Les adieux de Benjamin Pech

Les adieux de Benjamin Pech,  avec les chorégraphies de Jérôme Bel, Jerome Robbins, Angelin Preljocaj

IMG_8459Après Aurélie Dupont en mai dernier, le danseur-étoile Benjamin Pech fait lui aussi ses adieux dans un programme qui témoigne de la diversité de son talent. Diversité très à la mode avec, en première partie, une création de Jérôme Bel : Tombe.
Cette tombe est celle de Gisèle : le metteur en scène a imaginé des rencontres entre des danseurs et des personnes qui ne montent jamais sur le plateau de l’Opéra. «Je vais te montrer la scène du ll ème acte de Gisèle. Tu connais Gisèle ? demande Grégory Gaillard, à Henda Traore, une jeune caissière. » «Non, c’est qui ? répond-elle.» Il lui fait alors découvrir cet espace particulier et les termes techniques de son art.

 À son tour, Sébastien Bertaud  invite une danseuse handicapée en chaise roulante, pour un pas-de-deux sensible, extrait de Gisèle.
Benjamin Pech avait, lui, invité Sylviane Milley, une abonnée fidèle de quatre-vingt-quatre ans, pour le même pas-de-deux, mais qui, depuis, a malheureusement dû être hospitalisée ! Un film témoigne de leur dernière répétition que Benjamin Pech, assis devant l’écran, suit, vraiment ému.
  IMG_8457Pour ce programme, In the Night, chorégraphie de Jerome Robbins, remplace La Nuit s’achève, dernier travail de Benjamin Millepied où  le danseur-étoile ne dansait pas. Ce fut l’occasion de voir, sur les Quatre Nocturnes pour piano de Frédéric Chopin, de beaux couples d’interprètes : Dorothée Gilbert et Benjamin Pech, Laura Hecquet et Mathieu Ganio, Eleonora Abbagnato et Hervé Moreau.
 Les Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach donnent lieu à la redécouverte d’une pièce (1971) de Jerome Robbins : un travail néo-classique harmonieux, d’une grande précision, qui, en une heure vingt, nous permet d’assister à une répétition dans un studio (un rêve pour beaucoup de d’amateurs de danse !).
 Benjamin Pech et Eleonora Abbagnato clôturent la soirée avec l’exceptionnel pas-de-deux créé par Angelin Preljocaj pour Le Parc, sur une musique de Mozart. Forte émotion  pour ces  interprètes : en effet, dans la salle, ce soir-là, Aurélie Dupont, Manuel Legris et Benjamin Millepied les accompagnaient en pensée dans ce duo sensuel qu’ils ont aussi dansé…
Après douze ans à l’Opéra de Paris, Benjamin Pech termine donc son parcours d’étoile. Sensible et discret, ce grand professionnel a servi l’art de la danse avec passion, réalisant son rêve d’enfant. Ce qu’on lisait  dans ses yeux quand, à l’avant-scène, des étoiles dorées, tombant des cintres, l’ont recouvert.
 Il s’est alors lancé dans une  magnifique envolée circulaire, un bouquet à la main. Un moment exceptionnel, pur et beau.

Jean Couturier

A l’Opéra-Garnier le 20 février.     

 


Pas encore de commentaires to “Les adieux de Benjamin Pech”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...