Langevin-Créateur d’illusions

Langevin-Créateur d’illusions

L’illusionniste québécois bien connu reprend son spectacle qu’il avait présenté l’an passé au Casino de Paris.  Image de prévisualisation YouTube

Entre science et illusion dans un laboratoire inspiré de l’univers de Jules Verne, il est aujourd’hui une des meilleures références du spectacle de magie, une belle poésie en plus. Il fait appel à quelques spectateurs au cours du spectacle, ce qui établit une belle connivence avec le public. En première partie, quelques numéros de mentaliste effectués par Victor qui en réalise un, entre autres, où il multiplie de vive voix 8541 par 8541… Résultat exact: 72.940.601 qu’il annonce quelques minutes après, et qu’il fait évidemment vérifier par les spectateurs sur la calculette de leur portable. Stupéfiant.  

 Luc Langevin, lui, est un jeune magicien d’une trentaine d’années très connu au Québec. Le début du spectacle où il joue avec un double de lui-même grâce à une technologie virtuelle qui, malheureusement est loin d’être au point, a du mal à démarrer. Mais, très vite, avec son léger accent québécois et sa gentillesse, il sait gagner la confiance du public. Il raconte avec beaucoup de simplicité ses envies et ses rêves d’enfant: devenir magicien. Une ambition, dit-il,  qui s’est ensuite concrétisée, quand il a réussi une audition, alors qu’il était encore étudiant en sciences à l’université Laval du Québec où il a obtenu une licence en génie physique et une maîtrise en optique. Bien utile quand on veut créer des tours de magie…

Puis il commence à réaliser quelques tours de cartes, et ensuite inscrit un ensemble de dates de naissance recueilli auprès du public, sur un tableau pour arriver au nombre unique de 71, que les chiffres soient placés, à la verticale, à l’horizontale, en carrés ou dans les deux diagonales. Numéro connu, qui ne doit, bien entendu, rien à la magie et tout à la logique mais qui reste bluffant, quand il est, comme ici, vite et bien réalisé.

Tout aussi bluffant, l’un des meilleurs numéros de ce spectacle: un classique du «close-up», maintenant rendu possible dans les grandes salles, grâce à une caméra qui le retransmet sur grand écran. Mais ici, très poétique et que Luc Langevin réalise impeccablement et, comme tous les autres numéros sans exception, avec une grande intelligence.
A la fin, le spectateur peut ainsi retrouver un ou plusieurs petits objets que le magicien lui a empruntés et qui ont pourtant disparu et/ou ont été coupés en deux devant nous, ce qui s’oppose aux lois les plus élémentaires de la physique… Luc Langevin invite ainsi un spectateur à venir déposer un trousseau de clés, un billet de vingt euros, et son téléphone. Sur une petite table, il prélève la plus petite clé du trousseau, celle d’une boîte à lettres, déchire un des côtés du billet et garde le téléphone…

Grâce à une retransmission sur grand écran, on voit parfaitement, enfin presque! toute la manipulation. Langevin place alors une grosse boule blanche  en polystyrène expansé sur la petite table. C’est là où tout se passe et où on est censé tout voir (mais où bien entendu, on ne comprend rien de rien ou presque de ce festival de trucage et de manipulation!) puis il confie la grosse boule à l’amie du spectateur, avec la consigne de la garder soigneusement sur ses genoux…
A la fin du numéro, Luc Langevin l’ouvre sur la petite table: le spectateur y retrouve son billet intact, son téléphone et la petite clé à l’intérieur d’une ampoule électrique que Langevin casse devant nous pour la récupérer… Tonnerre d’applaudissements bien mérité.

 Il y a aussi un beau numéro d’équilibre d’objets, avec une chaise un cadre, une échelle, un perroquet pour vêtements. Et, avec l’aide de César, un tout mignon spectateur de six ans, Luc Langevin présente un merveilleux numéro plein de poésie où des dizaines de balles en mousse, rouges et bleues, disparaissent, réapparaissent, se multiplient dans les mains de Luc Langevin, ou sortent en rafale de sa bouche, ou mieux dans celles de l’enfant absolument émerveillé.

Et, à la toute fin, un numéro exceptionnel, dit de téléportation, où Luc Langevin, debout en costume noir, passe d’une grande boîte verticale à une autre absolument identique, les deux étant pourtant séparées d’un mètre!  Sans doute, grâce à une combinaison de miroirs pourtant invisible mais qu’importe, le résultat est là, tout aussi bluffant.

Le spectacle, superbement maîtrisé sur le plan technique, traîne parfois et ces deux heures manquent un peu de rythme, surtout au début; bref, il mériterait une mise en scène plus rigoureuse.  Mais cela vaut le coup d’y aller, surtout si vous avez gardé une âme d’enfant et si la magie et l’illusion vous séduisent. C’est aussi, après tout, une belle leçon de philosophie et de réflexion sur le réel. Même si les places ne sont pas données: au parterre, 65€ (sic) ! Mais bon, on doit trouver à beaucoup, beaucoup moins. Et conseil d’ami: cette grande salle pleine de courants d’air est difficile à chauffer par ces temps de glace, donc gardez bien votre doudoune, ce ne sera pas un luxe…

Philippe du Vignal

Casino de Paris, 16 rue de Clichy, Paris 8ème jusqu’au 4 février.
Théâtre de Thionville le 9 mars;  Ludres Espace Chaudeau le 10 mars; Genève, Théâtre du Léman, le 12 mars; Monte Théâtre du Crochetan le 14 mars;  Sausheim,  L’Eden le 15 mars; Lille, Casino Barrière, le 18 mars, Marseille, Le Silo, le 22 mars; Romans-sur Isère, Théâtre les Cordeliers le 23 mars;  Enghien-les-bains, Théâtre Casino Barrière, le 24 mars; Montigny-le-Bretonneux Ferme du Manet le 25 mars; Toulouse, Odyssud les 27, 28 et 29 mars;  Bordeaux, Casino Barrière,  le 30 mars. Nantes, Cité des Congrès,  le 31 mars.
Lyon le Radiant le 2 avril

 

 

 

 


Autres articles

Pas encore de commentaires to “Langevin-Créateur d’illusions”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...