Noé, chorégraphie de Thierry Malandain

 

Noé, chorégraphie de Thierry Malandain

 

©Jean Couturier

©Jean Couturier

Dans sa note d’intention, le chorégraphe explique sa lecture de Noé, mais mieux vaut se laisser convaincre par la remarquable esthétique abstraite de ce ballet. Placé un peu en hauteur, on apprécie d’autant plus cette chorégraphie kaléidoscopique en perpétuel mouvement.

Comme souvent, avec le Malandain Ballet Biarritz, les individualités restent en retrait au profit du groupe, mais où se détachent quelques très beaux solos ou duos. Le tout obéit à une géométrie précise et d’une belle fluidité qui se déploie sur  le plateau entier. Des groupes de danseurs se forment, puis constituent d’autres assemblages d’hommes et de femmes, dans une mécanique humaine hypnotique. Les jeunes artistes s’impliquent entièrement dans cette gestuelle de haute précision qui donne la part belle aux hommes, même si la parité règne sur le plateau.

 Thierry Malandain a conçu Noé à partir de La Messa di gloria, une œuvre peu connue de Gioachino Rossini  qui, dit-il, lui a  inspiré, après de longues heures d’écoute, des images et mouvements. Sans avoir pris de notes, il a mis en forme ses impressions dans le studio de répétition.Thierry Malandain, ses maîtres de ballet et ses danseurs se connaissent bien mais il reste le maître de la création, en partant quelquefois de danses rituelles. Des spectateurs avertis peuvent reconnaître ici des influences de chorégraphes contemporains comme  Mats Ek, mais c’est le fruit du hasard;  et Thierry Malandain  a pris avant tout la musique pour guide.

 À partir du mythe biblique du Déluge, il a créé pour nous soixante-dix minutes de vrai plaisir. Avant la représentation chaque soir à 19 heures dans le Grand Foyer, on peut assister à une « mégabarre », une longue barre unique pour des échauffements proposés au public: un moment classique du festival Le Temps d’aimer la danse de Biarritz, animé par Richard Coudray, son maître de ballet.
Le 20 mai, une journée entière sera consacrée au discret Thierry Malandain et à son univers. Un air basque, avec plusieurs artistes de la région, soufflera donc dans la salle Jean Vilar à Chaillot…

Jean Couturier

Spectacle vu au Teatro Victoria Eugenia à San Sebastian (Espagne), le 14 janvier.
Théâtre National de la Danse de Chaillot, 1 Place du Trocadéro, Paris XVIème, du 10 au 24 mai.
theatre-chaillot.fr          

Enregistrer

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...