*/20 danseurs pour le XXème siècle

*/20 danseurs pour le XX ème siècle, conception de Boris Charmatz et du Musée de la danse

image Belle initiative que de permettre au public de voir, au Palais Garnier, de beaux solos, emblématiques de la création chorégraphique du siècle passé. La théâtralité de chaque recoin du lieu sert merveilleusement d’écrin à la découverte de ces extraits d’œuvres.
  De la rotonde des abonnés au grand Foyer, en passant par les Salons du Glacier et de la Lune, les vingt danseurs se succèdent dans d’intenses solos, proches des spectateurs. Ce qui donne une autre perception de ces chorégraphies, au plus près de la respiration des corps. Sentir l’engagement physique de ces «athlètes de haut niveau»  comme le dit Benjamin Millepied, est un réel privilège.
  Cette déambulation libre d’une heure trente, partout, à l’exception de la salle elle-même, ne permet pas de voir toutes les chorégraphies proposées, mais nous avons pu redécouvrir celles de Pina Baush, Georges Balanchine, Rudolf Noureev,  et certaines, venant du septième art, comme la danse sensuelle de Brigitte Bardot dans Et Dieu créa la femme
  La pièce de Boris Charmatz qui vient observer l’enchaînement des performances, est un bonheur simple, et l’occasion de retrouver des partitions connues ou moins, mais une autre perception de l’espace. Cela permet aussi aux néophytes de «goûter» à la danse,  ce qui les amènera peut-être à découvrir d’autres œuvres, dans le futur, et c’est tant mieux.

Jean Couturier

 Spectacle joué à l’Opéra Garnier du 25 septembre au 11 octobre.      


Archive pour 21 octobre, 2015

Le Monstre du couloir

Le Monstre du couloir de David Greig

 4-300x200Pauline Sales et Vincent Garanger  dirigent Le Préau/Centre Dramatique Régional de Vire, et, depuis 2009,  en ont vite fait un lieu de culture dynamique avec des créations qui dépassent les frontières normandes. Cet été à Avignon, on a beaucoup parlé de Sur la page Wikipedia de Michel Drucker , et Quand j’étais Charles faisait le plein.  Quelques années plus tôt, En travaux avait ravi le monde du théâtre.
    Le Préau a aussi depuis sept ans son festival pour ados, un temps fort, fait pour et par  eux  (voir dans Le Théâtre du Blog la chronique de l’édition 2014), et c’est assez rare pour être signalé. Le Monstre du couloir y a été créé, et vient d’être repris sur la scène du Théâtre de l’Opprimé à Paris, bien  plus petite que celle de Vire.
   C’est l’histoire de Duck, élevée seule par un père que la sclérose en plaques commence à rendre aveugle. Duck, est le diminutif de Ducati, marque de la moto qui passionna ses parents mais avec laquelle sa mère se tuera contre un arbre, en voulant faire la course. C’est plutôt Duck qui s’occupe de son père mais il va leur falloir faire l’inverse puisqu’une assistante sociale est venue les contrôler. Tous deux craignent qu’à cause de l’incapacité grandissante du père, Duck ne soit placée  dans un foyer.
  Tout cela paraît bien triste mais  la dramaturgie de David Greig est remarquable et  la mise en scène de Philippe Baronnet, artiste permanent du Préau, intelligente et rythmée.  Une assistante sociale et l’amoureuse du père qui joue avec lui à des jeux vidéo en ligne font une apparition remarquée (toutes deux interprétées par Aurélie Edeline).
  Dans la scène où elles se rencontrent, l’actrice change juste de perruque, passant de l’un à l’autre personnage. Olivia Chatain (la jeune fille) est très crédible, et les chansons et bruitages d’un guitariste rythment bien la pièce.  Avec une mise en scène pleine de trouvailles, Philippe Baronnet évite de filer les métaphores et d’étirer les anecdotes ; derrière le récit, se cachent des thématiques fortes pour des adolescents : amour, homosexualité, séparation avec les parents….
  Un bel exemple de pièce pour les jeunes qui ravira aussi un public plus âgé ; on en sort avec une belle énergie !

Julien Barsan

Théâtre de l’Opprimé à Paris .

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...