Acting, texte et mise en scène de Xavier Durringer

Acting, texte et mise en scène de Xavier Durringer

 actingCette mise en scène marque le retour de l’auteur à ses premières amours : le théâtre, avec cette pièce de 2012. Ecrivain, metteur en scène et cinéaste, il retrouve ici un univers familier de son paysage artistique : la prison.
Dans ce spectacle à la scénographie d’Eric Durringer,sobre mais évocatrice, un seul lieu : la cellule  avec un maton, Gepetto Molina, expert comptable, Horace un tueur muet puis Robert, metteur en scène, condamné pour meurtre.

Fasciné par les métamorphoses de l’acteur et le glamour du grand écran, Gepetto l’escroc, demande à Robert de lui apprendre à devenir un autre. Robert, tenté par un pari fou, et voulant tuer le temps, décide de faire de Gepetto (qui n’a aucune prédisposition pour ce métier) le plus grand comédien de tous les temps. Et peu à peu, leur cellule devient théâtre ! Les éclairages d’Orazio Trotta, le travail sur les sons, la musique, d’une importance esthétique indéniable dans le mouvement dramatique, participent à cette métamorphose. 

« Acting » signifie : jeu, interprétation, action mais aussi performance. Et c’est bien, pendant une heure quarante cinq, à une véritable performance que nous assistons.  Avec ce spectacle intense mais tout en nuances, nous passons du rire aux larmes.  Ainsi, avec ce moment hilarant  entre autres, où Gepetto, sous la direction de Robert, se met à jouer la sensation du goût d’un citron. Ou dans cette scène grandiose : Niels Arestrup en clown blanc et Kad Merad, en clown rouge y sont prodigieux.

Autre moment d’émotion et de finesse dans le jeu, celui où Robert demande à Gepetto d’apprendre, puis d’interpréter le monologue d’Hamlet. Kad Merad est ici bouleversant émerveille le public qui le suit dans le plus grand silence: un  remarquable moment de la pièce et de la mise en scène. 

 Xavier Durringer sait nous faire entendre la langue de Shakespeare comme pour la première fois… dans un milieu hostile et à travers une rencontre (un thème important de cette fiction) entre deux prisonniers, si différents l’un de l’autre, Et de façon inattendue, superbe.
La poésie peut parfois métamorphoser des situations existentielles des plus terribles en des moments lumineux et d’excitation joyeuse. Ce que nous transmet aussi ce spectacle à la  dramaturgie et à la mise en scène remarquablement maîtrisées où Xavier Durringer traite du théâtre dans le théâtre, un thème cher à Shakespeare.

Il a eu aussi l’excellente idée de créer avec Horace, un personnage silencieux que  Patrick Bosso  interprète  au fil du rasoir, avec un équilibre subtil entre jeu gestuel  et silence. Il incarne sans doute le public, mais nous ramène aussi à la réalité. A celle, des murs intérieurs et extérieurs de la prison.
Et, ce n’est pas un hasard si, à un instant précis (que nous ne dévoilerons pas), les seuls mots qu’il prononcera seront : «Gardien ! Gardien !» et  signeront la fin du spectacle.

 Acting, à la fois fable romantique et conte contemporain, est aussi un bel hommage à la magie de l’art théâtral, à sa transmission et à Shakespeare. Drôle et tragique, ce spectacle grand public, au sens noble du terme, résonne aujourd’hui plus que jamais comme une nécessité, comme une échappée belle ! 

 Elisabeth Naud

 Théâtre des Bouffes-Parisiens, 75002 Paris, jusqu’au 28 janvier. T : 01 42 96 92 42.

Le texte de cette pièce est publié aux Éditions Théâtrales en deux versions : texte original et adaptation pour la scène.  


 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...