Plage des six pompes à la Chaux-de-Fonds (Suisse)

Festival de la Plage des six pompes à la Chaux-de-Fonds ( Suisse)

image23e édition de cet étonnante manifestation de théâtre de rue, organisé par Manu Moser et accompagné par des centaines de moussaillons armés de grandes besaces multicolores, et présents à la sortie de tous les spectacles, pour collecter les dons qui assurent les cachets des artistes.
Les subventions ont en effet diminué et on voit de grands messages de protestation en lettres blanches, affichées dans les ruelles où beaucoup de petits bars-restaurants indiens ou chinois, sont heureusement couverts, car il pleut beaucoup ce 4 août.

Une cinquantaine de spectacles disséminés dans le centre ancien de la ville, dont plusieurs ont dû se réfugier dans le temple allemand.
Autour de Manu Moser, une vingtaine de professionnels se multiplient, assistés d’une centaine de «maîtres nageurs» et de gestionnaires des bars…

Démocratie I love you

Le collectif Acmur burkinabè retrace les prises de pouvoir incessantes dans un pays ébranlé en permanence par des combats fratricides.
Ils sont trois comédiens à mettre en scène des guerres sanglantes qui ne manquent pas d’humour,  malgré l’horreur des déchirements.
Mais la pluie intense nous oblige à aller nous mettre à l’abri.

Mainmise par la compagnie Polymorphes (France)

Un couple sur un canapé joue à se manipuler. L’homme et la femme ont un sac avec un gâteau, des balles, un marqueur. L’homme empoigne la femme, la jette sur le canapé, mais elle lui répond avec une célérité spectaculaire.
Ils sont mimes, danseurs, acteurs et souvent drôles.
Deux beaux complices…

Le Quasi Quatuor par  Les Barbarins Fourchus

Avec le retour du soleil, on peut goûter le concert de ces trois musiciens qui accompagnent un chanteur, au pied d’une immense usine. Un mélange de classique et de contemporain, pour une fresque sonore de vingt-cinq ans de créations.
Flûtes, saxophones et violoncelle accompagnent la voix brute et suave de Delfino, un barbu caché sous sa casquette. Ce mélange baroque apporte un souffle bienvenu dans cette succession de spectacles

Cirque démocratique de la Belgique par la compagnie Pol & Freddy

Créé en 2006 à l’école de cirque de Bruges par Bram Dobbelaere et Sander de Cuyper, qui furent rejoints par Gab Bondewel, cette compagnie remporterait la palme de la Plage des Six Pompes. Leur première création, Ready était un spectacle mêlant jonglerie novatrice et acrobatie, avec des emprunts au film muet,  et teinté d’humour absurde. Il a été lauréat des festivals Humorologie (2007) et Mira Miro (2008).

 


Plage des six pompes à la Chaux-de-Fonds (Suisse)  About-us-83305
Dans Cirque démocratique de la Belgique, un spectacle inspiré par les événements d’une Belgique détentrice du record mondial du pays ayant connu la plus longue période sans gouvernement (541 jours!), les trois copains enchaînent les numéros les plus improbables, comme un numéro de jonglage avec des porcelaines, un  autre, de claquettes avec chaussures de ski, et enfin un saut de quatre mètres dans une piscine de  trente cms de profondeur…
Cette enquête des plus sérieuses sur les limites de la démocratie, interprété par d’excellents comédiens à l’accent des plus belges, font écrouler de rire le public que l’on a muni de cartons rouges et jaunes, et que l’on appelle  à voter à l’issue de chaque sketch.


Nous terminons la journée par la visite de Ki Ké KoÏ de Plonk & Replonk au Hall central des anciens abattoirs, «grande exposition populaire offerte à la cité horlogère pour titiller la curiosité des cinq à nonante-cinq ans (et des autres) à travers les créations visuelles, poétiques et paradoxales mises en scène par des artisans bidouilleurs qui nous font revivre un passé plus vrai que nature, ké ! ».
Une gazette très drôle de la Plage des Six Pompes est éditée chaque jour par une équipe de douze journalistes, deux illustrateurs, et un rédacteur en chef…

Edith Rappoport


Archive pour 8 août, 2016

AMzer d’Alan Stivell

 

Festival Interceltique de Lorient:

 AMzer  d’Alan Stivell

imageEn cinquante années de carrière, le chanteur a su allier patience, tradition et modernité, et reste le maître incontesté de la musique celtique.
Alan Stivell dont le fer de lance est la défense de la langue bretonne, comme de la langue gaëlique et de toutes les langues minoritaires, a fait les honneurs de présenter ici à son public,  des extraits de son dernier opus.
En six langues celtiques répertoriées : le gaélique irlandais, le gaélique écossais, le mannois, le gallois, le cornique et le breton utilisent ce joli nom poétique d’AMzer sous-titré Seasons pour les anglophones pour évoquer «le temps qu’il fait», sous les nuances de toutes les lumières, ombres et couleurs, et «le temps qui passe », inexorable mais au moins enrichissant.

Belle occasion pour Alan Stivell de rendre hommage à la poésie irlandaise et bretonne : avec les mots choisis d’un collégien de l’école bilingue breton-français Diwan à Quimper, ou ceux du grand écrivain irlandais Séamus Heaney (1939-2013) avec un de ses poèmes que le président de l’Irlande Michael D. Higgins avait lui-même lu ici il y a deux ans et qui rappelle ceux d’un barde, en passant par le haïku japonais. Un regard et une méditation sur le monde, sur les saisons qui passent sous la férule de temps. Un rendez-vous musical enchanteur, entre électro inspirée, et chant sublime.

Sérénité et envol sur la terre et le ciel des ancêtres : les mêmes exactement que ceux de notre post-modernité mouvementée et heurtée par des guerres auxquelles le chanteur pacifiste fait une allusion discrète avec une chanson: Brian Boru. Un imaginaire presque incarné dans la délicatesse accomplie d’une saison printanière, inspirée par les résonances de la harpe celtique, les flûtes diverses et autres sons électroniques.

 La voix d’Alan Stivell s’impose, subtile et au bel équilibre, dans l’une ou l’autre de ces langue, chantée ou bien parlée. Soit successivement ou alternativement en breton, gaélique, français et anglais, accompagnée aussi par une chanteuse irlandaise. On peut entendre aussi un haïku d’une interprète japonaise en habit traditionnel.
La musique d’Alan Stivell, teintée de mysticisme et de spiritualité, va vers la contemplation et l’incarnation d’un rêve qu’on pourrait qualifier de new age, entre folk d’avant-garde, et approche électronique expérimentale. Et dont les sources qui obéissent d’abord à un geste conceptuel, une exploration sonore et une ouverture aux cultures du monde.

 En seconde partie, on entend, pour le bonheur du public averti et fidèle de Lorient, quelques succès d’Alan Stivell : Suite des Montagnes, Pop Plinn, Suite Armoricaine, An Alarc’h, Ian Morrison Reel, Tri Martolod…
Le temps passe mais Alan Stivell avance, fidèle à son art et à ses convictions. AM’zer: un concert des plus prégnants que le plaisir de jouer démultiplie encore.

 Véronique Hotte

Concert entendu à l’Espace Marine de Lorient, le 7 août.

 

Enregistrer

Hors contrôle, par la compagnie Zalzaros

image

Hors contrôle, par la compagnie Zalzaros

 

Du centre équestre au théâtre, il était une fois un couple, une famille d’amoureux des chevaux. Ils ont fait de leur métier, une passion qu’ils nous donnent. L’équitation, une affaire sérieuse : dressage, obstacle, voltige forment une grammaire qui se révèle peu à peu, être pure poésie. Qui deviendra un  spectacle, puis un autre…  La vie pour la compagnie Zalzaros, c’est aussi celle des tournées au pas des chevaux, et des roulottes, une vie de travail et de bohème, partie de Montillot, à quelques kilomètres de Vézelay, et pour tout l’été. Christophe et Darinka Martin mettent en scène quelque chose de leur vie, libre, autonome, écolo sans le dire : simplement, la récup’ y joue un grand rôle, pratique et poétique.  Ils se sont fait gitans, sans faux-semblants ni folklore, en hommage sincère aux peuples nomades, libres et mal aimés.

Leur dernier spectacle, cet Hors Contrôle, s’inspire avec humour des diverses tracasseries (le mot est faible) qui accompagnent la vie de ces nomades : permis de circuler, certificats vétérinaires, lois sur le travail des enfants, etc. Car, dans les familles du spectacle, ceux-ci (par ailleurs, brillants à l’école), déjà musiciens, ont grandi entre les jambes des chevaux. Les Zalzaros appartiennent à une tribu, fluctuante, avec ses chevaux, un chien, quelques musiciens qui les rejoignent pour une saison ou plus longtemps, des acrobates venus s’intégrer, et toute une famille d’apprentis-voltigeurs qui les suivent et qui trouveront peut-être leur place  dans un spectacle. Car spectacle, il y a : genre cirque Romanès croisant Bartabas. Cela commence dès la caisse : mise en scène de la vente des billets, avec ce qu’il faut d’improvisation en fonction de l’affluence avec un humour sincère, direct, et original, qui va s’entrelacer avec les moments d’émotion.  La fiction d’un contrôle à tout prix (héroïque fonctionnaire!) s’installe, tirant le fil des numéros d’acrobatie et de voltige. Le public se fait complice, jusqu’au moment où il ne peut que retenir son souffle. L’un ses sommets d’émotion ? Le «déshabillage» du cheval : son cavalier Christophe Martin lui ôte selle et mors, puis licol et, sans même un bout de corde, le dirige, l’accompagne de la main, en une danse lente aussi belle que la nuit.

Les musiciens, ici, se sont faits voltigeurs, et les cavaliers, musiciens.  Dans cette tournée pas facile, tout le monde, à la tâche pour le montage de Hors contrôle, habite les roulottes qui servent aussi de décor et de coulisses.   Cela peut arriver : quelqu’un craque mais, transparait la joie qui anime la tribu, hommes et bêtes. Pour la quatrième année, les Zalzaros reprennent la route, l’été, en Bourgogne, et pour la deuxième saison, présentent Hors contrôle qui a mûri, sans s’être figé : nouveaux musiciens (excellents), nouveau voltigeur, (le fils de la maison étant requis par les championnats d’Europe) et surtout plaisir et joie de jouer chaque soir, grâce à la vitalité et à la générosité de la troupe. Alors, si vous voyez, quelque part en Bourgogne, leur affiche flamboyante, ou mieux encore les roulottes des Zalzaros, suivez-les.

Christine Friedel

Prochaines dates : Saint-Fargeau, les mardi 9 et mercredi 10 août à partir de 21 h30

Magie et illusion à Las Vegas

Yan Rouven Fuechtener, illusionniste allemand, a travaillé à Europapark à Rust vers 2000, puis intègre ensuite le cabaret de Kirrwiller en Alsace en 2003 et 2004.  Puis il participe à une émission de télévision : The next Uri Geller.
En 2011, il tente l’aventure américaine à Las Vegas où le Clarion puis le Riviera l’engagent pour trois ans. Fin 2014, il migre au Tropicana avec The New Illusions.

Apparition

Une femme en robe voilée danse à l’avant-scène. Le rideau se lève et six danseurs viennent l’accompagner dans une chorégraphie contemporaine.

Magie et illusion à Las Vegas apparition-3e9e0

Une grande structure métallique ouverte  pivote comme une balançoire, de bas en haut et à plusieurs reprises. Dans la brume des fumigènes, apparaît alors Jan Rouven, surnommé l’homme aux neuf vies  (en rapport avec sa relation à la mort dans ses numéros d’illusion dont il sort toujours vivant).

Double buzz saw illusion

 Deux scies circulaires dont il frappe les lames d’un bâton pour prouver qu’elles sont bien réelles. Une assistante avec une cape à capuche, assiste Yan Rouven, aux mains visibles du public, qui est enchaîné et enfermé dans un box entre les lames de scie. On fait brûler une ficelle qui retient les deux lames. Le magicien doit se libérer à temps mais les lames s’abattent sur lui. La jeune femme à capuche revient ouvrir le box… qui est vide. La femme se retourne : Jan Rouen a pris sa place dans une belle transposition!

scie-1cbcb

Hand stab

Jan Rouven présente un couteau, cinq socles et cinq chapeaux en papier kraft pour les recouvrir. U spectateur désigné comme assistant malgré lui examine le couteau qui est ensuite placé sur un socle par un deuxième spectateur sous le couvert d’une planche horizontale. Les cinq chapeaux sont replacés, et les socles mélangés au hasard sans que personne ne sache ou est placé le couteau !

La roulette russe commence. Le premier spectateur assiste Jan Rouven qui va  écraser un par un, les trois premiers chapeaux. Restent deux socles, le magicien prend la main du spectateur et écrase un quatrième chapeau… Le couteau est sous le cinquième ! Une variante du tour Smash and Stab avec pics et  gobelets, à la mode chez beaucoup de magiciens qui en abusent…

Transposition

 Jan Rouven entre dans une boîte à l’avant transparent dont ses mains dépassent. Une assistante, habillée d’une longue cape, monte sur le dessus. L’avant devient opaque et la femme referme sa cape dessus. En une fraction de seconde, Jan Rouven se retrouve à la place de son assistante sous la cape et la fille dans la boîte (le verre opaque devient transparent). Très belle illusion de transposition-éclair, variante de la malle indienne, avec un subtil effet optique.

Mâchoires de la mort

Jan Rouven, enfermé dans une camisole de force, est pendu par les pieds sur une structure munie de mâchoires d’acier (hinged trap with spikes). Un fil entre les mâchoires est mis en feu, et le magicien-escapologiste a 44 secondes pour se libérer : ce qu’il fait!

machoire-df2e4

Mais numéro raté:  la faute à un manque de suspense. Dans la version présentée par Darcy Oake, un chronomètre géant fait monter l’adrénaline ! Mais à cause d’une erreur d’appréciation, Jan Rouven anéantit l’illusion.

Eclipse illusion

Quatre danseuses dansent sur des plots habillés de voilages, qui flottent grâce à une soufflerie. Sur une structure en forme de lune divisée en deux, une partenaire de Jan Rouven se place dans une moitié et disparaît en ombre chinoise derrière un écran de papier. La structure est montrée vide des deux côtés, avant que le magicien ne replace la demi-lune de l’autre côté pour que réapparaisse sa partenaire en vrai.

clipse-2-6cf45

Ce tour, de Mark Kalin… et de nombreux magiciens,  ici très bien réalisé a un fort impact sur le public, lors de la disparition totale de la jeune fille.

Lévitations

Un homme et une femme, habillés en blanc, dansent sensuellement  à l’avant-scène. Le rideau se lève: deux autres couples les accompagnent. Jan Rouven arrive avec une partenaire qui s’allonge sur une petite table blanche en fond de scène.  Elle lévite puis redescend sur la table.
Le magicien la couvre d’un voile et la fait léviter de nouveau, mais beaucoup plus haut, jusque vers les cintres. Il la rejoint en lévitant lui-même (chemise ouverte !) et la fait descendre avec lui. Les trois couples dansent sur une musique techno et le rideau se ferme sur le couple du début…

levitation-9-222da

Cette double lévitation, bien amenée par les danseurs n’est pas fluide dans sa première phase où l’on ressent des secousses… Par contre, la lévitation de Rouven est bluffante car il est presque torse nu, ce qui renforce l’impossibilité de l’illusion.

Prédiction

Une enveloppe à prédiction dans une main de Jan Rouven. Une spectatrice est invitée à dire le nom d’une personnalité de son choix. La prédiction est sortie de l’enveloppe et on voit cette personnalité bébé (gag!). Si la spectatrice avait annoncé Barak Obama, par exemple, le magicien avait aussi un bébé de couleur en roue de secours (il retourne la photo). Et le tour s’arrête là sans que l’on sache pourquoi ?! Problème technique ou négligence ?

Drill of death

Arrive sur scène une vis géante devant laquelle le magicien se place attaché; mise en route, elle va le transpercer progressivement. Un voile est placé devant son torse, jusqu’au moment où l’on voit la vise lui traverser la poitrine. Jan Rouven empalé, la machine se met à la verticale et soulève le magicien en haut des cintres, puis la vise tourne sur elle-même ! La vise revient en position horizontale et se retire du torse de l’illusionniste, mais progressivement… sous un voile.

drill-1-f7239

Drill of death, créé par André Kole pour la magicienne Melinda Saxe  appartient aussi au répertoire du hollandais Christian Farla. Une illusion très impressionnante qui procure une forte dose d’adrénaline.

drill-2-831ca

Origami illusion

Rouven rend hommage à ses magiciens préférés : Siegfried and Roy, véritables mythes de Las Vegas qui ont officié pendant treize ans au Mirage. Uun moyen pour lui de continuer à faire fructifier ici l’héritage des magiciens allemands  comme lui-même.

origami-8479f

On projette un extrait de l’illusion Origami de Jim Steinmeyer  réalisé par le duo. Jean Rouven propose de refaire ce numéro, à l’avant-scène. Une partenaire prend place dans la boîte,  qui, refermée et réduite à un petit cube, est transpercée par trois sabres.  Il tourne la structure sur roulettes dans tous les sens, et le public se demande vraiment où est passée la jeune femme qui réapparait ensuite, une fois la boîte dépliée. Très bonne présentation de Jan Rouven qui insiste sur le côté impossible de l’illusion.

Underwater escape

Après une chorégraphie de la troupe de danseurs, Rouven introduit sa prochaine illusion en parlant d’Harry Houdini, le maître de l’escapologie. Il présente une cuve remplie d’eau entourée d’une structure avec des pendrillons ouverts.

water-escape-2de01

Le magicien fait vérifier par une spectatrice les menottes, collier et  couvercle de la cuve. Puis enchaîné et enfermé, il doit se libérer en moins de quarante-cinq secondes (toujours pas de chronomètre visible!).
Une assistante monte sur la cuve et abaisse les pendrillons, soulevés par moments pour que le public puisse voir le magicien se libérer. Suspense!  Jan Rouven surgit au-dessus de la cuve en se jetant par terre, alors que sa partenaire a pris sa place dans la cuve d’eau.  Deux illusions  en une : une belle « malle indienne » couplé à une « cuve d’eau ».  Fascinant!

L’illusion des danseurs : à travers l’hélice

Jan Rouven, tout mouillé, parle au public de la « chorégraphie » de ses techniciens qui nettoyent le plateau couvert d’eau, et va ensuite en coulisses se changer et se recoiffer avec du gel ! Puis il annonce le prochain tableau avec ses danseurs qui vont évoluer sur une musique douce. On met en route une hélice  dont les palles sont cachées par un tissu. On voit le bas de l’hélice tourner et un danseur met sa main à travers, puis son bras, sans accident. Et un autre danseur passe tout son corps à travers. Une séquence anecdotique, pour meubler, avec une illusion vieillotte peu justifiée (Trough propeller illusion).

Poteau

Jan Rouven est attaché par des chaînes sur un poteau et autour de lui, on dispose un rideau que son assistante referme; elle va se retrouver à la place du magicien enchaîné. Jan Rouven ouvre le rideau… Une transposition flash, mais déjà vue…

poteau-00773

Malle indienne à double transposition

Jan Rouven annonce que sa prochaine illusion provoque toujours des réactions euphoriques, affirme qu’il n’a pas de jumeau, et va faire signer son bras par un spectateur pour l’authentifier, quand il réalisera la transposition.

Une structure composée d’un escalier et d’un coffre où une assistante dans des chaînes cadenassée, est enfermée  puis Jean Rouven le hisse en hauteur et se place en dessous,  met un voile sur lui et disparaît en un éclair, l’assistante apparait à sa place et on voit le bras signé du magicien sortir du dessus de la caisse.
L’assistante redescend avec difficulté le coffre au sol, grâce à une corde, aidée par un assistant (belle subtilité pour renforcer l’idée que le magicien est bien à l’intérieur). Des pics transpercent alors le coffre de part en part, qui est… vide. Le magicien réapparaît dans la salle !

malle-double-trans-b181e

Magnifique illusion, et tableau le plus réussi du spectacle. Toute la salle a été estomaquée, y compris les magiciens.

Puzzle Paradoxe

Pour finir sur une note métaphorique, Jan Rouven présente le Tile puzzle de Winston Freer à la verticale, sur un panneau aimanté. Il défait une par une les pièces du puzzle, correspondant à différents sentiments. Et il rajoute par deux fois une pièce supplémentaire symbolisant la destinée et le puzzle reste toujours le même, et  finit par réintégrer son cadre d’origine.

 Jan Rouven a  surtout axé son spectacle sur des numéros de transposition et d’évasion qui ont un peu tendance à tous se ressembler. Cela donne du sens au surnom de Jan Rouven, « l’homme aux neuf vies », mais les danseurs, à la technique approximative, semblent être plus là pour meubler, que pour apporter une progression  aux numéro d’illusion. Pendant ce  temps Jan Rouven part en effet en coulisses pour se changer et se recoiffer !

Malgré un répertoire d’illusions déjà vues et une présentation qui tient plus de la démonstration que d’une histoire scénarisée, on retient de ce spectacle de beaux moments de frissons avec la vis géante, et la malle indienne avec double transposition. Dans la tradition des spectacles de magie à sensations où les boîtes se succèdent sans véritable lien entre elles mais juste avec de la performance et du spectaculaire pour en mettre plein la vue.
A noter : la disponibilité de  Jan Rouven qui, après  chaque représentation, prend le temps de signer affiches et cartes postales,  et de se laisser prendre en photo avec des spectateurs, à la limite de l’auto-satisfaction. Le Tropicana a suspendu les représentations de Jan Rouven, le mercredi 16 mars 2016, après  son arrestation dans une affaire de vidéos à caractère pédophile, retrouvées sur son disque dur d’ordinateur…

Sébastien Bazou

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Enregistrer

Lady First, texte de Sedef Ecer

Festival de Bussang:

 

Lady First, texte de Sedef Ecer,, mise en scène de Vincent Goethals

Lady7506-Photo J. Jacques Utz« Une république bananière  d’aujourd’hui, quelque part, du côté de l’ancienne Mésopotamie, où il y a quelque chose de pourri…»: telles sont les premières didascalies de la pièce  de la comédienne et auteure dramatique d’origine turque, Sedef Ecer.

 Lady First, personnage éponyme  est la première dame du régime autoritaire d’un Moyen-Orient où ont lieu des révolutions «qui n’ont pas fini de transformer le monde ».
Pour parler d’une société troublée, Sedef Ecer évoque l’intimité de la dame en majesté.  dont son tyran d’époux s’est évidemment enfui à l’étranger, comme ses enfants égoïstes. La First Lady n’a rien des mouvements d’opposition et des marches rebelles dans les rues bruyantes de la ville. Les instances gouvernementales qui la manipulent lui ont manifestement caché une menace qui se rapproche toujours davantage du Palais d’été présidentiel…

 Pour calmer le peuple en colère, les conseillers en communication du régime ont proposé que la dame soit interviewée par une journaliste locale bien sous tous rapports, avec port du voile, au prénom persan de fleur: Yasmine (le jasmin, symbole de la révolution). L’interview se fait via Skype, Facebook, Twitter, et autres réseaux sociaux. Les deux femmes se rencontrent à peine, et par écrans interposés, la réalité fuyant toujours plus loin, dans une relecture irréelle et potentielle d’un monde qui leur échappe, sur  un no man’s land de plateau et d’imaginaires en question.

La First Lady vit au plus près de ses désirs compulsifs de consommation luxueuse: robes et atours, bijoux… (Autant de clichés rebattus!). À ses côté, sa première femme de chambre Gazal, (il faut entendre: ma gazelle, d’autant que la costumière et esthéticienne se réclame d’un transgenre assumé, preuve vivante de l’ouverture à la différence d’une First Lady opprimée.

 Gazal raconte sa vie à tout va, livrant sans pudeur ses atermoiements d’enfance, désirant être précisément la petite fleur des montagnes qu’était la jeune Yasmine : « Quand je voulais descendre dans la rue. Pour devenir leader du mouvement LGBT dans ce pays d’homophobes fascistes ! Mais attention, pas question de négliger mon « look », je voulais aussi avoir les cheveux dans le vent et les mains manucurées tout en criant des slogans : Pédés/gouines/queers/trans tous-unis-tous-à-la-rue/Toutes-à-la-rue ! »

 Pas de surprise: la pièce ne livre aucune clé, si ce n’est celles débattues au café du commerce,  mettant en vain le doigt sur les souffrances, sans les désigner plus avant. Le monde semble divisé entre ceux qui prient et ceux qui achètent : nulle sortie. Que déplore finalement la dame incomprise, et dépassée par les événements ?« Les nouveaux pharaons construiront partout des temples et des commerces pour que vous passiez vos journées à prier et à acheter… L’Occident fermera les yeux et s’arrangera avec eux. Certains s’en accommoderont, d’autres regretteront notre ex-petite tyrannie artisanale et familiale mais ça sera trop tard. » … Et pour que le monde change, il y faudra, attendue encore une autre révolution, avec la déploration d’autres sacrifices obligés de civils – enfants, femmes et vieillards.

 Dure perspective en ces temps difficiles! Ici Sedef Ecer expose des idées  qu’on aimerait voir débattues dans l’urgence d’une politique nouvelle à initier, mais dommage! elle n’imprime guère d’une griffe personnelle, ce bel engagement… Malgré le jeu de bons acteurs dirigés avec précision par Vincent Goethals: Bernard Bloch (le chef de cabinet machiavélique), Anne-Claire (la First Lady), Angèle Baux Godard (la journaliste) et Sinan Bertrand (le conseiller personnel de la First Lady).

 Véronique Hotte

Bussang, les 6, 10, 11, 12, 13, 17, 18, 19, 20, 24, 25, 26 et 27 août. T: 03 29 61 62 47 reservation@theatredupeuple.com

Le texte de la pièce est publié aux éditions L’avant-scène théâtre.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Festival Interceltique de Lorient (FIL) – concert de Joan Baez

 

Festival Interceltique de Lorient (F.I.L.):

 Joan Baez

 

7784357718_l-artiste-joan-baez Aux côtés de Bob Dylan, à ses débuts et dans la fidélité  à une indépendance toujours revendiquée, Joan Baez reste l’inspiratrice à la jolie voix de soprano et au timbre à l’élégance ailée, de la musique folk des années 1960 à 1970.  Symbole de la chanson de protestation et militante des droits civiques.

 La muse de temps historiques a défendu la cause des Noirs avec détermination, marchant avec Bob Dylan aux côtés de Martin Luther King, et chantant We shall overcome (Nous n’avons pas peur) avec 350.000 personnes le 28 août 1963 à Washington, le jour où  il a prononcé son célèbre I have a dream.

Joan Baez reste à l’écoute atemporelle de ce discours-phare du pasteur baptiste afro-américain, militant non-violent pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis, pour la paix et contre la pauvreté, assassiné le 4 avril 1968 à Memphis. Elle a chanté à Woodstock, rassemblement emblématique de la culture hippie en 1969, mais aussi à Hanoï sous les bombes en 1972, luttant sans relâche contre toutes les guerres et les conflits, le Vietnam d’abord, l’Irak ensuite, soutenant entre temps Solidarnosc  en Pologne, le dissident André Sakharov en Russie, les mères de disparus en Argentine et au Chili, etc. Elle fait toujours patiemment sienne la défense paisible des dissidents, réfugiés…

 A l’Espace Marine, le public retrouve l’icône de toute une époque, avec la politisation d’une jeunesse très engagée pour la paix et le soutien des opprimés. Joan Baez, la jeune brune d’autrefois à la dignité royale et aux cheveux d’argent, est restée fidèle à ses convictions,  encore plus perceptibles en ces temps troublés de guerres, de crise migratoire et d’attentats meurtriers.  S’accompagnant de sa guitare folk, une jeune chanteuse parfois à ses côtés, et deux musiciens dont son fils Gabriel Harris aux percussions, elle reste la figure légendaire d’une génération politisée et porteuse d’humanisme.
We shall overcome fait évidemment partie de la soirée, mais aussi Farewell Angelina d’un Bob Dylan, attentif aux «mitraillettes qui rugissent» et aux «démons qui clouent des bombes à retardement aux aiguilles des horloges». Joan Baez commente au préalable ses chansons, invite le public à refuser la guerre et à s’ouvrir à la tolérance et à l’arrivée des migrants, réfugiés et autres déportés, pour des raisons politiques et économiques.  Ils nous apportent bien plus que nous ne leur donnons en échange: avec un renouvellement spirituel, l’appréhension d’autres cultures, et la reconnaissance des valeurs universelles.

 Joan Baez chante en français le fameux poème antimilitariste Le Déserteur  de Boris Vian,  après avoir déjà entamé dans la langue de Molière, avec le public et dans un tonnerre d’applaudissements, la Chanson pour l’Auvergnat de Georges Brassens, dont les paroles  font mouche: «Elle est à toi, cette chanson, Toi, l’Auvergnat qui, sans façon, M’as donné quatre bouts de bois Quand, dans ma vie, il faisait froid… »

Hommage aussi  à Simon et Garfunkel, et à John Lennon avec Imagine : » Imagine no possessions… Imagine all the people Sharing all the world» Aux saluts et à la reprise, Here’s to you fait le bonheur des 4.500 spectateurs réunis à Lorient, chanson écrite en mémoire des anarchistes américains d’origine italienne, Sacco et Vanzetti.  Elle chantera aussi Another World, une quête politique d’un autre monde avec arbres, abeilles et humanisme retrouvé.
La grande dame est restée égale à elle-même, absolument radieuse…

 Véronique Hotte

 Festival Interceltique de Lorient le 6 août.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...