Bérénice de Jean Racine, mise en scène de Jacques Osinski

Bérénice, de Jean Racine, mise en scène de Jacques Osinski

© Pierre Grosbois

© Pierre Grosbois

« Invitus invitam dimisit », trois mots. « Il la renvoya, malgré lui, malgré elle » : Racine pouvait s’enorgueillir de la simplicité de sa pièce et de son argument. Titus, nouvel empereur de Rome à la mort de son père, renvoie en sa Palestine, la femme qu’il aime d’un amour partagé depuis cinq ans, la reine Bérénice. Antiochus, roi de Comagène, ami de l’un, éperdument amoureux de l’autre,assiste, désolé, à cette séparation, et ajoute même peut-être du sel sur la plaie. Il a cru un instant  pouvoir être le consolateur de Bérénice, et mal lui en prit :  il clôt la pièce avec un ultime-mais non dernier- soupir, avec ce seul mot : « Hélas ».

Jacques Osinski relève le défi de Racine, en sa « langue absolue », dit-il, celle d’une tragédie sans action, sinon celle, puissante, des sentiments. Comme  en duel, Titus et Bérénice se tiennent face à face, immobiles et vibrants, surtout la très sensible Maud Le Grevellec. Stanislas Stanic lui oppose un Titus raidi par son combat intérieur. Non entre l’amour et le devoir  puisqu’il ne lâchera ni l’un ni l’autre. Mais pour trouver la force de les assumer tous les deux à l’extrême.
À côté, toujours dans le malentendu, toujours intempestif, le malheureux Antiochus ne trouve jamais sa place. Pour cela sans doute, le metteur en scène en a-t-il confié le rôle à Grétel Delattre, sobre et convaincante en jeune garçon, face à la virilité de Titus. Hors jeu :  Antiocgus est débordé par ses sentiments, alors que Bérénice et Titus, avec toute la violence de la passion et du désespoir, les tiennent, s’en construisent, non sans mal, et grandissent. Pour rien, pour leur gloire. Leur amour, qu’ils ne peuvent vivre, est ainsi immortalisé. Le doute est dénoué à la fin de la pièce, avec une souffrance intacte, peut-être plus grande encore, mais la certitude de l’amour est bien là.

Bérénice annonce dans le tragique, l’irrémédiable, la question qui enflamme avec plus de légèreté, le théâtre de Marivaux : suis-je réellement aimé ? Et celle d’Antiochus : quand, comment lui dire que je l’aime ? Il y répond avec tant de maladresse que le personnage fait parfois sourire, même dans la version si profondément sérieuse et respectueuse des personnages de Jacques Osinski.

Sa dramaturgie ne cherche pas le pourquoi de cette séparation et c’est assez dit : une affaire d’État, d ‘honneur, de “gloire“, c’est à dire ce que l’on se doit à soi-même. Il ne fait pas de la pièce une lecture analytique, comme  Antoine Vitez  pour qui Bérénice était une initiatrice plus âgée, dont Titus, pleinement adulte à la mort de son père, n’aurait plus besoin ; ni une lecture historique, même si chez Racine, elle est truffées d’allusions aux amours de Louis XIV.

Non, il prend la pièce au pied de la lettre, et dans son implacable unité de temps : les deux heures de la représentation. Où sont passés les cinq ans d’amour ? Écrasés dans l’instant de la décision. Où se perd le futur : « Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous, /Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?» Pilonné par la séparation inéluctable.

Arsace, avec des mots presque semblables, essaie de donner espoir à Antiochus, sèchement renvoyé par Bérénice : «Laissez à ce torrent, le temps de s’écouler/ Dans huit jours, dans un mois, n’importe, il faut qu’il passe… ». Espoir absurde : l’avenir sera fait de trois solitudes.  «Je l’aime, je le fuis, Titus m’aime, il me quitte… ». C’est fini, « pour jamais ». En deux heures de spectacle, la tragédie intime a été résolue, et le public a suspendu son souffle. C’est très beau.

Christine Friedel

 

++++++++++++++++++++++++++++

 

 

©Pierre Grosbois

©Pierre Grosbo


«Ce n’est point une nécessité qu’il y ait du sang et des morts dans une tragédie; il suffit que l’action en soit grande, que les acteurs en soient héroïques, que les passions y soient excitées et que tout s’y ressente de cette tragédie majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie », écrit  Jean Racine dans sa préface. Bérénice (1670) suit en effet une progression continuelle sans retour en arrière: c’est le type même d’une pièce sans péripétie ni reconnaissance, et l’art de l’auteur se réduit humblement à faire, comme il dit, «quelque chose de rien». Ce rien, estime Jacques Osinski, n’est rien d’autre que l’amour. Bérénice aime Titus qui l’aime et Antiochus aime Bérénice qui ne l’aime pas.

A la mort de son père Vespasien, Titus lui a succédé à la tête de l’Empire romain mais doit renoncer à celle qu’il aime, puisque Rome n’accepte pas les reines étrangères : « Etrangère dans Rome, inconnue à la cour, Elle passe ses jours, Paulin, sans rien prétendre/Que quelque heure à me voir, et le reste à m’attendre.»Titus est lucide sur l’impossible conciliation de la réalité avec ses sentiments. Il aime Bérénice et le sait. Mais Roland Barthes  pensait que ce jeune empereur n’a pas la volonté de répudier une amante qu’il n’aime pas vraiment et qu’il n’a aucune envie de sacrifier son trône impérial.Des forces invisibles oppressent en fait Titus : le monde, la Cour de Rome, ses institutions, son peuple et ses dieux. En se séparant de Bérénice, l’empereur se sépare de la vie : «Je sens bien que sans vous, je ne saurais plus vivre …/ Mais il ne s’agit plus de vivre, il faut régner.»

Reste à  Titus, le suicide s’il abdique pour l’amour, ou un «long bannissement» existentiel,  une sorte de mort morale, s’il règne sans cet amour. Antiochus qui aime en vain Bérénice, observe depuis la Cour ceux qui s’aiment. Messager royal, témoin clairvoyant et acteur, il passera de l’espoir à l’amertume. S’ils vivent encore, ces trois amoureux éperdus devront faire le deuil de leur passion. Face à la grandeur de Titus qui lui offre sa mort, Bérénice consent à disparaître: «Je connais mon erreur, et vous m’aimez toujours…/Je vivrai, je suivrai vos ordres absolus./Adieu, Seigneur. Régnez : je ne vous verrai plus. »

Jacques Osinski a situé l’action entre l’appartement de Titus et celui de Bérénice, entre l’espace du règne et celui de l’amour, dans les lignes épurées, imaginées par Christophe Ouvrard. Soit un espace confidentiel avec, sur le devant de la scène, une plage de sable blond et, au lointain la perspective lumineuse d’une longue fenêtre étroite: une ouverture sur le monde que des voilages empêchent de voir mais qui laissent deviner les bruits de la ville. Entre les actes et au gré des échanges, ce rideau frémit et se soulève  au vent, se colorant de tons pastel. La tension se concentre alors à l’extrême sur les paroles échangées dans le beau verbe racinien : «Un trouble assez cruel m’agite et me dévore», dit Titus. Le  metteur en scène dessine d’un trait vif les enjeux implicites de Bérénice : d’abord la résonance de ces âmes élevées qui aiment et s’aiment au-delà des interdits romains quant à l’identité orientale de la reine Bérénice. Mais aussi les trajets de l’abdication de soi. Les personnages restent ici à quelque distance les unes des autres, sans jamais se frôler.

Les confidents Arsace, Phénice et Paulin ont toute la retenue et la force exigées par leur rôle, remarquablement servis par Arnaud Simon, Alice Le Strat et Clément Clavel. Grétel Delattre est un Antiochus douloureux et déchiré jusqu’à l’intime. Stanislas Stanic est un Titus discret, plein d’humanité et qui a des sentiments intenses, jusqu’à consentir au pire. Maud Le Grévellec incarne, elle, le rôle-titre; attentive, elle reste sensuelle mais digne jusqu’au bout, depuis sa croyance erronée au mariage promis par Titus jusqu’à sa décision finale de partir. De la souffrance à la délivrance, elle accepte de ne plus vivre son amour et comme l’écrit Richard Parish, elle détruit, comme femme et étrangère, «les passions viriles romaines, l’héroïsme, la glorification de soi, l’impérialisme, bref, le fanatisme.»

Véronique Hotte

Théâtre Jean Vilar,  16 Place Stalingrad, 92150 Suresnes. T :01 46 97 98 10, jusqu’au 28 février. Puis en tournée.

 

 

 

 


Autres articles

Un commentaire

  1. jerome dit :

    Nous sommes allé voir la représentation du vendredi 24 février avec ma femme et nous avons été très déçus : le texte est magnifique, mais la mise en scène est très mauvaise, obligeant les acteurs à prendre des attitudes statiques en décalage complet avec leur texte, qu’ils prononcent sur un ton monocorde…

Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...