Jamais assez

Festival d’Avignon In

Jamais assez chorégraphie de Fabrice LambertIMG_3066

Après un démarrage fort lent de dix minutes dans la pénombre, pour une pièce qui dure une heure, (comme pour la pièce Monument 0!) Fabrice Lambert qui s’inspire d’un documentaire, Into Eternity, décrivant un chantier de stockage de déchets radioactifs en Finlande, nous présente un spectacle dynamique et complexe.
Son travail repose sur d’excellents danseurs qui ont une certaine maturité et de fortes personnalités ainsi que sur un environnement sonore et visuel d’une grande qualité. Parlant du son et de la lumière, «Ces deux éléments soulignent une partie du mouvement, dit le chorégraphe, ils donnent un rythme au mouvement du danseur ou au contraire se placent en contrepoint». Cette danse se révèle spécifique par sa géométrie, les danseurs semblent suivre des axes : ils se croisent, s’opposent comme dans un ballet de particules élémentaires. Leur engagement physique est total.

Pour Fabrice Lambert «Danser, c’est penser en grand». Il souligne que son écriture chorégraphique utilise les outils de l’abstraction. De fait cette danse manque de lisibilité mais qu’importe, elle procure de l’émotion en particulier dans la deuxième partie et c’est ce qui compte.

 

Jean Couturier

Au Gymnase du Lycée Aubanel joué du 13 au 17 juillet.

 


Pas encore de commentaires to “Jamais assez”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...