Richard III

Festival d’Avignon

Richard III de William Shakespeare, traduction de Marius von Mayenburg, mise en scène de Thomas Ostermeier, en allemand surtitré en français

   image Richard III  a souvent été jouée en France, dans les mises en scène entre autres de Terry Hands, Georges Lavaudant avec Ariel Garcia-Valdès,  Sylvain Maurice… Cette fois, c’est le grand metteur en scène et directeur de la Schaubühne qui le monte avec ses acteurs allemands.
Richard III un être à part excessif en tout et qui et s’étonne lui-même de ses pouvoirs  : « Je gage mon duché contre un pauvre denier/ Que je me suis toujours mépris sur ma personne !/ Sur ma vie !
 » C’est un menteur des plus cyniques, qui ne s’embarrasse guère du choix des moyens: chantage et meurtres. On le voit draguant ainsi sans scrupule aucun, la pauvre Anne dont il a fait tuer il y a quelques mois mari et  père.  Une Anne littéralement fascinée qui ne lui résistera pas: « Je l’ai eu, je l’ai eu, dit-il, même si je sais que je ne pourrai pas la garder ».
Richard va aussi faire  assassiner son frère Clarence, sans attendre le décès imminent d’Edouard IV, son autre frère. restent ses deux très jeunes  neveux le Prince Edouard V et le duc d’York.  Avant la mort du  roi malade  Edouard IV,  les conflits  entre la famille de leur mère, les Lancastre, et celle de leur père, les York, commencent autour des  enfants.
Edouard disparu, Richard accuse la reine d’avoir provoqué l’exécution de Clarence, et fait  exécuter  les membres de la famille de la reine
Richard  veut la mort de ses neveux mais  Buckingham refuse de les assassiner et prend la fuite pour éviter de subir sa colère. Mais ils  sont tués par deux malfrats qui tuent aussi Buckingham. Mais Richard a des ennemis dont Richmond  qui va  lui livrer  bataille: les fantômes des victimes de Richard hantent son  sommeil. Richard est tué et Richmond couronné proclame l’union des roses d’York et de Lancastre,  par son mariage avec Elisabeth, fille d’Edouard IV et symbole de la réconciliation nationale.
Jan Pappelbaum a conçu pour la mise en scène de cette pièce compliquée une scène ronde au sol de sable, débordant sur la salle, avec comme unique décor : un mur maronnasse, sinistre, où reviennent régulièrement en vidéo, des nuages, puis des vols d’oiseau noirs. Avec d’étroites galeries et un escalier en fer. Comme une sorte de prison. Avec, au centre, une double porte constituée d’un vieux tapis.
Rien d’autre sur le plateau qu’un cercueil noir, une grande table et un fauteuil en bois amenés sur des rails? Tout ici respire la fin de règne, et le désespoir absolu, et la mort, celle des autres bien entendu, dont Richard parle sans cesse. .
 Cela commence par une fête pour célébrer les victoires anglaises au Palais du roi Edouard. Gros confettis or et argent tirés par des pistolets sur la scène et le public. Hommes et femmes, en smokings et robes noirs, très joyeux et déjà bien imbibés, viennent de la salle avec verres de Champagne à la main. Sur une musique techno enregistré très forte, envahissante, volontairement insupportable, accompagnée en direct  batteur  installé près de la scène dans la salle côté cour.
   On aperçoit aussi un homme, bossu, assez répugnant avec une barbe mal taillée et un pied très déformé. C’est Richard, handicapé par sa laideur et sans aucun doute exclu de cette fête. Ce qui le décidera à continuer sans scrupule à tuer mais aussi à séduire pour s’emparer  à tout prix du trône..
Handicapé physiquement donc repoussant et fascinant à la fois, pervers et monstrueux, Richard à la volonté féroce, séduit grâce à la parole amplifiée par un micro suspendu avec projecteur et caméra qui permettra de saisir surtout à la fin, des gros plans de son visage.
 Richard parle beaucoup, sans jamais craindre d’être cynique et misogyne : « Voici ce qui arrive quand les homme sont gouvernés par des femmes ». Ce qui lui permet d’être au centre de l’échiquier, et c’est un atout considérable à toutes les époques..  Richard III, imaginé par  un William Shakespeare de vingt-huit ans, est un tueur absolu mais aussi un séducteur fascinant qui ne lâche pas ses futures victimes, tenant sans aucun doute à prendre sa revanche sur le mépris que lui a témoigné sa mère: « Moi, trop mal estampé et privé de la majesté de l’amour, pour me pavaner devant une nymphe coquette »dit-il sans illusions.
Comme le dit avec raison Thomas Ostermeier, il est plus nihiliste que psychopathe… M
onstruosité et  cynisme absolu du personnage, prêt aux coups les plus bas pour obtenir le pouvoir, politique et sexuel. Et jouissant aussi de faire le mal, même s’il prétend le contraire…  Il n’hésitera pas à demander aussi en mariage sa toute jeune fille au Roi Edouard, juste après avoir fait tuer ses deux très jeunes frères qui risquaient de le gêner plus tard. Richard avec une impitoyable volonté  sait que gouverner, c’est prévoir…    
Lars Eidinger, acteur fétiche de Thomas Ostermeier,  sait créer une formidable complicité entre le public et  le personnage monstrueux imaginé avec génie par Shakespeare qui, dit, Thomas Ostermeier, «est le plus moderne de tous. En mélangeant les niveaux de culture, en accolant des scènes de bataille et des acrobaties, des clowns et des rois, il crée un collage formidable. Cet art du montage me permet d’en faire autant avec les matériaux de la culture actuelle, la chanson, la vidéo, les micros, les caméras…. » .
Cela dit, on ne voit pas bien ce que peuvent apporter ces arrivées de nuages en vidéo mais en général le metteur en scène allemand, même si son théâtre en a les moyens, il n’en abuse pas. Richard, après des séries d’affrontements  avec la famille royale et de filouteries exemplaires,  sera enfin roi mais seul, désespérément seul, et n’aura plus rien à perdre que cette royauté si durement acquise, c’est à dire un autre lui-même, et finalement son meilleur ennemi…

Thomas Ostermeier a réduit la voilure du texte de 40%, ce qui nuit sans doute parfois à la compréhension de cette intrigue déjà compliquée. Mais ce qui compte, même si on se perd alors un peu dans cette funeste histoire royale, c’est le sens général qu’il a voulu à l’évidence privilégier. Mais il sait aussi au besoin faire naître l’émotion, avec la complicité de ses acteurs et du public très attentif, comme lors cette rencontre insolite entre Richard et Anne, près du cercueil de son mari.
  Et comme à chaque fois, il nous surprend avec ce qui est devenu comme sa marque de fabrique qui a vite séduit le public français: une très solide dramaturgie préalable, comme ici celle de Florian Borchmeier, avec à la clé, remodelage d’un texte ancien sans jamais en trahir le sens profond, une très pertinente direction d’acteurs-tous  remarquables y compris dans les petits rôles, et en particulier évidemment, Lars Edinger,  acteur à la présence exceptionnelle. Quelle violence, quelle et pourtant ici, aucune profération,  aucune criaillerie ridicule comme souvent en France.
Et toujours avec une très subtile idée scénographique, jamais tape à l’œil, jamais gadget, qui vient non en supplément gratuit mais comme solide appui du texte. Le lieu imaginé pour ce Richard III, est à la fois  impressionnant, réaliste si l’on veut mais peu daté, et qui permet aussi et surtout de faire jouer les acteurs des scènes de façon quasi «ob-scène » au sens étymologique, comme en gros plan.
Comme cette mise à mort dans la prison par deux malfrats avec du sang qui coule sur ce cadavre blanc, ou comme à la fin Richard allongé sur la table, juste couvert d’une couverture de fourrure et qui dit épuisé, conscient de sa mort imminente, mais prêt encore à tout pour vivre (une minute monsieur le bourreau) conscient aussi de la vanité absolue du pouvoir, et lançant d’une voix lasse son fameux : « Mon royaume pour un cheval » ! Ou encore l’image finale: Richard pendu au bout d’une corde, tournicotant comme un insecte. Là, l’émotion passe vraiment, ce qui n’est pas toujours le cas.  Ce Richard III n’est peut-être pas le meilleur travail de Thomas Ostermeier, (on se souvient encore, entre autres,  de sa fabuleuse mise en scène de Maison de poupée), si tous les spectacles du festival avaient cette même force!

  Sans doute son théâtre n’est-il pas un théâtre d’images mais quand il pense que cela peut aider le texte, il n’hésite pas à en créer de parfaitement fabuleuses, de celles que l’on n’oublie pas trente ans après.  De cette mise en scène d’une rare intelligence, il faudrait aussi souligner le mode de narration quelque peu distancié, au contraire du jeu qui ne l’est pas du tout. Même s’il arrive que Richard dise quelques mots aux spectateurs du premier rang.
Thomas Ostermeier n’hésite pas aussi par exemple, à faire enlever un moment ses prothèses à Richard. Comme pour nous dire que ce Richard est aussi un être normal avec les frustrations, les échecs jamais évacués quelques dizaines d’années après, et que nous sommes aussi de petits Richard III, capables de commettre à l’occasion des choses pas très nettes.

  C’est avec Wycinka de Kristian Lupa dont nous parlera notre amie Véronique Hotte, l’un des deux spectacles-phares de ce festival; on ressort bizarrement comme tout regaillardi par ce long (2h30) moment de théâtre. Loin, très loin donc de ce très approximatif Roi Lear  mis en scène par Olivier Py (voir Le Théâtre du Blog), et cela fait du bien. Mais on aimerait, même si avec Thomas Ostermeier, on est sûr que les billets s’arrachent, que le festival d’Avignon invite aussi les autres metteurs en scène de la Schaubühne…
Ce Richard III 
a fait l’objet d’une très méritée et longue ovation du public. Inutile de  vous précipiter, il ne reste plus aucune place mais tentez le coup au dernier moment, et s’il passe près de chez vous, réservez tout de suite, vous ne le regretterez pas.

  C’est bien triste mais il n’y avait presque aucun jeune spectateur (la cherté des places plus de 30 €!: c’est le grand handicap de ce festival et malgré les effets d’annonce, rien ne bouge). Mais nous leur recommandons chaleureusement d’aller voir ce Richard III quand il passera en tournée; cela nous étonnerait qu’ils n’y trouvent pas leur compte.

Philippe du Vignal

Opéra du grand Avignon, jusqu’au 18 juillet, relâche le 10 et le 15, et ensuite en tournée. Diffusion sur Arte le 13 juillet. T :  04 90 14 14 14 festival-avignon.com

 

 


Pas encore de commentaires to “Richard III”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...