Le Moche, de Marius von Mayenburg, mise en scène Nathalie Sandoz.

Le Moche, de Marius von Mayenburg, mise en scène Nathalie Sandoz

GPE-8250 (2)

« La perte de son identité, dit Marius von Mayenburg, sa dilution dans l’acte de «paraître tellement mieux »; le fait que nous soyons devenus interchangeables, sont des données révoltantes de notre société. Faire du théâtre, c’est forcément s’opposer à cette volonté d’uniformiser le monde. C’est entretenir par la mise en valeur des défauts, des soit disant tares de chaque individu, un espoir de poésie et de différence. »

Le Moche est un conte, un peu comme celui de l’homme sans ombre. Donc Lette, est inventeur d’un intéressant système de connecteur. Mais on envoie son adjoint pour le présenter à un congrès spécialisé. À lui, chambre avec vue dans un hôtel de luxe, billet d’avion prépayé, et toutes les douceurs d’amour propre que cela comporte. Erreur d’organisation, malentendu? Non. Le patron ne saurait envoyer un Lette au congrès ; il ne suffit pas seulement d’inventer, il faut vendre. Et Lette est moche, ce qui n’est pas vendeur. Stupeur de l’intéressé, qui interroge son miroir, puis sa femme : «Mais oui, tu es moche, mais c’est toi que j’aime». Ah? Elle ne le regarde donc jamais ? Non. D’où recours radical à la chirurgie esthétique, d’où succès et retournement de situation : le magnifique Lette devient l’icône de son patron et la réclame vivante de son chirurgien esthétique. Mais le succès engendrera une multitude de clones, et la dévalorisation de notre «héros».

La pièce parle, bien sûr,  du marché et des fluctuations de la valeur des apparences. Elle montre cette cavalcade sans fin vers un « mieux paraître» uniformisé qui échoue à devenir un mieux être. On ne retrouve jamais son visage d’avant et le nouveau visage, standardisé, ne nous appartient pas. Pas de retour possible, avec cette double angoisse, celle des apparences et celle de l’identité. Et voilà comment on est pris dans l’engrenage de la folie.

Nathalie Sandoz met en scène le conte avec ce qu’il faut de rapidité et désinvolture dans les passages d’un rôle à un autre. Autour de Guillaume Marquet, persistant seul à incarner Lette et ses métamorphoses, trois comédiens jouent neuf rôles. Une paire de lunettes, une accentuation dans le phrasé et l’on glisse à un autre personnage, qui est peut-être le même. Pourquoi, en effet, leur tracer une identité précise, quand la perte de cette identité, liée à la marchandisation, est le thème même de la pièce ? Le tout encadré par des panneaux vitrés ouverts ou fermés, prison translucide qui crée parfois des formes fantomatiques–puisque nous ne sommes que des ombres, des êtres sans consistance-.

Et le public rit vraiment. La comédie est là : un doigt pointé sur l’absurdité de ce à quoi nous nous soumettons plus ou moins volontairement, avec une pensée respectueuse pour le jeune La Boétie et son incontournable Discours de la servitude volontaire.`

Christine Friedel

Théâtre de l’Atalante, Place Charles Dullin Paris 18ème jusqu’au 29 janvier. Lundi, mercredi, vendredi à 20h30, jeudi et samedi à 19h, dimanche à 17h, relâche le mardi.

 

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...