Neuf Petites Filles (Push and pull)

Neuf Petites Filles (Push and pull) de Sandrine Roche, mise en scène de Philippe Labaune.

théatre peties filllesSur scène, neuf petites filles, souvent plus perverses que chipies d’ailleurs, jouent et se battent. Elles imitent l’univers de leurs parents qu’elles ont épiés. Elles en ont capté les réactions les plus laides, les remarques les moins généreuses, les travers les plus étriqués. On décèle un relent de racisme nourri par les rancœurs, les frustrations qui peuvent habiter une classe moyenne rêvant  de maisons avec piscine, de 4×4…… Tout y passe : les femmes de ménage voleuses et des paresseuses, les salariés qui escroquent leur patron, les épouses volages, les maris qui  trompent leurs femmes avec leurs secrétaires, surtout si elles sont jeunes !! Elles passent leur temps à interpréter les scènes de ces vies dont elles ont pu être les témoins. Parallèlement elles jouent, comme les enfants peuvent jouer, mais dans leurs jeux, toujours cruels, il doit y avoir un dominant, plus ou moins bourreau, et  sa victime.
Aucune de ces petites filles n’est personnalisée; les scènes s’enchaînent comme les mouvements d’une œuvre musicale à une, deux, trois…..jusqu’à neuf voix. Dans le même temps se joue la partition pour les corps, Push and Pull, comme l’indique le sous-titre de la pièce, une véritable chorégraphie qui se termine par une gestuelle agressive.
Philippe Labaune a  été séduit par le texte, quand il l’a découvert à un comité de lecture des Journées des auteurs en 2011. Il s’en est littéralement emparé et a peaufiné sa mise en scène avec les comédiens du Théâtre du Verseau, au fur et à mesure des spectacles qu’il a donnés. Il a choisi de mêler comédiens et comédiennes comme si la théorie du genre n’existait pas. Pour pouvoir, aisément, adapter son spectacle aux différents salles qui l’accueillent, il a délimité un espace de jeu avec des tubes fluo et l’a parsemé de poupées en celluloïd.
Les acteurs se préparent, bien évidemment, sur les côtés. Avec une vitalité débordante, il sait faire exister neuf petites filles insolentes, turbulentes, imprévisibles, bruyantes qui font aussi preuve d’un travail corporel très maîtrisé, assez proche de celui d’acrobates : on se pousse, on se tire, on se débat, on se donne des coups de pieds, on s’entasse, on s’emmêle pour ne plus faire qu’une masse compacte au sol…. Et c’est assez jubilatoire !

Elyane Gérôme

Spectacle vu le 3 octobre au Croiseur, 4 rue Barret  Lyon  7ème. Du 20 au 24 octobre,  à Gare au Théâtre, 13 rue Sémard Vitry sur Seine. T: 01 55 53 22 22

 


Pas encore de commentaires to “Neuf Petites Filles (Push and pull)”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...