Far/Away (Daleko Daleko)

Festival mondial des théâtres de marionnettes de Charleville Mézières 

Far/Away (Daleko Daleko) par le  Bolchoï Puppet Theatre

  Cette compagnie de marionnettes de Saint-Pétersbourg présente une adaptation mêlée de deux contes : Les six Frères cygnes des frères Grimm et Les Cygnes sauvages d’Andersen. On y voit d’abord un couple qui se forme dans une danse élégante, puis qui se place derrière un drap sur  toute la largeur du plateau; ils lévitent tout en douceur et ont donc ainsi une taille bien plus grande que la normale. C’est le premier effet de ce spectacle qui en comptera beaucoup.
Et par un simple  jeu de mains, ils vont faire naître des enfants, six garçons et une fille, symbolisés d’abord par des petites chemises. On voit arriver du fond du plateau six têtes  de comédiens, chacun avec autour du cou des petites jambes et petits bras qu’ils actionneront, créant des scènes  très drôles, avec un sens du geste incomparable de précision.
 Les frères enchaînent les moments de jeu avec leur sœur, ils la protègent, c’est désormais la seule femme de la maison, puisque la mère n’est plus là. Et les choses vont se gâter: le père va se marier avec une marâtre que les enfants n’accepteront pas.
   Après le rire de la première partie, c’est donc vers l’angoisse que nous amène la compagnie russe. Manipulant les draps, filant la métaphore de la chemise des garçons, ils ont une maîtrise complète des marionnettes, ombres, jeu, sons, lumières… C’est efficace et l’on passe une heure de féérie. La fin est un peu longue et complexe, et les rares dialogues sont en anglais… avec un accent à couper au sabre !
  Mais bravo à cette compagnie russe si talentueuse pour l’adaptation de ces deux contes qui proposent un spectacle très complet et qui émerveillera longtemps…

Julien Barsan

 


Archive pour 29 septembre, 2015

Far/Away (Daleko Daleko)

Festival mondial des théâtres de marionnettes de Charleville Mézières 

Far/Away (Daleko Daleko) par le  Bolchoï Puppet Theatre

  Cette compagnie de marionnettes de Saint-Pétersbourg présente une adaptation mêlée de deux contes : Les six Frères cygnes des frères Grimm et Les Cygnes sauvages d’Andersen. On y voit d’abord un couple qui se forme dans une danse élégante, puis qui se place derrière un drap sur  toute la largeur du plateau; ils lévitent tout en douceur et ont donc ainsi une taille bien plus grande que la normale. C’est le premier effet de ce spectacle qui en comptera beaucoup.
Et par un simple  jeu de mains, ils vont faire naître des enfants, six garçons et une fille, symbolisés d’abord par des petites chemises. On voit arriver du fond du plateau six têtes  de comédiens, chacun avec autour du cou des petites jambes et petits bras qu’ils actionneront, créant des scènes  très drôles, avec un sens du geste incomparable de précision.
 Les frères enchaînent les moments de jeu avec leur sœur, ils la protègent, c’est désormais la seule femme de la maison, puisque la mère n’est plus là. Et les choses vont se gâter: le père va se marier avec une marâtre que les enfants n’accepteront pas.
   Après le rire de la première partie, c’est donc vers l’angoisse que nous amène la compagnie russe. Manipulant les draps, filant la métaphore de la chemise des garçons, ils ont une maîtrise complète des marionnettes, ombres, jeu, sons, lumières… C’est efficace et l’on passe une heure de féérie. La fin est un peu longue et complexe, et les rares dialogues sont en anglais… avec un accent à couper au sabre !
  Mais bravo à cette compagnie russe si talentueuse pour l’adaptation de ces deux contes qui proposent un spectacle très complet et qui émerveillera longtemps…

Julien Barsan

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...