Rendez-vous Gare de l’Est

Rendez-vous Gare de l’Est, texte et mise en scène de Guillaume Vincent

 

rendez-vous-garde-de-l-est-01-elisabeth-carecchio-780x520Au départ, des entretiens réguliers le mercredi, Gare de l’Est, avec une jeune femme atteinte de troubles bipolaires. Pendant des dizaines d’heures, elle s’est livrée à Guillaume Vincent : «J’ai réécrit fidèlement sa parole, dit-il, sans rien changer (…) Mon travail a été celui d’un monteur.»
Derrière la maladie, il y a une personne, comme l’incarne  admirablement Emilie Incerti-Formentini qui parle, parle, à bâtons rompus : de sa nièce qu’elle doit garder, de son emploi du temps à géométrie variable, de son mari, de son désir d’enfant, irréalisable à cause de nombreux médicaments, minutieusement énumérés, qui lui font prendre du poids, et dont l’arrêt signifierait hospitalisation.

Elle évoque sa mère, son père, son travail, et, à plusieurs reprises, l’hôpital Sainte-Anne, où elle a été internée, en particulier au moment d’une crise majeure… La comédienne s’adresse au public d’un ton dégagé, quotidien, naturel : «J’ai aussi de l’Abilify, je trouve que le mot est poétique. Abilify, ça fait papillon, dit-elle. J’en prends une grosse dose et en fait, c’est un médicament, moi, je trouve que ça fait papillon fye, fly… et, en fait, c’est un médicament qui t’empêche de faire des interprétations et… parce que t’as tendance, quand t’es pas bien, à te dire, putain, ton pull, là y a du rouge, du bleu, ça forme un as de pique ou alors un oiseau à l’envers … »
Au fil du monologue, elle passe imperceptiblement à une parole plus grave, avec des accès d’humeur qui la traversent. Elle dit son couple qui se dégrade, son licenciement et ses heures perdues aux Assedic… Jusqu’au moment où elle quitte la scène. On entend sa voix sur un répondeur : «Pour mercredi, on annule, je vais me faire interner (… ) à Melun, dans une clinique.»

 On saisit alors à qui s’adressait ses confidences : à Guillaume Vincent, là, parmi les spectateurs, et qui l’a rejoint quelques instant plus tôt sur scène. Il ne s’agit pas ici d’exposer un tableau clinique mais de privilégier le vécu intime d’une femme, en proie à des phases maniaco-dépressives.
 La construction du texte prend en compte ce bipolarisme et Emilie Incerti-Formentini, soutenue par une mise en scène discrète, nous fait pénétrer, en douceur, dans les méandres d’une pathologie qui échappe souvent à l’entendement. Nous éprouvons avec elle la souffrance de cette femme, mais la comédienne garde la juste distance dans une interprétation sans pathos, et avec humour, elle ménage des respirations et des moments de rire.
Rendez-vous Gare de l’Est, pièce créée en 2012 à la Comédie de Reims, continue de tourner depuis, avec un succès, grâce à Emilie Incerti Formentini et son metteur en scène.

Mireille Davidovici

Théâtre du Rond-Point, Paris jusqu’au 26 juin T : 01 44 95 98 21.
Rendez-vous gare de l’Est est publié aux Solitaires intempestifs.


Archive pour 2 juin, 2016

Rendez-vous Gare de l’Est

Rendez-vous Gare de l’Est, texte et mise en scène de Guillaume Vincent

 

rendez-vous-garde-de-l-est-01-elisabeth-carecchio-780x520Au départ, des entretiens réguliers le mercredi, Gare de l’Est, avec une jeune femme atteinte de troubles bipolaires. Pendant des dizaines d’heures, elle s’est livrée à Guillaume Vincent : «J’ai réécrit fidèlement sa parole, dit-il, sans rien changer (…) Mon travail a été celui d’un monteur.»
Derrière la maladie, il y a une personne, comme l’incarne  admirablement Emilie Incerti-Formentini qui parle, parle, à bâtons rompus : de sa nièce qu’elle doit garder, de son emploi du temps à géométrie variable, de son mari, de son désir d’enfant, irréalisable à cause de nombreux médicaments, minutieusement énumérés, qui lui font prendre du poids, et dont l’arrêt signifierait hospitalisation.

Elle évoque sa mère, son père, son travail, et, à plusieurs reprises, l’hôpital Sainte-Anne, où elle a été internée, en particulier au moment d’une crise majeure… La comédienne s’adresse au public d’un ton dégagé, quotidien, naturel : «J’ai aussi de l’Abilify, je trouve que le mot est poétique. Abilify, ça fait papillon, dit-elle. J’en prends une grosse dose et en fait, c’est un médicament, moi, je trouve que ça fait papillon fye, fly… et, en fait, c’est un médicament qui t’empêche de faire des interprétations et… parce que t’as tendance, quand t’es pas bien, à te dire, putain, ton pull, là y a du rouge, du bleu, ça forme un as de pique ou alors un oiseau à l’envers … »
Au fil du monologue, elle passe imperceptiblement à une parole plus grave, avec des accès d’humeur qui la traversent. Elle dit son couple qui se dégrade, son licenciement et ses heures perdues aux Assedic… Jusqu’au moment où elle quitte la scène. On entend sa voix sur un répondeur : «Pour mercredi, on annule, je vais me faire interner (… ) à Melun, dans une clinique.»

 On saisit alors à qui s’adressait ses confidences : à Guillaume Vincent, là, parmi les spectateurs, et qui l’a rejoint quelques instant plus tôt sur scène. Il ne s’agit pas ici d’exposer un tableau clinique mais de privilégier le vécu intime d’une femme, en proie à des phases maniaco-dépressives.
 La construction du texte prend en compte ce bipolarisme et Emilie Incerti-Formentini, soutenue par une mise en scène discrète, nous fait pénétrer, en douceur, dans les méandres d’une pathologie qui échappe souvent à l’entendement. Nous éprouvons avec elle la souffrance de cette femme, mais la comédienne garde la juste distance dans une interprétation sans pathos, et avec humour, elle ménage des respirations et des moments de rire.
Rendez-vous Gare de l’Est, pièce créée en 2012 à la Comédie de Reims, continue de tourner depuis, avec un succès, grâce à Emilie Incerti Formentini et son metteur en scène.

Mireille Davidovici

Théâtre du Rond-Point, Paris jusqu’au 26 juin T : 01 44 95 98 21.
Rendez-vous gare de l’Est est publié aux Solitaires intempestifs.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...