Il faut beaucoup aimer les hommes

Il faut beaucoup aimer les hommes de Marie Darrieussecq, conception et écriture du projet de Das Plateau, mise en scène de Céleste Germecartepostale_ifbalh_1617_5_image Toute l’équipe de Das Plateau, soit quelque dix-neuf personnes dont David Daurier 1 pour le montage des images  ont conçu cet étonnant spectacle, à partir de ce livre de Marie Darrieussecq  !
Avec deux acteurs seulement, Cyril Gueï et Maëlys Ricordeau, servis par une technique éblouissante dans un décor réduit au minimum, pour raconter une violente histoire d’amour née à Hollywood, entre Solange, grande actrice blanche et Kouhouesso,  un comédien noir  abonné aux seconds rôles, mais qui rêve de tourner Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad, dans son pays d’origine, le Cameroun.
Dans la première séquence, on les découvre émergeant d’un tunnel lumineux- et à la profondeur étonnante dans cette petite salle de Théâtre ouvert. Ils ont d’énervants micros accrochés au menton… qu’ils perdent heureusement par la suite.
Ils font connaissance, se livrent aux confidences: Solange est amoureuse, lui refuse de se livrer et part au petit matin sans jamais s’installer. Et il est rongé par son projet de film, mais réussit à partir au Cameroun et nous y emmène avec des images surprenantes. Solange le rejoint, tourne dans son film, mais, au retour en France, elle découvre que son personnage a disparu .
Douleur, rupture, dépression, oubli: Solange finira quand même par retrouver son amant plusieurs années après mais trop tard… Théâtre ou cinéma, on ne sait plus bien, tant les effets scéniques sont maîtrisés, la musique et le jeu des acteurs  surprenants. En tous cas, une belle réussite.

Après Le bon chemin, théâtre-performance, (2009),  Sig Sauer Pro, un film réalisé en 2010, Notre printemps créé  au Théâtre de Gennevilliers en 2012, Dia de mucho, Vispera de nada (2013), et Cours les prairies (2014), le spectacle confirme la maîtrise étonnante de ce collectif pluridisciplinaire.

Edith Rappoport

Théâtre Ouvert jusqu’au 22 octobre à 20 h, du lundi au samedi. T: 01 42 55 55 50; le 18 novembre  au Pôle Culturel d’Alfortville; le 26 novembre, à la Ferme du Buisson de Marne-la-Vallée.
Du
6 au 14 décembre, Comédie de Reims.
Du
4 au 7 janvier, Centre Dramatique National d’Orléans et le 13 avril, Espace Pluriels de Pau.

 


Pas encore de commentaires to “Il faut beaucoup aimer les hommes”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...