Coûte que coûte

Coûte que coûte, d’Elisabeth Gonçalves et Montllo-Seth, mise en scène, chorégraphie et jeu de Roser Montillo Guberna et Brigitte Seth

 

brigitte et roser_5Dans un duo extrêmement bien réglé, des comédiennes-danseuses-chanteuses déclinent le double versant bonheur/malheur de nos existences et du monde. Le verre à moitié plein ou à moitié vide, c’est selon l’humeur. Comment peut-on dire «tout va bien», quand tout va mal autour de soi ? Telle est la question posée au public. Mais, avec un peu de bonne volonté, on peut au moins essayer d’être heureux.
Cette dualité tient d’abord au contraste entre les corps en scène : la plus fine s’oppose à la plus ronde, l’une semble plus tragique, l’autre plus joviale. Mais très mobiles, elles s’adonnent à une succession de gags visuels sur un plateau envahi de partitions posées sur des pupitres.

 L’installation, qui sera bousculée en cours de jeu, figure toutes les versions possibles de leurs états d’âmes fluctuants. Elles passent du rire aux larmes, de l’allégresse à la désespérance, changent d’avis comme de chemise, et déclinent en plusieurs langues (français, espagnol, catalan) un texte, assez minimaliste, composé des banalités du langage quotidien.
Ce show clownesque des deux femmes, usant (et abusant parfois) du comique de répétition, s’adresse directement aux spectateurs qui se reconnaissent dans les atermoiements et les contradictions des commères, et  en rient. Elles ne sont pas avares de leur énergie et, toujours en mouvement, joignent les gestes aux paroles et nous entraînent dans un tourbillon d’interrogations joyeuses.
Réjouissant.

 Mireille Davidovici

 Spectacle vu à la Comédie de Caen le 13 octobre. Du 7 au 25 décembre au Théâtre National de Chaillot

 


Pas encore de commentaires to “Coûte que coûte”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...