Heimaten et Les Idées grises

Festival d’Avignon :

XS, un programme de formes courtes, proposé par la SACD France, la SACD Belgique, et le Théâtre National de Bruxelles, et qui  n’excédent pas 25 minutes et  jouées dans le Jardin de la Vierge du lycée Saint Joseph.

160713_rdl_2899Heimaten, conception et mise en scène d’Antoine Laubin, écriture et dramaturgie d’Axel Cornil, Thomas Depryck et Jean-Marie Piemme

Antoine Laubin a réuni ces trois auteurs, pour écrire autour de la notion de patrie et d’appartenance. Heimat a plusieurs sens en allemand : patrie, maison, village, tous lieux constitutifs de notre « chez soi ».
Lily Noël et Hervé Piron parlent devant un écran sur leurs quartiers, en Belgique. Sur l’écran, Olivier Simon et Rika Weniger, eux, engagent le dialogue avec ces deux Belges,  chacun évoquant ce qu’est pour lui ce fameux Heimat, comment on se l’approprie et comment il influe sur notre personnalité. De la philosophie en mode joyeux et parfois drôle, qui pose les bonnes questions… L’interaction entre les comédiens à l’écran, et au plateau se fait bien, et pour cause, ceux à l’écran sont en direct, cachés non loin…
 Un bon moment de réflexion positive qui fait du bien.

160713_rdl_2960Les Idées grises, conception et interprétation de Bastien Dausse et François Lemoine

Bastien Dausse et François Lemoine de la compagnie Barks, proposent une réflexion sur la quête de liberté absolue, sous forme d’acrobaties. D’abord un petit numéro de chaises en équilibre où l’on risque la chute. Puis des jeux sur une table, un tapis, et une bagarre à la ventouse-déboucheur d’évier…  Interprétés avec talent, ces numéros ont un air de déjà vu,  à l’esthétique un peu vieillotte.
Puis les acrobates pénètrent dans une tente blanche fermée sur trois côtés, l’ouverture, invisible au public donnant côté jardin. Une caméra projette la captation sur la bâche et on les découvre, assis à une table et bougeant bizarrement, attirés par le plafond.  Bastien Dausse et François Lemoine tête en bas : image projetée retournée ! Belle prouesse et superbe idée ! Ce spectacle, mollement commencé, finit par une performance inattendue et poétique.

160713_rdl_3112Axe, conception et interprétation de Thierry Hellin et Agnès Limbos
accompagnement artistique, création sonore de Guillaume Istace

On retrouve ici Agnès Limbos, grande spécialiste du théâtre d’objets et Thierry Hellin, acteur charismatique qu’on avait tant aimé dans Childeric d’Éric Durnez. Deux aristocrates déchus, seuls dans leur petit intérieur cossu, ne se parlent plus guère, et ne se comprennent plus du tout. Madame parcourt la ville et au-delà, pour trouver du thé, Monsieur va piocrer dans le réfrigérateur ; ils se poursuivent  autour du tapis…

Thierry Hellin ridicule à souhait, en bottes de cuir, slip et robe de chambre. Agnès Limbos sait faire rire juste : une petite moue, un petit geste et nous voilà hilares !  On rit de ces êtres décadents qui s’effondrent comme le lustre qui dégouline sur la nappe.
Même un peu moins construite et fournie que Ressacs, l’excellent dernier spectacle de la compagnie d’Agnès Limbos, la pièce distille cet humour belge que l’on aime tant chez nous.

Julien Barsan

Le spectacle s’est joué au Jardin de la Vierge du Lycée Saint Joseph du 12 au 14 juillet.

 


Pas encore de commentaires to “Heimaten et Les Idées grises”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...