le repli consenti, le rêve de bonheur, le confort d’une «fiction», la construction d’une famille pourtant, les enfants qui naissent, avec l’occurrence symbolique du mot «ensemble», en guise de victoire féminine arrachée, ensemble: un terme honni à présent par l’époux, le compagnon, le père.
Dans ce texte, les références sont aussi artistiques : Stan s’appuie sur le commentaire que le couple faisait sur Les Hasards heureux de l’escarpolette (1767-1769) de Fragonard, à la Wallace Collection de Londres. Audrey, elle, se réfère plutôt aux Baigneuses du même peintre au Louvre.

Ce dernier tableau accompagnait leur vie, avec ces présences féminines: «Une longe invisible quelque chose qui les relie toutes qui tourne dans le tableau parmi les fleurs les bocages et le bain…c’était cela notre vie un regard commun…un moteur…la joie de vivre… »
Le plus difficile n’étant pas de rompre avec la réalité, mais avec le souvenir, le parcours et le partage spatio-temporels avec l’autre : «Le cœur se brise à la séparation des songes, tant il y a peu de réalité dans l’homme », écrit Chateaubriand.

Selon certains, la cause de la haine entre anciens amants puise dans leur amour même duquel ils craignent la perte du moi : rompre ses liens afin de constater qu’on n’est pas l’autre. Dispute poignante,  querelle captivante; les deux acteurs sont excellents, en particulier, Audrey Bonnet  en compagne  éconduite qui garde pourtant son insolence et sa fierté….

 Véronique Hotte

 Théâtre des Bouffes du Nord, du 17 au 20 juin, 21h.
De mes propres mains de Pascal Rambert, avec Arthur Nauzyciel, les 16, 17 et 18 juin à 19h.
 Libido Sciendi de Pascal Rambert, avec Nina Santes et Kévin Jean, les 19 et 20 juin à 19h

 Le texte de la pièce est publié aux Solitaires Intempestifs

 

 


Pas encore de commentaires to “Clôture de l’amour”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...