Loki – Pour ne par perdre le Nord

Loki-Pour ne par perdre le Nord, conte électro-acoustique, feuilleton mythologique d’Abbi Patrix, librement inspiré des travaux de Georges Dumézil, Régis Boyer, Kevin Crossley-Holland, Marit Jerstad et J.R.R. Tolkien, des poèmes eddiques du XIIème siècle et de L’Edda en prose de Snorri Sturluson

 101Ce mythe littéraire du Nord correspond à une construction fantasmatique et merveilleuse de nos rêves et de nos manques, selon le spécialiste Régis Boyer.  Un Nord fascinant, à la mesure des imaginations enfiévrées, une Scandinavie au bout du monde physique et mental, territoire définitivement marginal.
Danemark, Suède, Norvège, Islande et îles Féroé évoquent des fjords, fjells, glaciers, volcans, mers glaciales et terres immenses peu habitées, un royaume naturel élu par le renne, l’aigle, l’élan, le faucon, animaux surréels de contrées inexploitées et laissées au vent large des songes.

La glace et la neige, blancheur et lumière, signifient pureté et dureté, silence et solitude. Avec les aurores boréales et le soleil de minuit, les rêves s’envolent et la réalité transfigurée se dédouble, sous des impulsions mystérieuses, mystiques et magiques : «Du Nord vient la lumière, disaient les Anciens. Toute une alchimie n’a cessé de placer là, le siège du Troisième Empire ou du Royaume des Morts ou du Monde des Supra-Vivants. »
 Au moment de la création, lance le conteur, s’était creusé un grand vide au centre, puits infernal ou gouffre maudit, avec alentour, une terre de neiges sauvages à n’en plus finir.  Ce paysage idéal confond la terre et le ciel, et  l’eau, la terre, l’air, le feu: éléments, dit Gaston Bachelard, à dimension universelle
L’univers légendaire possède un décor onirique, entre crainte et émerveillement, peuplé de nains, trolls, jars et vikings qui mirent des siècles à élaborer leur merveilleux drakkar lancé sur les mers et ancré dans la mémoire.

  Avec des histoires d’affrontements entre les dieux siégeant dans leur tour et les géants alentour. Cette vision scandinave du monde n’en fait pas moins la part belle à l’inexprimé, à l’ineffable et au secret respectueux de la complexité sensible de l’être.
Loki, personnage principal d’une grande série mythologique Viking mi-dieu, mi-géant, héros ambigu par excellence et roi de la métamorphose, peut à chaque instant conduire l’humanité à la fin du monde.
On l’assimile au dieu de la discorde qui nous ressemblerait : une drôle de figure dont les agissements équivoques et non réfléchis relèvent du « Ragnarok » : la fin du monde.

Pour raconter cette saga extraordinaire, le conteur illuminé Abbi Patrix et la sage musicienne et chanteuse Linda Esdjö aux percussions nous invitent, face à leur haute table sonorisée à laquelle ils donnent vie et tremblements,  imaginant différents numéros de poésie sonore et visuelle. Amplifiés, les sons frappés, frottés proviennent ici de perles, haricots, clous, clés, bols…

  Loki ne perd pas le Nord et raconte le cycle complet de la destruction du monde pour qu’ enrayée, elle ne puisse se répéter. Ce conte, d’une belle étrangeté, participe d’une odyssée sonore aux visions oniriques.
Abbi Patrix a bien fait d’explorer à travers musiques, chants et comptines, ces veines légendaires et inépuisables de l’imaginaire nordique.

Véronique Hotte

Cycle Musiques au Comptoir  spectacle (à partir de douze ans) vu à Fontenay-sous-Bois, le 12 février.
Théâtre de l’Étoile du Nord à Paris, du 29 mars au 16 avril. T : 01 42 26 47 47.

 

 


Pas encore de commentaires to “Loki – Pour ne par perdre le Nord”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...