Je danse parce que je méfie des mots

© Gregory Batardon

© Gregory Batardon

 

Je danse parce que je méfie des mots, texte, mise en scène et chorégraphie de Kaori Ito

Un beau titre pour un spectacle tendre et sensible, créé en 2015 qui, en une heure, donne  un grand pouvoir aux mots. Kaori Ito et son père assis, sont déjà en scène, à l’entrée du public. La danseuse, en voix off, lui pose une série de questions, à la manière du bien connu Je me souviens de Georges Perec : «Pourquoi mon père a l’air heureux, mais ne le dit jamais ? Pourquoi je veux toujours dire oui, au lieu de: non ? Pourquoi, on n’est jamais désolé en France, et l’on est toujours désolé au Japon ? Pourquoi tu n’aimes pas mes copains ? etc.» Interrogations qui renvoient aux différences de mentalité entre la France et le Japon, mais aussi entre Kaori Ito, nourrie de culture européenne, et son père, resté au Japon. «Je suis étrangère à mon propre pays », dit la jeune femme qui vient d’une famille d’artistes.

Elle nous montre ici, comment peu à peu, telle une enfant qui vient de naître, son corps s’est éveillé à la danse classique à laquelle elle a été formée dès cinq ans. Pendant qu’elle parle, on distingue une création plastique de son père, à jardin sur le plateau nu. Ce père qui, dans sa jeunesse, montait des tragédies grecques, et disait à sa petite fille: «Kaori, ce n’est pas l’espace qui doit te faire danser, mais c’est toi qui dois faire danser l’espace.» Ici, il la rejoint et se met progressivement en mouvement avec elle, tout d’abord sans la toucher, puis il l’accompagne, tel un danseur mondain.

Nous assistons ainsi à un duo intime père et fille, plein de poésie et de délicatesse. «Vivre, dit-il, c‘est aller vers la mort», et l’on ressent la fragilité d’une telle création, avec le temps. C’est émouvant et beau, avec des gestes simples et des mots sincères. Quand son père quitte la scène, Kaori Ito reste seule et, au-dessus de la scène, s’inscrit cette phrase paradoxale : «J’ai compris la limite des mots .»

Jean Couturier

Théâtre de la Ville à l’Espace Cardin, 1 Avenue Gabriel, 75008 Paris. T : 01 42 74 22 77  juqu’au 11 mai.

theatredelaville-paris.com           

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...